mardi 11 septembre 2012

C’est compliqué d’être un humain



07°02.535S 34°51.352W
Marina Jacaré, Brésil
 
Quelques mots, une bafouille tout au plus, pour vous décrire ce qui se passe dans les replis obscurs de mon cerveau.
A l’heure où je tape ces mots, je devrais être en route pour la Capitainerie du port de Cabedelo pour effectuer ma sortie de l’état... Entre parenthèse, voilà encore un truc qui me fout les boules. Je crois que je n’arriverai jamais à comprendre ces pays qui ne sont que des amalgames inégaux d’états plus ou moins indépendants, avec leurs administrations propres et leurs lois qui diffèrent, voire se contredisent. Bref, le fédéralisme m’emmerde.

Mais bon, revenons à nos moutons, je devrais y être et je n’y suis pas vous disais-je. La faute à une belle et bonne crise de « pas envie ». Pas envie de partir de Jacaré, de laisser mes potes et ma tranquillité. Pas envie de céder au côté raisonnable de la chose qui devrait me voir prendre la mer contre vent et marées alors que le bonhomme lui, n’aspire qu’à humer l’air du temps et à siroter des jus de cajou.

Ces derniers jours m’ont vu préparer la Boiteuse alors que mon esprit rechignait à partir. Je ne vous dis pas la schizophrénie qu’engendre une telle activité... Limite vous avez envie de chialer tellement l’écartèlement est douloureux. Vous êtes là, vos mains travaillent, vos mots proclament haut et fort votre intention, mais votre tête ne cesse de chercher une excuse, un prétexte, pour procrastiner. Sans parler de la culpabilité qui vient s’insinuer, visqueuse et puante, alors que franchement on ne lui avait rien demandé.
C’est que mine de rien, la liberté ça vous rouille les articulations de la tête. A force de faire un peu comme vous l’entendez, se voir forcer la main par un règlement à la con, peut vite devenir insupportable. Ou plutôt douloureusement surmontable... Et je n’ai pas choisi cette vie pour me faire du mal.

Donc voilà, je remets mon départ à plus tard. Je partirai parce que j’en aurai envie, et non pas parce que je le dois. « Jouir sans entrave » disait-on en 68, et c’est bien ce que j’ai l’intention de faire, autant qu’il me sera possible.


Cela dit, bientôt tous ceux avec qui j’ai tissé des liens auront eux-mêmes mis les voiles, et il se peut que je me retrouve bientôt comme une âme en peine. Le départ deviendra alors sans doute plus naturel... On verra.
En attendant, et puisqu’on en parle, même si on sait que la terre est ronde et que les routes de navigations se croisent toutes, il y a des séparations qui sont plus douloureuses que d’autres. Je pense à Hughes et Caroline, ou bien à Michela et Francesco par exemple, qui sont des gens formidables. Ou encore la charmante et magique Zoe, que j’aurais aimé connaitre mieux... (Foutue timidité !) M’enfin, on peut toujours croire que nos sillages se croiseront de nouveau, mais personnellement je ne crois pas que j’arriverais un jour à me blinder contre ça. Je ne sais pas si j’ai envie de me blinder contre ça.

Bordel ! Même libéré de la plupart des saloperies qui vous pourrissent la vie au quotidien, on est quand même capable de s’inventer des trucs qui font mal... C’est compliqué d’être un humain, moi je vous le dis ! 

PS : Je viens de me rendre compte que mon titre contredisait celui de l'article précédent. Ne vous inquiétez pas, c'est normal. Je ne suis, nous ne sommes, que des paradoxes ambulants.

Cinq heures de boulot pour nettoyer la coque
Le fleuve est à marée basse, comme moi...

15 commentaires:

'Tsuki a dit…

Concernant les titres qui se contredisent, une remarque lexicale : dans le précédent billet tu as dit que ce son les trucs qui sont pas compliqués ; donc ça ne se contredit pas forcément, quand tu intitules ce billet en disant que les humains c'est compliqué... Les choses sont moins compliquées que les gens, tu as à 100 % raison.

