samedi 28 juillet 2012

Voyage en Nulleparie (2)

07°02.535S 34°51.352W
Marina Jacaré, Brésil

Le jeudi 5 juillet 2012

Un lendemain bienvenu
09H45, Le soleil brille un peu. J’essaye de faire sécher tout ce qui a été trempé, car je sens que ça ne va pas durer.

11H20, J’ai été presque tranquille toute la matinée, mais un grain arrive droit devant, et il a l’air balaise. Je réduis la voilure au maximum.

13H25, bon, c’était pas si méchant finalement. A présent le vent est bien tombé et la houle décroît elle aussi peu à peu. Moins vite  alors ça secoue un peu... Forcément. J’ai toujours un léger mal de mer et pas trop d’appétit, mais je me force à avaler un bol de nouilles.
Vous savez quoi ? Je crois que c’est râpé pour établir un record de vitesse. Mais bon, l’important c’est d’arriver, non ? Quand ? Je n’en sais absolument rien. J’ai déjà une semaine de mer dans les pattes et m’est avis qu’il va y’en avoir deux de plus. C’est tout ce que je peux dire à l’heure actuelle.

15H50, quel calme ! Même s’il fait encore grisounet, on sent la chaleur des rayons du soleil à travers la couche nuageuse. Autour de moi la mer est de couleur gris acier avec des reflets d’argent. Les vagues ont quasiment disparu, reste tout de même une houle du Sud-Ouest qui fait tanguer la Boiteuse. A l’avant, l’horizon est, pour l’instant, vierge de cellules orageuses. Je n’ose pas lâcher mon deuxième ris, car j’ai peur que ce ne soit pas fini. Je pourrais dire que je serai définitivement sorti du Pot au Noir lorsque le ciel sera uniformément bleu au dessus de ma tête.
Ah oui ! J’ai terminé La Nuit des Enfants Rois, et j’attaque maintenant Le petit Chose de Daudet.

17H35, je pense à Séverine et à sa fille Betty qui d’une heure à l’autre vont me passer par-dessus la tête en avion, pour être là quand j’arriverai...

18H50, Mais... Je rêve ? Je n’ai pas changé de cap, toujours au 180° et me semble que... oui ! Je vois bien deux trains de houle qui se croisent. Un qui vient de l’Ouest et l’autre su Sud-Est ! Je sais bien que je suis loin d’être sorti du Pot au Noir, mais cette petite houle du Sud-Est, reliquat de ce qui se passe beaucoup plus bas, est bonne pour le moral.

20H10, Après un solide dîner (enfin !) composé d’une boite de conserve haricots-chorizo avec deux œufs au plat, je m’apprête pour la nuit non sans jeter un regard inquiet à la grosse cellule orageuse qui arrive. Celle-là, elle ne va pas me louper. Je réduis la voile d’avant et je fais le dos rond en attendant la pluie.
A demain les gens !

Le vendredi 6 juillet2012

Soleil, mon ami !
08H30, nuit difficile. Non pas à cause du mauvais temps, ça c’est plutôt bien passé, mais pour cause de difficultés à trouver le sommeil. A une heure du matin je ne dormais toujours pas. Remarquez cela m’a permis de me glisser près de l’étrave pour fumer une clope tout admirant quelques dauphins venus m’escorter quelques minutes. Sous le clair de lune, c’était chouette.
Puis, vers 04H30, l’alarme du Mer-Veille m’a réveillé pour me signaler un bateau par bâbord arrière. C’était un cargo. Il m’a rattrapé et a coupé ma route à deux ou trois milles devant moi.

A six heure, j’ai fait mon point pour me rendormir ensuite jusqu’à huit heure. Il va falloir que je fasse une sieste...

10H20, matinée grise. Grise la mer, gris le ciel. Un gris uniforme, sans taches sombre. Un gris très moche. Un ris triste.
J’avance plein sud au pré serré.

13H15, le temps passe lentement. Le gris s'éclairci un peu et la Boiteuse continue son chemin. Je commence à sentir la brûlure des escarres à force de rester assis. Régulièrement j’essaye de changer de position pour soulager une fesse... Mais avec un cockpit à la gîte, toujours du même côté, les combinaisons en termes de positions sont assez limitées.

14H45, j’ai fini Le Petit Chose et j’en ai encore les yeux qui piquent. J’attaque le Je, François Villon, de Jean Teulé.

Des voyageuses elles aussi
17H30, depuis quelques heures, j’aperçois des algues flotter sur l’eau. Brun clair, on dirait un peu des feuilles de chêne, avec des petits ballons d’air à la place des glands.

