dimanche 16 septembre 2012

Impressions et préparation

07°02.535S 34°51.352W
Marina Jacaré, Brésil

Moi aussi j'ai pas envie de partir !
Je m’aperçois que depuis mon arrivée au Brésil, je vous ai surtout parlé de ma petite vie au quotidien (bon en même temps ce n’est pas inintéressant non plus), et pas trop du Brésil tel que je pouvais l’observer, avec mes yeux plein de préjugés idéologiques occidentaux un peu radical sur les bords. Je vais donc aujourd’hui essayer de remédier à ça, en vous brossant à la vas vite une petite description parfaitement subjective de quelques trucs bizarres que j’ai pu croiser depuis mon arrivée. Des trucs qui m’ont plu, amusé, choqué ou bien intrigué. Bref, voici donc quelques clichés du Brésil, ou du moins de la toute petite partie du Brésil que j’ai sous les yeux. Clichés pris parfois, je le reconnais, avec la mauvaise foi qui peut me caractériser. (C’est bon, j’ai assez pris de précautions oratoires ? On peut y aller ?)

Tout d’abord, il faut arrêter avec le cliché occidental qui décrit le Brésil comme un vivier sans fond de jolies nanas dénudées. Les brésiliennes ne sont pas toutes des bombasses, loin s’en faut. Je dirais, pour faire simple, que tout dépend du niveau économique de l’endroit où vous vous trouvez, et que la beauté est proportionnelle au statut social. En l’occurrence, dans le petit village de pêcheurs où je vis, je croise plutôt des petits pots à tabac, alors que lorsque je vais à Joao Pessoa, près du cartier de Tambau, je croise plutôt des canons de la mort qui tue.
Ma copine et moi, on tient le bar !
Cela dit, avec le climat (là on est en hiver et il faisait déjà 35°C à 08H00) le minishort et le débardeur sont de rigueur quel que soit le statut social. Ce qui fait que j’ai l’impression que finalement tout le monde s’en fout. T’es moche et grosse, et bien c’est pas grave !
On est loin, je trouve, de l’image de la brésilienne hyper sportive et folle de son corps. Ce genre de maladie mentale ne semble atteindre en fait qu’une très faible partie de la population. En l’occurrence celle qui est pétée de thune.

Au début, j’ai été choqué par le nombre de panneaux signalant que tel ou tel lieu était sous la « protection » d’entreprises de surveillance armée, ainsi que par la propension à foutre des barrières et des barbelés un peu partout. Limite on pourrait croire à une espèce de paranoïa ambiante tellement certains quartiers ressemblent à des camps retranchés. Ici ils appellent ça des condominiums. Ce sont des résidences pour super-riches avec tous les services possibles leur permettant de vivre en quasi autarcie, complètement déconnectés de la réalité.
Certes, il y a beaucoup moins de flics dans les rues que ce que j’ai pu voir dans les années quatre-vingts, mais j’ai l’impression que ceux qui en avaient les moyens ont tout simplement décidé que les pauvres n’étaient décidément pas des gens fréquentables... Et ont fait en sorte de s’en protéger par eux-mêmes. C’est très déstabilisant.
Sinon, essayez de ne pas vous trouver près d’une boutique lorsque les convoyeurs de fonds viennent récupérer la recette, je vous jure que vous allez flipper ! On les croirait sortis tout droit d’un film de guerre, et le coup de se faire écarter sans ménagement du chemin avec le canon d’un fusil à pompe a de quoi vous glacer le sang, croyez-moi.
Sinon, comparé à ça, le contrôleur de train qui porte un gilet pare-balle et un holster à la cuisse dans lequel est glissé son carnet de contravention, ça fait plutôt rigoler.

D’un point de vue politique, je vous avoue que le Brésil me déçoit quelque peu... Bon ok, je n’ai pas encore fini de tout comprendre, loin de là, mais il est un exemple que je voulais vous citer, et qui me semble assez symptomatique de ce qui se passe ici. En ce moment a lieu la campagne électorale pour l’élection des conseillers municipaux (vereadors). Sur la Ville de Cabedelo (50 000 habitants), neuf postes sont à pourvoir et il y a... 196 candidats !
La sono à fond, comme toujours...
Ici, point d’idéologie, point de programme, point de partis... Chacun se présente pour sa gueule, les 4000 réais de salaire qu’offre le poste, et surtout l’accès à un petit pouvoir qui permettra aux heureux élus de vivre très confortablement des fruits de leur corruptibilité. Car il semblerait que le fléau de la corruption sévisse ici, comme dans toute l’Amérique du Sud... Je n’y ai pas été confronté directement, mais hélas les témoignages ne manquent pas.