Quant à retarder ton départ... Et ton angoisse/culpabilité qui en découle parce que tu fais pas comme tu as dit au départ... Ca me rappelle quand tu t'apprêtais à partir : la boiteuse était prête, tu aurais du prendre le vent et puis tu es resté quelques semaines/mois de plus, en t'excusant et en culpabilisant à moitié... Tu es ton propre maître, Gwendal : fais ce que tu peux quand tu en as envie... Et arrête de te justifier auprès de nous, de toi ou de ton chat. Si ta Boiteuse est réparée, eh bien ça fera toujours ça en moins à faire au printemps quand l'envie de reprendre la mer viendra...

Te speede pas, et surtout pas pour nous : tu viens de te taper une solitaire, et tu en as chié. Tu as mérité tes vacances... Profite, profite... Réparer ton bâteau c'est bien, mais le bonhomme aussi a besoin d'être réparé avant de repartir, et ça, comme c'est pas matériel ben ça prend un peu plus de temps.

C'est bien pour arrêter d'avoir des contraintes et des schedules avec des dead lines angoissantes que tu as aussi décidé de partir, non ?

Bises à tous les deux,
E.

(viens voir le Brésil sur mon blog, si tu en as l'occasion : en ce moment je mets en ligne mes photos du festival 2012 de la Gacilly, où le Brésil est à l'honneur... J'ai pensé à toi sur place)

SONIA a dit…

Gwendal !
Voyons le bon côté des choses : si tu pars dans 3 jours, la Boiteuse sera prête.
Si c'est dans six semaines, eh bien, il te faudra re-gratouiller la coque.
Les gens que tu a appris à apprécier, tu ne vas pas les perdre.
Et puis te connaissant, cet article aura eu un effet libérateur, je l'espère, et tu vas te sentir mieux.
Haut les coeurs, captain !
Et prend ton temps. Ce n'est pas grave si tu procrastines. (à part ce problème de visa qui est tout de même une sacrée contrainte).
Nous, on ne bouge pas. On est là, fidèles à la lecture. Bisous.

Bateau Loïck a dit…

Les italiens partent aujourd'hui, toi et nous dès que possible. Comme il est toujours dur de s'arracher d'un coin qu'on a aimé, il faut profiter du mouvement. De toute façon y a pas le choix, à cause des visas. Même si tu descends pas escales et nous tout droit, c'est rendez-vous à Paraty début octobre. Là bas c'est terrible.Partons vite pour profiter. T'as envie d'un bon bain dans de l'eau claire ? Ras le bol des poissons-chats !

... a dit…

fais comme tu le sens...

Gwendal a dit…

@Tsuki : Vu ! Tes photos sont superbes comme d'habitude. Bon sinon, tu as raison sur toute la ligne bien sûr... Mais que veux-tu, quand on a ça dans le sang c'est difficile de s'en débarrasser.

@Sonia : Dans quelques jours je verrais les choses différemment...
Et pour le visa on verra bien !

@Bateau Loïck : J'adore les gens qui me laissent un commentaire alors qu'ils sont à moins de cinquante mètres de moi ! Je trouve que c'est trop la classe ! :)
Une eau claire dis-tu ? Voilà qui va me motiver en effet !

@... : Y'a intérêt bordel !

cazo a dit…

Maaaiiiss... Au final, tu es toujours le même, Gwen, avant de partir comme à présent, et son plus grand adversaire, dans la vie, c'est toujours soi-même. Nous sommes tous tiraillés par des envies, des choix contradictoires... on sait ce qu'on peut (éventuellement) perdre, on ne sait pas ce qu'on trouvera... Comme je te le disais l'autre jour, c'est d'autant plus difficile quand on se la coule douce... et que c'est l'imbécilité de l'arbitraire qui vous oblige à agir, contre son gré.