20H20, pfffff... Journée de merde, monotone et chiante. Toujours le même cap, le même vent, la même vitesse, le même amure... C’est long. Et pour finir en beauté c’est journée, voilà Touline qui se mutine. Huit jours de mer, c’est long aussi pour elle. Elle veut absolument faire le tour du pont en courant comme une tarée. Et ce malgré la gîte, la houle, les embruns et moi qui gueule. Ça fait trois soirs de suite qu’elle me fait le coup aux mêmes heures. Là, elle n’y a pas coupé et elle a eu sa raclée.

Samedi 7 juillet 2012

08H30, grasse matinée aujourd’hui, car le Mer-Veille a sonné quatre fois durant la nuit. J’ai dû à chaque fois resté éveillé pour m’assurer que ces quatre cargos, ou pétroliers je ne sais pas, n’allaient pas par hasard croiser ma route d’un peu trop près. On est au milieu de l’Atlantique et on se croirait dans le détroit de Gibraltar.
Du coup, j’ai zappé le point de 06H00. Je sais juste que je vais vers le Sud-Est, en direction de Cape Town ! Hihihi !!! Cap au 160°, droit vers l’Afrique du Sud !
Je ne peux pas faire mieux. Bon, l’essentiel étant de faire du Sud, tant pis si j’enlève un peu d’Ouest.
En parlant de Sud, nous sommes à 07°05’ de latitude Nord. Si je ne me suis pas trompé dans ma stratégie, il nous reste encore 300 milles à faire avant de rencontrer les alizés du Sud-Est qui me ramèneront vers les côtes du Brésil. Une affaire de quatre ou cinq jours...

09H15, Tu m’étonnes que je dérive vers l’Est ! Mon régulateur a les deux jambes cassées. Même avarie que la dernière fois, sauf que cette fois-ci ce sont les pattes de fixation qui ont cassé pendant la nuit, et pas les jambes que j’avais fait renforcer à Mindelo.
J’ai tout haubané comme j’ai pu, et ça a l’air de fonctionner encore... M’est avis que pour faire un cap précis ça va être un peu compliqué maintenant.

12H00 bon, faisons un petit bilan.
Neuf jours de mer et qu’est-ce que nous avons ? Un spi inutilisable, un Génois qui se déchire tous les jours un peu plus, un régulateur cassé, une manivelle de winch perdue, l’évier bouché... Quoi encore ? Une chatte capricieuse et hystérique.
Nous avons fait 700 miles depuis le Cap Vert et il nous resterait (notez l’emploi du conditionnel) 1020 milles à faire pour arriver à destination si nous allions à partir de cet instant en ligne droite. Ce que bien sûr, nous ne ferons pas.
Bref, tout va bien !

Mouais...
Tien je vais prendre une photo de ma gueule pour voir un peu la tête que j’ai. Mouais, j’ai déjà eu meilleure mine...

12H45 j’ai fini le Teulé. Merde, je lis un peu trop vite je trouve. Je n’aurai bientôt plus rien d’inédit à me mettre sous les yeux.
J’ai changé d’amure, et nous allons maintenant au 260°. La Boiteuse est foutuement inconfortable. Ça tape, ça tangue, ça roule. Du coup je n’ai pas trop envie de bouger. Je grignote quelques amandes et une banane. Ça va faire quatre jours que je ne suis pas allé où vous savez.

13H20, le Génois commence à partir en lambeaux.

13H45, des chocs sourds se font entendre. Du genre inconnu au répertoire des bruits du bateau. Je jette un œil à l’intérieur pensant à une porte qui claquerait, mais non. Je parcours le pont des yeux et... Merde, elle est où l’ancre ?
Je me précipite à l’avant, nu comme un ver (ben oui, ça fait quelques jours que je lutte contre la chaleur de cette façon) et je remonte tant bien que mal l’ancre qui battait contre la coque. Avec cette houle courte, le tangage est tellement voilant que les deux boutes qui la maintenaient à poste ont cédé. Je la fixe à même le pont le mieux que je peux, puis je reviens au cockpit trempé de la tête au pied.

C’est bon là ? Je peux essayer de dormir maintenant ?

16H00, je m’emmerde. Il faut absolument que j’occupe mon esprit. J’attaque la lecture du fameux Hotel New Hampshire de John Irving. Il fait partie de mes livres de chevet.

18H30, le Mer-Veille sonne. Un pétrolier arrive par tribord arrière. C’est le huitième depuis mon départ.
Le vent est au Sud maintenant. J’hésite entre l’Est ou l’Ouest pour ce qui est de l’amure et de la route... Allez, ce sera l’Est pour encore une nuit. Cap au 125°.

19H05, oh puis non. Je vire de bord et prend la direction du 210°. Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis.

Dimanche 8 juillet 2012

Mon pauvre Génois !
08H10 on est dimanche ! Nuit tranquille pour une fois. J’ai tellement bien dormi que j’ai encore zappé le point de six heures. Pas grave, je le ferai à huit.
Pendant la nuit j’ai fait 37 milles. Soit une moyenne de 2,3 nœuds...
J’ai une grosse houle assez courte par le travers et je me traîne. A ce rythme je commence à me dire que je vais sans doute dépasser le délai d’inquiétude... Vous savez, le délai à partir duquel vous êtes autorisés à vous inquiéter pour moi. J’avais dit un mois si je me souviens bien.

