lundi 21 mars 2016

Au ponton !

14°27.965N 60°51.925W
Marina du Marin, Martinique


Aujourd'hui dimanche, cela fait exactement quinze jours que je suis arrivé en Martinique. Et après ces deux semaines passées au mouillage en face du cimetière, je viens enfin d'amarrer La Boiteuse sur un des nombreux pontons de la marina du Marin.
Oh putain... Je ne saurais vous décrire le plaisir que j'ai eu à dormir cette nuit dans mon bateau ! Sans avoir à me soucier de la tenue de mon ancre, sans m'inquiéter de la charge de mes batteries, sans vérifier l'évitement de mes voisins, sans faire gaffe à ce que fait Touline, sans avoir ce nœud dans l'estomac à chaque rafale de vent... Bref, c'était le pied.

Enfin au ponton !
Bon, comme il faut bien que je râle un peu, sinon je ne serais pas tout à fait moi-même, il y a quand même deux ou trois petites choses qui me chagrinent. D'abord, je n'ai pas le wifi à bord. Et puis La Boiteuse est tout au bout du ponton n°8 (place 856), et ça fait quand même une trotte pour rallier la terre ferme. Hier j'ai fait trois fois l'aller-retour, et aujourd'hui je peux à peine marcher. Le bon côté du truc, c'est que Touline n'ira jamais se promener au milieu des voitures...
Et puis l'eau de la douche est froide ! (Ma dernière douche chaude remonte au Surinam !) Et ne me sortez pas que sous les tropiques on se fout d'avoir de l'eau chaude pour se doucher. C'est des conneries de plaisanciers en vacance ça ! Une douche chaude sera TOUJOURS meilleur qu'une douche froide, même sous les tropiques.

Trankil !
Mais tous ces petits inconvénients ne sont rien par rapport au plaisir cité plus haut. Rien de rien, peau d'balle, queutchi. En plus, je suis plutôt bien placé. Un peu à l'écart, sans être isolé. Le cul au vent, ce qui rafraîchi bien le bateau. Pas de moustiques... Que demander de plus ?
Touline s'éclate à découvrir son nouveau territoire. Elle fourre son nez partout, explorant sans vergogne les bateaux voisins, ce qui n'est pas forcément du goût de tout le monde... (Ce serait bien con qu'après toutes ces marinas fréquentées de par le monde, ce soit ici, en France, que ma coéquipière soit le moins acceptée, non ?) Elle essaye même de faire ami-ami avec un berger allemand qui réside à deux bateaux de là. Sans succès pour l’instant, je le crains. Alors bien sûr, je m'attends d'un jour à l'autre à ce que le décompte des bains forcés recommence... Pour l'instant nous en sommes à 48, mais je gage que la friponne passera les 50 avant la fin du trimestre !

Bon, je commence par quoi ?
Sinon, que vous dire ? Le Marin c'est un peu la Mecque du marin-voyageur. Quelque soit le port de France d'où un bateau est parti, un jour ou l'autre il est passé, ou il passera par ici. Ou alors il est resté. Depuis mon arrivée, c'est dingue le nombre de têtes connues que je croise. Des têtes parfois oubliées (pardon !), rencontrées il y a trois ou quatre ans, au Cap Vert, Las Palmas ou à Agadir. Je croise également pas mal de lecteurs (je vous croise donc !). Des gens qui se présentent à moi et qui me disent tout le bien qu'ils pensent de ces centaines d'articles dont je vous abreuve depuis bientôt six ans. Je devrais avoir l'habitude maintenant, mais je vous avoue que c'est toujours aussi surréaliste et déstabilisant.

Je suis là !

Concernant le fait de me retrouver « au pays », j'avoue avoir encore un peu de mal à trouver mes repères. Je suis encore surpris d'entendre le français en bruit de fond, et je galère toujours avec la monnaie (ils ont changé les billets depuis mon départ, non ?). Et puis qu'est-ce que la vie est chère ! Foutre-cul, c'est dingue... Après une première semaine où je me suis plutôt lâché sur la bouffe (saucisse de Morteau, carbonara, etc), j'ai vite été obligé de reprendre un régime alimentaire plus en accord avec mes finances. Le même régime alimentaire qui était le mien lorsque je touchais le RSA... Quelle misère ! Vous en voulez du déclassement ?!? Ailleurs, partout ailleurs, mon statu d'européen me situait dans la frange haute de la société. Ici, je suis redevenu ce que j'étais avant mon départ : un pauvre. Et même si j'avais un peu anticipé cet état de fait, franchement, ça fait chier.