Sinon, dans un registre plus léger, il faut que je vous parle un peu de la bouffe... Et plus particulièrement de ce qu’est une churascaria. La churascaria, qu’on retrouve aussi en Argentine, est un restaurant où l’on sert principalement de la viande, mais pas que. Pour un prix d’entrée unique (25 R$, mais on peut trouver moins cher), vous avez aussi pour les moins carnivores d’entre vous, la possibilité de puiser à volonté dans un buffet très bien garni. Mais le top du top, reste les grillades... Bordel que c’est bon ! C’est bien simple, sitôt avalé mes premières bouchées, j’ai réclamé à corps et à cris qu’un jour on m’enterre sous le carrelage du restaurant ! 
Miam !
Imaginez un peu... Toutes les viandes possibles et imaginables, issues de toutes les parties comestibles de la vache, du mouton, du porc, du poulet, faisan (cuisses de faisan marinées au champagne et rôties !), du buffle, que sais-je encore ! Toutes sortes de saucisses ! Le tout cuit à la perfection, au feu de bois, à la verticale, et servi par une noria de serveurs qui se font un honneur de vous remplir l’assiette autant de fois que vous le voulez ! Un paradis vous dis-je !
Sur la table vous avez un petit signal qui lorsqu’il reste au vert proclame à tout le monde que vous désirez être approvisionné. Et quand vous êtes sur le point d’éclater, ou que vous voulez faire une pause, il suffit juste de tourner la mollette et d’afficher : Não Obrigado !
Pour ma part, je me suis pété le ventre... Et je garde un souvenir ému de cette soirée qui fut certes conviviale, mais surtout pantagruélique !
Nota bene pour les végétariens : Les fruits et les légumes feront sans doute l’objet d’un article dédié (c’est comme ça qu’on dit lorsqu’on a du métier !)

Bon voilà, je crois que ça suffit pour aujourd’hui... L’avitaillement de la Boiteuse est fait et nous devrions partir mardi matin. Je dis nous, car pour avoir enfin le courage de bouger mes fesses et de larguer les amarres, je me suis accroché à la remorque d’un autre bateau ; Loïck pour ne pas le nommer. Nous descendons donc vers le sud et devrions atteindre la ville de Parati d’ici une quinzaine de jours. Sans doute moins, mais les anxieux seront tout de même priés d’attendre au moins trois semaines sans nouvelles avant de déclencher le plan ORSEC. Merci bien.

Allez, je vais vous laisser... J’ai encore quelques rangements et la révision du moteur à faire. De plus il est midi passé, et j’ai faim ! A te logo !

A te logo Cabedelo !

23 commentaires:

EP a dit…

Hello Gwendal,
ah, les churascaria, j'ai testé ça aussi, que c'est bon d'être carnivore ;) miam
bon appétit, bon après-midi, et bons derniers jours à terre (avant les prochains)
Bises

SONIA a dit…

Merci Gwendal pour ce moment sympa et varié :) Que la Boiteuse soit vaillante avec Loick ! Mais surtout, arrivés tous à bon port ! Et que l'océan soit clément ! Bisous.

Gwendal DENIS a dit…

@EP: Carnivore un jour, carnivore toujours !

@Sonia : Mais c'est qu'elle nous porterait la scoumoune cette Sonia !

Alexandra et Xavier a dit…

Coucou et bon vent, de notre côté, on ne bouge pas :)

Sonia a dit…

Je retire ce que j'ai dit alors.... Bisou et bon vent :)

Marie a dit…

Ta mine réjouie fait plaisir à voir ! Elle doit etre assez proche de la mienne face à mon iskender kebab la semaine dernière, donc je ne peux que te comprendre (regarde la photo postee sur fcb, tu comprendras pourquoi je dis ça ...)
Bon vent et a bientot. Bises

Anonyme a dit…

Super ....ton blog !!!!!!!!
Je me régale !

KARIM

hedilya a dit…

"Si tu vas à Rio
N'oublie pas ..." de faire une photo


Thrse a dit…

Tu m'as donné l'eau à la bouche à ton passage resto!!!! Miam! Je pense que je me serais régalée comme toi!
Ta photo de fin est paradisiaque! En as-tu encore la notion?
Et puis Touline, dis-moi, elle a drôlement grandi et profité! Et c'est tant mieux!

Je te souhaite une bonne traversée et R.D.V dans trois semaines!

Gwendal DENIS a dit…

@Alexandra et Xavier : Quand est-ce que vous demandez la nationalité Colombienne ?

@Sonia : Meuh non, je rigolais ! Truffe !

@Marie : Mmmm... Kebab ! Quelqu'un sait si o peut trouver un turc à Rio ?

@Karim : Chouette, un nouveau lecteur ! Merci beaucoup !