10H00, j’avance à la vitesse moyenne de 1,85 nœud. De mieux en mieux. Je crois que c’est à cause du courant équatorial. D’après les cartes je devrais être en plein dedans. Mer hachée, houle du Sud. La Boiteuse gigote beaucoup pour pas grand-chose.

12H10, l’espoir est une chose dont je me méfie par instinct car, à mon sens, un espoir déçu est bien pire qu’une mauvaise nouvelle. J’imagine que cela a à voir avec la dose d’investissement personnel que vous y mettez. Toujours est-il que le vent tourne au Sud-Est, et que je fais route au 220°. Droit sur le Brésil. Bon, à 2 nœuds j’en conviens mais j’y vais tout de même. Finit les bords carrés et les routes qui vous éloignent plus qu’elles ne vous rapprochent de votre but.
Fini ? Vraiment ?

18H10, à cause de ce fichu courant j’ai fait 10 milles en six heures. Pourtant le vent est là... Un petit F2 sympa. Mais la houle et le courant sont tels que c’est comme si j’avançais dans de la glu. De plus en plus d’algues dérivent autour de moi.

19H05, le ciel est presque vierge de nuage et sans doute vais-je pouvoir enfin apprécier un coucher de soleil digne de ce nom. Parce qu’avec la grisaille de ces derniers jours je n’en ai pas trop eu l’occasion.
Allez, on va dire que demain matin je serai sorti de cette mélasse d’accord ? Allez, on dit ça.

Lundi 9 juillet 2012

06H35, et merde... J’ai encore loupé de point de six heures. Pas grave, je le ferai à sept. J’essaye de grappiller quelques minutes de sommeil, mais je n’y arrive pas. Il fait encore nuit, mais derrière la vitre en plexi, Touline a vu que j’étais réveillé et roucoule.
Allez, on se lève et on se prend un bon café avant d’attaquer la journée.

06H50, j’ai ouvert la descente et rangé les matelas, et pendant que je descends mettre l’eau à chauffer pour le café, Touline sort dans le cockpit.
Je remarque que sa gamelle est vide, aussi je la lui remplis avec quelques cuillères de la pâtée pour chat qu’elle n’aime pas. Je l’appelle pour qu’elle vienne manger, mais bien sûr comme elle sait ce qu’il y a au menu elle n’obéit pas.
Je jette un œil dans le cockpit, pas de chatte. Et merde, ne me dites pas que cette conne est déjà partie se balader sur le pont ! Je sors, et avec ma lampe frontale j’éclaire le pont. Rien. Pas de chatte.
Là, je commence à m’inquiéter un peu et mes appels où pointait la colère transpirent maintenant l’angoisse. Touline ! Touline !

Je redescends dans le carré pour en faire un tour d’inspection, mais je sais déjà au fond de moi qu’elle n’y est pas. Au passage j’éteins le gaz sous la bouilloire et je remonte. Je me hisse sur le balcon arrière en braquant ma lampe dans le sillage et en hurlant TOULINE !
Toujours rien, si ce n’est un vague couinement qui pourrait tout aussi bien être le grincement d’une drisse...

Belle prise !
Bon, ça suffit. Je choque la GV, enroule le Génois à toute vitesse et j’allume le moteur. Au premier essai, rien ne se passe. Argh ! Au second essai, Mercedes démarre enfin. Ouf !
Je jette un œil au compas. 210°, ok. 210°-180° ça fait combien ? Pendant que je vire de bord et que je branche le pilote électrique mon esprit s’embrouille dans ses calculs. 210-180 ça fait combien merde ! 210-100=110, ok. (110-80)=(100-70), ok. 30 ! C’est ça, ça fait 30° !
Je mets le cap sur 30°, moteur au ralenti. Je récupère l’épuisette télescopique et je vais me poster à l’avant de la Boiteuse.
La lune est couchée, on ne voit rien. J’appelle sans discontinuer TOULINE ! TOULINE !
Soudain, tout près de moi je l’entends qui miaule ! Une espèce de miaulement à la fois grave et terrorisé, étrangement proche. Je reprends alors espoir car en fait, tout ce que je venais de faire je le faisais sans trop y croire. Parce que je me disais qu’il faut toujours tenter quelque chose. N’importe quoi, même l’impossible.
J’appelle encore, le miaulement semble s’être éloigné sur tribord arrière. Soudain, dans le faisceau de ma lampe j’aperçois deux petits points orangés qui brillent dans la nuit. Elle est là ! 30 mètres derrière le bateau.
Je me dirige alors vers le poste de pilotage tout en essayant de ne pas perdre de vue ces deux petites balises ballottées par les vagues... Hélas, comme à un moment il faut bien que je regarde un peu où je mets les pieds pour ne pas me casser la gueule moi aussi, je la perds.
Je fais de nouveau demi-tour, au jugé cette fois, et repars dans l’autre sens.
Là ! Je la vois ! Deux points lumineux qui brillent à 20 mètres, pile dans l’axe !
Je fonce à l’avant avec mon épuisette. Pendant un instant je me souviens combien il peut être compliqué de saisir une bouée, un homme ou n’importe quel objet à la surface de l’eau. Si le bateau passe à plus d’un mètre d’elle, je ne pourrai pas l’attraper. Mais non ! La Boiteuse se dirige droit sur sa cible !