La solution : il existe bien des endroits sur la planète où on te fera pas de problèmes... notamment des îlots battant pavillon français, où personne ne te dira de partir, et suffisamment loin de toute administration tatillonne pour ne pas avoir à supporter l'hydre administratrice... tu crois pas ??

Allez, mon ami, tu as déjà connu cet état d'âme où il faut se fouetter pour s'arracher à la sérénité d'une vie paisible et douce... et pour atterrir où ? Dans un autre havre de paix, de douceur, et de plénitude.. car contrairement à nous'aut', tu as le choix de ton port d'attache.

La bise camarade, courage, un p'tit coin de paradis t'attend !! :-) !

Anonyme a dit…

Et oui la liberté a quand même toujours ses limites...disons que les tiennes sont un peu moins contraignantes que les nôtres, quand même ! Sois pas trop gourmand !!!

Et, passée la crise, tu partiras sans "souffrance" puisque tu l'auras "décidé" !
Heureusement que l'Humain n'est pas simple...ce serait d'un ennui !!!! Je t'embrasse et JC aussi( je squatte son ordi!)
MOMO

hedilya a dit…

Je compatis, vivement la télé-transportation (quoiqu'il paraîtrait que ça demande pas mal d'énergie aussi..).

Gwendal DENIS a dit…

@Cazo : C'est bien ça que je voulais vous transmettre (en dehors de la nécessaire mise en mot dont j'ai besoin), même les les gens heureux ont des soucis. Parce qu'ils sont des gens avant tout.

@Momo : Gourmand je suis ! Et gourmet aussi, mais ça c'est une autre histoire...

@Hedilya : Ça serait cool ça, la télé-transportation ! Mais bon, il parait que le voyage vaut largement mieux que la destination... Enfin, c'est ce qui se dit. :)

la Lésion d'Honneur a dit…

Bon ben c'est pas compliqué ! Il faut juste faire comme tu fais d'habitude... Euh oui je sais ça n'aide pas vraiment ce genre de commentaire mais au moins ça ne fait pas de mal ceci dit, ce n'est pas gfaux le coup de dire que si tu pars maintenant, la coque est prête sinon tu seras bon pour un autre bain... euh... j'ai pas bien compris comment tu feras pour les visas si tu na quittes pas Jacaré à temps... tu passeras la frontière vite fait en train - car ?

... a dit…

si t'es à la bourre pour un visa, tu prends le large, passes dans les eaux internationales et descends vers un autre pays..? C'est ca..?

lucifer ! a dit…

vivement les nano-technologies !
avec elles, tu seras arrivé avant que d'être parti, et même revenu avant que d'être arrivé !
et paraît que c'est pour dans pas longtemps !

'Tsuki a dit…

Ça y est, j'ai mis le reste...

Ça va mieux, toi, la culpabilité ?

Gwendal DENIS a dit…

@La Lésion : J'ai décidé de faire comme quand j'étais gamin et de ne pas m'en soucier pour l'instant. Mais dans mon cas, un aller-retour vite fait ne servira à rien, puisqu'il faut sortir trois mois pour obtenir un autre visa...

@... : Oui c'est ça, il me restera la solution de filer directement en Uruguay... L'équivalent d'une deuxième transat en somme !

@Lucifer : Si c'est comme les voitures volantes pour l'an 2000, on les attend toujours !

@Tsuki : Oui ça va mieux ! L fait de se donner un peu d'air permet de mieux respirer. (oui je sais, elle est facile)

Moussepépé a dit…

Compliqué l'humain tu dis ?
Mais c'est beau aussi ! Çà ouvre les yeux et le coeur ...
Te lire nous rassure sur nos propres hésitations ( nous aussi on en a ) et tes photos sont éloquentes .. pleines de poésie et de vie !
Paul