Nouvelle tête
Alors vous allez me dire, si la vie est si chère pourquoi me suis-je mis sur le dos 320 Euros de marina par mois ? Et bien parce que je suis sûr que le fait de ne plus avoir à me soucier du bateau m'aidera à me concentrer sur des choses plus importantes. Comme mon avenir par exemple, ou ce fichu bouquin qui dort depuis quatre ans dans un tiroir de ma tête... En tous cas je l'espère !
Et puis, qui sait, le hasard d'une rencontre au détour d'un ponton changera peut-être ma vie ? En tous cas, si cela doit arriver, il n'y a pas de meilleur endroit qu'ici !

C'est là qu'est ma place !

C'est quoi ce chien là-bas ?

13 commentaires:

Frédérique Renaud a dit…

Bonjour Gwendal,
Encore une fois, tu nous emmène avec toi dans ton voyage...
Enore une fois, tu me fais rêver.....
Mais c'est sûr, ce n'est pas facile de "gagner" sa liberté....ça a un prix..et effectivement ça ne doit pas être si simple tous les jours.
Mais ce que j'aime chez toi, c'est que tu restes toujours positif et ça c'est un luxe...
Embrasses et fais plein de câlins à Touline et qu'elle fasse bien attention à elle...toi aussi d'ailleurs...sauf pour "The rencontre" 😉
Amicalement.

Laurent a dit…

Voyons le bon côté des choses, au moins, tu vas pouvoir te taper une andouillette ! Depuis le temps...

Gwendal DENIS a dit…

@Frédérique : Si tu trouves que je reste toujours positif alors... :)

@Laurent : Tu sais quoi ? J'arrive pas à en trouver !!!!! Grrrrrrrrrrrrr !

Sandrine Chamussy a dit…

T'as tout à fait raison pour la douche chaude! J'ai jamais été fan de la version congelée des brésiliens.
Et oui les billets ont changés :D après mon retour, la 1ere foi a la boulangerie je lui ai répondu que je voulais des vrais billets, pas ceux de monopoli qu'elle me tendait ��

J'ai hâte de lire ton futur bouquin!

Bizoux

Anonyme a dit…

Bonjour Gwendal,
ça me fait plaisir de te savoir amarré à un ponton.
Effectivement, c'est mieux pour la tranquillité du corps et de l'esprit. Un livre serait en préparation... récit maritime... vision du monde en général... Peut-on avoir un indice ?
Profite du confort de l'escale pour te reposer, faire le point et préparer La Boiteuse. Touline va pouvoir se dégourdir les pattes.
A bientôt.
David de Nantes

Gwendal DENIS a dit…

@Sandrine : Je me disais aussi !

@David : Un roman est en gestation depuis... quatre ans maintenant. Il ne reste plus qu'à commencer à l'écrire... Et pour l'instant je n'ai pas pondu une seule ligne !

franck a dit…

Yahoo Gwendal a une place au ponton!!!
La vie est chère mais douce en Martinique.
Franck sur tailana.

Gwendal DENIS a dit…

@Franck : Même ponton que vous, en face et au bout !

la Lésion d'Honneur a dit…

Slt Gwendal, après tout 320€ de loyer mensuel charges comprises ce n'est pas très cher finalement ! Pour le roman, crois-moi, réfléchis le bien et quand il sera mûr tu le pondras ! A propos de pondre, connais-tu Guirec et sa poule Monique ? http://voyagedyvinec.com/
@ +

Alizes 2 a dit…

Bonjour Gwendal

Nous sommes enfin au Cap Vert et l'aventure commence à prendre forme au mouillage
Concernant ton livre, il faut y croire, je réalise le mien sur mon enfance et il faut simplement saisir les pulsions,les envies d'écrire.
Tes talents d'écriture ne devraient pas poser de problème
A bientôt
Francis

Anonyme a dit…

Bonjour à vous 2...


Alors c'est comment la vie de ponton/château ????

AU plaisir de te lire.... ;-)

Kran

Gwendal DENIS a dit…

@La Lésion : Même au Brésil, c'est plus cher. Bien sûr que je connais la Poule Monique ! Mais elle ne vaut pas ma Touline !

@Alizés 2 : Je sais que vous y êtes ! A quand la traversée ?

@Kran : Le ponton c'est le pied ! Sérieux, quand je rend visite aux copains restés au mouillage, j'ai le mal de mer !

Johnny Zeisner a dit…

pour la wifi, pense a l'amplificateur, genre signal king env 50euros, une boite rectangle que je coince dans le palan de grande voile. ca change la vie.