Elle m'aura tout fait
Je n’ai guère à me pencher pour plonger mon épuisette. Touline s’y accroche en miaulant de plus belle. Une vague un peu plus forte que les autres arrive à ce moment et l’étrave se dresse en l’air avant que de retomber de l’autre côté dans une grande gerbe d’eau. J’ai écarté autant que j’ai pu l’épuisette du bateau pour ne pas qu’il lui retombe dessus, mais je ne peux empêcher celle-ci de s’enfoncer d’au moins cinquante centimètres sous la surface. Je vais la perdre !
Mais non, une fois la vague passée, je vois ma Touline toujours accrochée au filet de l’épuisette. Elle s’y agrippe de toutes ses forces. J’essaye de la hisser, mais c’est alors que le manche de cette épuisette Made in China de merde se met à plier sous le poids ! Je me mets alors à la remonter verticalement en espérant que la chatte continue à s’agripper. Encore un effort... et j’arrive enfin à la déposer sur le pont.

J’attrape alors ma chatte et la serre contre moi. Je t’ai retrouvé ! Je t’ai retrouvé ma Touline ! Papa t’a retrouvé ! Mes nerfs lâchent et je me mets à pleurer.

Puis ce fut le retour à l’arrière avec la chatte dans les bras. A l’Est une pâle lueur commençait à poindre, le jour arrivait. Il était 07H10, et cette aventure aura duré 20 minutes.

08H25, Au fait, avec tout ça j’ai oublié de vous dire : La Boiteuse est en train de filer à 3-4 nœuds au 240°. Je suis enfin sorti de ce courant de merde ! Comme quoi, une bonne nouvelle peut ne pas arriver seule.
Et puis aussi, pour ceux qui tiennent les comptes, nous en sommes au 18ème bain forcé de Touline. Espérons que celui-ci lui serve de leçon définitive... Oui je sais, à chaque fois qu’elle tombe à l’eau je dis ça... Mais bon, on peut toujours rêver !

12H00 Plus d’algues qui flottent sur l’eau. 3 nœuds de moyenne sur les quatre dernières heures, c’est deux à trois fois plus que les journées précédentes. Maintenant j’aimerais que le vent tourne un tout petit peu plus à l’Est et tout serait parfait.
Touline se remet parfaitement de sa mésaventure de ce matin. Elle joue dans le fond du cockpit avec un bout d’écoute.

14H00, j’ai fini Hotel New Hampshire. J’attaque Le Seigneur des Anneaux, premier volume, la Communauté de l’anneau.

18H00, le vent a un peu baissé, mais le cap est parfait : 210° au près presque serré.
Allez, jouons un peu. Il me reste 926 milles à faire. A la vitesse de 3 nœuds cela fait 12 jours, et à 4 nœuds, 9 jours. Ce qui nous amène à Jacaré au mieux le jeudi 19 juillet, et au moins mieux le samedi 21 juillet. Bon, je sais que cela s’apparente plus à des prédictions qu’à des prévisions, et que les unes comme les autres n’ont pas vraiment de sens... Mais ça fait du bien au moral quelque part de voir le bout d’un tunnel.  A moins bien sûr qu’une autre tuile ne me tombe sur la gueule...

18H25, Cargo sur tribord. C’est le 9ème.

20H00, le soleil se couche. J’ai mangé, et bien sûr j’ai dû aller chercher Touline sur le pont... Elle le fait exprès la salope. Elle reste relativement tranquille tout la journée, mais dès que j’ai fini de manger et que la lumière commence à baisser, je la vois qui rôde près des passes-pont. Elle a la queue qui fouette l’air et n’attend qu’une chose, que je détourne les yeux quelques secondes. Saleté va !

20H30, et de dix ! Je parle de bateaux bien sûr.

Le mardi 10 juillet 2012

Petit matin
07H10, encore deux autres bateaux cette nuit... Ce qui fait douze. Le bon côté des choses c’est que s’il m’arrivait de couler, il ne me faudrait guère de temps avant que d’être secouru !
Cette nuit, alors que j’observais le onzième de ces gros machins pour savoir par quel côté il allait passer, je me suis mis à regarder les étoiles.
Même si cela m’intéresse, je n’ai jamais été très calé en astronomie. Tout au plus sais-je reconnaître quelques étoiles et constellations, Orion, Vénus, Cassiopée, La Grande et la Petite Ourse, etc... Mais depuis que je m’approche de l’équateur, je me demande si je saurais reconnaître la Croix du Sud... Et bien oui, je crois.
Cette nuit donc, par 05°40’ de latitude Nord, j’avais dans mon sillage l’étoile polaire, et devant moi, ce que je crois être la croix du Sud. Une espèce de losange avec à sa base la plus pointue, deux étoiles. Semblable en tous points à ces médailles que les berbères vous vendent dans les souks au prix de l’argent.
L’étoile polaire d’un côté, la Croix du Sud de l’autre... Je suis juste au milieu de deux mondes.

Cette nuit le vent est tombé, et ça a été pétole de chez pétole. Ce matin, alors que je m’apprêtais à faire un brin de toilette, j’ai constaté que la douche solaire qui était arrimée sur le pont avait disparue... Pas grave, je vais me débrouiller autrement.
Et puis sinon, ce matin je suis allé à la selle ! Après sept jours de rétention !

08H00 J’ai fait le point. Pfiouuuuu... 1,5 nœuds de moyenne sur les 14 dernières heures. C’est vraiment pas la joie. Je relâche le ris n°2... Espérons que le vent se lève.
Malgré la pétole, j’ai décidé de conserver mon Génois pour l’instant. Même s’il ne ressemble plus à grand-chose, il me permet d’avancer un peu dans ce petit temps.

08H50, toilette faite. La première depuis le début de la traversée. Oui je sais, c’est pas top au niveau hygiène, mais comme je suis nu quasi en permanence, je n’ai pas l’impression d’être sale (Cherchez bien, je vous promets qu’il y a un rapport).

09H25, Il fait déjà chaud. Je tends ma petite couverture pour me protéger du soleil. Je viens de jeter mes dernières bananes, car elles étaient toutes pourries. De tous les fruits que j’ai achetés avant de partir, je n’ai mangé qu’une mangue et quelques bananes... Tout le reste a fini par-dessus bord. A commencer par les papayes qui n’ont même pas eu le temps de mûrir et se sont transformées en compote en trois jours.

11H20, je vous ai fait une petite vidéo !



Ça c'est du leurre !
12H00, le vent a l’air de se lever un peu... Je prépare du riz avec du thon mayonnaise.

15H10, un pétrolier sur tribord. N°13.
Si ce n’était la vitesse (<2,5 Nds), la navigation est agréable. Beau ciel bleu, quelques petits nuages paresseux et l’Océan. Bleu aussi, forcément.

16H10, comme c’est pétole, j’ai le loisir de pouvoir observer les petits poissons qui suivent la Boiteuse, planqués sous la coque. J’essaye de les attraper avec l’épuisette,  mais ils sont trop rapides. Sinon, pour les plus gros je me suis confectionné un nouveau leurre avec des brins d’aussière et des cheveux d’anges de Noël (Ceux que Xavier m’a filé). J’espère qu’il fonctionnera mieux que les autres.

17H25, là, vraiment c’est pétole. Le régulateur ne gère plus rien et je me suis retrouvé le nez vers le Nord. J’allume le moteur pour quelques petites heures.

19H15, j’ai décidé de marcher au moteur pendant six heures au maximum, car je tiens à me garder une bonne réserve de gasoil pour l’arrivée. Après ce sera à Eole de prendre le relais. S’il le veut bien.
Je me rends compte combien mes petits calculs prévisionnels d’hier peuvent être ridicules. Enfin si, ça a peut-être une utilité pour le moral, au moment où je les fais, mais sur une aussi longue distance, cela n’a franchement aucun sens. On arrive quand on arrive et pis c’est tout !
N’empêche qu’au point de midi, je venais de faire ma plus petite journée... 45,9 milles... Par contre j’ai pensé à une chose cet après-midi, c’est qu’il va peut-être falloir que je fasse gaffe à la bouffe. Oh, je ne pense pas crever de faim, rassure-vous, mais je vais tout de même faire attention. Pour l’eau, ça va.

19H55, le coucher du soleil est magnifique ce soir. J’ai dîné d’un riz-thon-œufs au plat. Qu’est-ce que je n donnerais pas pour un morceau de pain frais !!!!
Et le premier navigateur-lecteur qui me rétorque : « Ben pourquoi tu le fais pas toi-même ? C’est faciiiiile ! », je lui pète la gueule. C’est clair ?

20H25, j’arrête le moteur après trois heures. Il y a un petit vent qui me fait avancer à moins de deux nœuds, mais au moins j’avance et j’économise du gasoil.

Ah ouais... Quand même !
Le mercredi 11 juillet 2012

07H40, houla, il n’est que 07H40 et je suis déjà en nage ! Il faut dire que... Bon.
A 02H30, le battement de la bôme m’a réveillé. Je faisais route au 30° au lieu du 210°. Plus de vent. Rien. Quedalle. J’ai alors rallumé Mercedes et ce pendant trois heures et demi. A 06H30 du matin, et après mûres réflexions, je me suis servi une tasse de café et j’ai attaqué un boulot trop longtemps repoussé : Changer ma voile d’avant. Je ne saurais dire pourquoi, mais je me suis dis que c’était maintenant qu’il fallait que je le fasse.
Il m’aura fallu pour ça un peu moins d’une demi-heure. Pendant que je m’affairais, l’Est s’est éclairci peu à peu, et au moment où j’écris ces mots le soleil fait son apparition. Et moi je n’ai plus un poil de sec !
N’empêche, je suis bien content d’avoir viré mon Génois. Je crois qu’il est vraiment foutu le pauvre. De le voir se déliter comme ça, un peu plus chaque jour, ça me fendait le cœur. Certes, maintenant avec mon foc je vais avoir du mal à grappiller les petits soupirs d’Eole, mais au moins quand le susnommé se mettra à me souffler dans les bronches, je ne risque pas d’avoir de mauvaises surprises.
Il faudra que je pense à transférer du gasoil dans mon réservoir principal aussi... Mais bon, ce sera pour plus tard. Pour l’instant, je sèche !

Le foc est à poste
08H15, des daurades pourchassent un banc de poissons volants ! C’est magnifique comme elles sautent !

10H10, Bon, j’en ai marre de tourner en rond (au sens littéral du terme). Je transvase vingt litres de gasoil et j’allume Mercedes. Même le pilote électrique ne peut rien gérer si le bateau n’a pas un minimum de vitesse. Je prends la résolution de me garder les vingt derniers litres pour l’arrivée.

11H25, Putain qu’il fait chaud ! De temps en temps je mets la tête à la portière pour avoir un peu d’air, car sous la capote il fait une chaleur de dingue ! Enfin, c’est supportable, mais c’est chaud !
De temps en temps je puise un seau d’eau dans la mer et je me le renverse sur la tête. Ça fait du bien....

12H45, J’ai mangé. Toujours la même salade riz-thon-mayo, avec des pêches au sirop pour dessert.
J’ai fini la Communauté de l’Anneau, mais avant de commencer le tome deux, Les Deux Tours, une petite sieste s’impose.

14H45, un navire par bâbord arrière. C’est un porte-conteneurs et c’est le 14ème.

15H30, j’arrête le moteur. Un petit souffle d’air semble s’être levé. Le souci c’est qu’il vient du Sud-Sud-Ouest. Je fais donc cap au 150°. Forcira-t-il ? Changera-t-il de direction ? Allez Eole, un petit effort s’il te plaît !

16H00, Dieu que c’est agréable d’entendre enfin le chuintement de l’eau le long de la coque ! Merci Eole ! Maintenant si tu pouvais juste un peu te tourner vers... Non ? Bon d’accord, je n’insiste pas.

19H00, YES ! Eole, t’es le meilleur ! Je vire de bord et mets le cap au 210°. Tudo bem !

20H15, Pouhhhhh... j’ai mangé comme un chancre. Je pensais en avoir fait pour deux repas, et puis finalement j’ai tout gobé. C’est que les tripes avec du riz, j’adore ça ! Et aussi peut-être que j’avais faim... Bon, la Boiteuse file ses 3 nœuds au près, cap au 210-220°. La nuit tombe, les feux sont allumés, il n’y a plus qu’à se coucher. A demain !

Le jeudi 12 juillet 2012

Ça va ? t'es bien là ?
08H10, nuit calme qui m’a vu faire de la route à un moins de trois nœuds, secoué, ballotté dans tous les sens. Dieu que je déteste le près !
Remarquez, ça a été dur pour d’autres aussi puisque à six heures j’ai surpris un oiseau qui prenait mon panneau solaire pour un hôtel.
De même, dès qu’il a fait jour, j’ai trouvé un poisson volant échoué sur le passe-pont. Même un peu sec, Touline l’a dévoré d’un bon appétit.
La mer est cassante avec une petite houle très courte du Sud et un vent de force 3.
Allez, nous sommes exactement à 4°10’ de latitude Nord. Après l’équateur, les vents et la houle devraient logiquement virer Sud-Est et l’allure devenir plus confortable. Peut-être même avant... Courage !

En attendant, j’ai eu le nez creux d’avoir troqué mon Génois contre mon foc. Bien vu le Gwen !

16H15, coïncidence. A cette heure, cela fait 15 jours que je suis en mer. De même, j’ai atteint aujourd’hui le point de non-retour. C'est-à-dire que la distance qu’il me reste à parcourir est inférieure à celle que j’ai parcouru. Je parle de la distance au compas.
Cela ne veut pas dire qu’il me faudra quinze jours pour faire les 800 milles qui me restent, hein ? Enfin j’espère.
J’entame également ma dernière cartouche de cigarette. Mollo sur les clopes Gwen... Pour le tabac à pipe, ça va. Avant de partir j’ai fait une grosse réserve de cette infâme brisure capverdienne qui sent la sciure de bois (qui n’est en fait que des cigarettes dépiautées).
Le vent est monté. F4-F5, avec des creux de 1,5 m et quelques déferlantes dans la gueule. L’écriture est particulièrement malaisée et tous déplacements s’apparentent à de l’escalade dans une cage à écureuil qui roulerait. J’ai des bleus partout.
Profite ma belle... Après c'est mon tour.
La seule place à peu près confortable est le banc situé sous le vent. Hélas, comme je me suis levé pour me faire un café, Touline en a profité et s’y est installée. Allez, je vais être sympa et la lui laisser un petit moment. Il faut que je soigne un peu nos relations à tous les deux, parce que même si je lui ai sauvé la vie, je crains qu’à notre arrivée elle ne demande le divorce. Pauvre bête... Elle aussi elle en bave. Sauf que elle, elle n’a rien demandé à personne.

17H35, J’ai dû raccourcir les drosses du régulateur. Celle de bâbord était usée jusqu’à l’âme.

18H00, j’avance bien (3 Nds) et dans le bon sens (220°). Je suis content. Je n’ose me lancer dans d’autres calculs à la con pour estimer une date d’arrivée, mais disons entre le vendredi 20 et le lundi 23/07. (Zut, je l'ai quand même fait !)
Allez, courage Gwen ! Tu as fait le plus dur. Pense à ton arrivée et à la légitime fierté qui sera la tienne ! Pense d’où tu es parti, et où tu seras bientôt...

19H30, A table ! Une boite de cassoulet espagnol, dégusté à même la casserole. Le coucher du soleil est de plus en plus beau...

Fin de la deuxième partie.

T'as eu du bol toi...
Touline ! A table !
On a de la visite !
Complicité

22 commentaires:

Giorgio a dit…

Çà fait plaisir de te lire, et de t'entendre, avec la véracité de toutes tes épreuve...après le "Pot au Noir" on te souhaite le Pot aux Roses"...

Sophie L a dit…

Touliiiine! :(
Bon, on sait que le capitaine et le bateau sont bien arrivés, rassure-nous, l'équipière est bien arrivée aussi, hein?
Bravo pour le sauvetage en tout cas. Et merci pour la suite du récit, toujours aussi prenant.

Sonia a dit…

A Toi la croix du sud, enfin :)

'Tsuki a dit…

C'est magique ce récit ; tu écris super bien, c'est tellement vivant... Le sauvetage de Touline j'y étais, et je criais avec toi en écoutant avec angoisse la nuit...

Génial !

Je vais lier un sort pour vous deux, et mettre plein de cierge à l'Eglise pour vous... ;)

Thrse a dit…

Mon dieu que j'ai eu peur pour TOULINE!!!! Et toi aussi! tu pense, tu sera devenu quoi sans elle?! Il y a tellement d'amour entre vous deux!
Tu te rattrappe bien à ce que je vois au niveau de l'écriture... On t'accompagne point par point et on vit l'aventure avec toi!

Gros bisous et bonne nuit! Gros gros câlins à touline pour moi!

Gwendal a dit…

@Girogio : Merci M'Sieur !

@Sophie : Ben oui elle va bien ! Il n'y a que moi qui ait été traumatisé !

@Sonia : Enfin ! ;)

@Tsuki : Merci beau coup Tsuki ! (Bon, tu sais ce que je pense de tous tes trucs, mais que cela ne t'empêche pas de le faire surtout :) )

@Thérèse : Et moi, j'ai pas droit à un câlin ? Pffff...

Monique a dit…

Bon moi je ne ferai aucun commentaire sur Touline...
A ce stade de l'aventure, il semble que le plus dur (ou le plus chiant?) soit passé mais j'ai comme l'impression que c'est pas fini !!

J'attends la suite avec impatience et surtout la fin de la 3ème semaine, celle où j'ai commencé à stresser...

Bravo pour le récit ! Oui c'est vif et précis...j'aime le surtout tes apartés !!

Les aventures de Shaka a dit…

Toujours un plaisir de te lire mon cher. La route a été longue on le sent.... je me doutais un peu que Touline s'était baignée en route...

Quand la mer et le vent brassent, les journées sont longues.. mais au moins ça avance... quand il ne vente pas.. ça doit être autrement plus long !

Juste comme ça, je sais qu'il est un peu tôt.. si c'était à refaire (la traversée)... tu le ferais à nouveau ? Changerais-tu quelque chose ? (route/stratégie, équipage, ...) ?

Salutations chaleureuses !

Shaka

Gwendal a dit…

@Monique : Est-ce que le plus dur est passé ? Va savoir... Pour ma part je n'y mettrais pas ma main à couper !

@Shaka : Un peu tôt en effet pour répondre à ta question. A priori j'ai envie de répondre oui, sans rien changer à quoi que ce soit. Tout simplement parce qu'il fallait que je le fasse, et que j'ai fait de mon mieux... Si allez, la saison. Si c'est à refaire je ne le ferai pas en juillet, mais avant la fin du mois de mai.Les vents sont mieux établis.

cazo a dit…

Ben dis donc... Quel pied de lire tes aventures les fesses bien calées dans un fauteuil, au frais !! Merci de ne pas avoir trop fait languir tes lecteurs assidus, car c'est un régal...

Touline est vraiment passée à deux doigts de la correctionnelle, elle ne doit son salut qu'à la promptitude de ta réaction, et à une chance ENOORME dont elle ne se rend peut-être pas compte... Espérons que la leçon soit bien intégrée !!

Toujours aussi passionnant, j'attends avec impatience le 3eme chapitre, qui devrait nous réserver encore quelques beaux moments de littérature épique !!

Gwendal a dit…

@Cazo : Littérature épique, comme tu y vas !
Cela-dit, je crains que Touline n'est pas bien assimilé le concept du danger en mer... Puisqu'elle continu ces conneries.

... a dit…

Sacrée Touline...

Marie a dit…

J'étais sure qu'à un moment ou à un autre, tu nous raconterais que Touline était tombée à l 'eau... un pressentiment...
Tu as des talents de conteur Gwendal! Ce récit est très beau. Ligne après ligne, j'ai un peu l'impression d'être sur la Boiteuse moi aussi. J'attends la 3ème partie avec une impatience non dissimulée !!!

lucifer ! a dit…

j'étais fâchée quand j'ai vu que tu as mis une raclée à Touline!mais après avoir vécu, seconde par seconde , le sauvetage de la princesse, je me dis que tu t'es bien rattrapé !
Elle fait ce qu'elle peut pour te mettre un peu de piment dans tes jours bien longs !comme tu devais être heureux après l'avoir récupérée !!!
Je pense aussi que tes repas ne sont pas spécialement diététiques... mais ... sauve qui peut , je sens que je vais m'en prendre une , de raclée !
Tout ça pour dire que t'es quand même un chef et que tu nous épate !

Gwendal a dit…

@... : M'en parle pas !

@Marie : Il est arrivé exactement la même histoire sur un bateau que connait une amie... Moi aussi j'avais peur que cela m'arrive. Et c'est arrivé.

@Lucifer : Touline met du piment c'est vrai, mais celui-là, je m'en serais bien passé. Pour les repas, j'attends d'avoir une cuisinière à domicile. Là, je pourrais sans doute commencer à penser à ma santé.

Alexandra et Xavier a dit…

J'ai flippé quand tu as commencé à raconter le bain forcé de Touline (je vois qu'elle est toujours aussi obéissante...)!
Pour le reste du récit, c'est comme si on y était, chapeau...
On attend la 3eme partie pour savoir.... si le leurre "La Boiteuse" a pêché :)
Bises

Gwendal a dit…

@Alexandra et Xavier : Le leurre "la Boiteuse" n'aura pas eu le temps de faire ses preuves puisque Touline arriva à me le foutre à l'eau alors que je le faisais sécher.

'Tsuki a dit…

Tu devrais être honnête, Gwendal... Dis leur.

Avoue qui tu as supplié quand Touline avait disparu.

Dis à qui tu as adressé ta supplique, quand tu la cherchais désespérément des yeux, et que tu désespérais de l'entendre piauler...

Allez, dis-le.

Ça te fera du bien, d'avouer qui tu as prié, à ce moment là précis, et qui te l'a accordée cette faveur de la retrouver, à toi, l'athée...

C'est toujours quand l'humain est désespéré, qu'il retrouve le chemin perdu ou méprisé de sa foi...

Petit comique, va.

Gwendal DENIS a dit…

@Tsuki : Désolé de te décevoir, mais à aucun moment cela ne m'a traversé l'esprit. La seule foi que j'ai, c'est en moi-même, et je ne suis redevable d'aucune faveur accordée par je ne sais quelle instance supérieure.
Mais libre à toi d'y voir autre chose.

'Tsuki a dit…

Déjà debout à 7h00 ? Tu dois bien te faire chier, en ce moment...

:D

Gwendal DENIS a dit…

@Tsuki : Debout à 05H00, avec le soleil, comme tous les matins :)

'Tsuki a dit…

Ah... C'est bien, tu progresses ; cette fois tu t'es méfié, et tu ne t'es pas précipité pour répondre.