@Hedilya : En fait, je vais zapper Rio... Ce sera pour le retour l'année prochaine !

@Thérèse : Profité ? Tu veux dire qu'elle est devenue comme une grosse vache oui !
Non, sans blague, elle est belle comme tout et bien proportionnée. Elle a juste perdu sa finesse orientale en même temps qu'elle fêtait son premier anniversaire.

'Tsuki a dit…

Gwendal, tu m'énerves... Tu ne t'es pas assez promené dans ton propre pays pour dire que c'est différent au Brésil.

Au Brésil, c'est CARRICATURAL et ça saute aux yeux. Mais en France c'est PAREIL.

196 candidats qui rêvent des 4000 reis de salaire mensuels ? Et ça, ça te choque ? Mais putain, Gwendal, d'où tu as vu que c'est différent la politique en France, bordel de Dieu ?! Nos politichiens se font élire pour le salaire ; tu n'imagines quand même pas que c'est pour aider leur administrés ? En france, tu n'en as pas 196 qui se présentent, parce la politique est une chasse gardé de sc-politicards !!! Et quand un type qui n'est pas de leur caste risque d'emporter tous les suffrages, qu'est-ce qu'on fait ? PANG ! Coluche, par exemple, pour ne citer que lui. Mais il y en a eu plein d'autres et il y en aura plein d'autre. Nos hommes politiques se foutent de nos gueules. Ils pourraient cumuler leur mandat et décider de ne toucher qu'un seul salaire par exemple, afin que ce soit juste. Non non non, de droite comme de gauche, ils cumulent et ils accumulent... Et qu'est-ce qu'ils font, en pleine crise économique au moment même où ils demandent à leur administrés de prendre courage et de se serrer la ceinture ? Ils AUGMENTENT leur salaires, parce que pas question pour eux de renoncer à un gramme de leur précieux pognon. Quand le Nain de jardin l'a fait passer, l'augmentation en question... Tu les as vu y renoncer, les mecs de gauche ? Non, non, ils ont protesté... ET ILS ONT EMPoCHER.

Au Brésil les riches vivent dans des quartiers reservés, ça te choque ? Ben va faire un tour habillé comme un clodo à Neuilly ou dans le 16° arrondissement de Paris. Putain t'étais à Nice : t'as jamais été faire un tour à Monaco ?! En France, il n'y a pas de barbelés pour délimiter physiquement un vivier à pognon, parce que nous on contrôle les armes (permis, etc.) donc nos pauvres n'en ont pas. Et donc au final, un passage de voiture de police suffit pour la répression. Au Brésil, les riches sont OBLIGES d'être armés pour conserver leur tas de pognon, donc ça se VOIT.

Mais en France c'est pareil, pareil Gwen pareil. Il y a même plus de pognon en France qu'au Brésil.

... a dit…

salut,
tes impressions sont interessantes Gwendal, mais nécéssiteraient que tu donnes des explications (j'ai certaines de celles ci du fait de mes habitudes à Cuba, mais je suis sur que beaucoup ne comprendront pas), par exemple quand tu dis : "tout dépend du niveau économique de l’endroit où vous vous trouvez, et que la beauté est proportionnelle au statut social." cela meriterait que tu explicites pourquoi le milieu social interfere sur le physique de ces dames ou de ces messieurs...

Gwendal DENIS a dit…

@Tsuki : Je t'énerve ? Tant mieux ! :)))

@... : Tu as raison... Pour moi c'est évident, mais dit comme je l'ai dit, ça peut choquer.
La principale raison de cette différence de physique c'est d'abord l'alimentation. La junkfood est omniprésente au Brésil. Puis les soins médicaux qui coûtent assez chers, et enfin le travail qui épuise plus vite les corps.

lucifer ! a dit…

Primo - je pense exactement comme Tsuki au sujet de notre personnel politique ... c'est pire que ce qui est dit ; et je comprends aussi facilement les différences physiques que tu expliques .sauf que les dits "petits pots à tabac "seraient contents de se reconnaître !!! ?
Le Brésil, on peut trouver plein d'ouvrages savants pour en parler ;mais le Brésil vu avec tes yeux,tes étonnements, tes a priori, ça c'est intéressant!
et dis-toi aussi que ta "petite vie quotidienne " justement ,c'est pour ça qu'on revient sur ton blog.
allez, belle nave, et raconte-nous tout .
(attention au hamac! prends en bien soin! j'espère bien y goûter un de ces jours !)

Gwendal DENIS a dit…

@Lucifer : Ne sois pas si désabusé chère amie... Nous n'en sommes pas encore là (ou plus là), et heureusement en France, comme ici je suppose, il existe encore quelques personnes qui ont une idéologie et des principes.
Quant aux petits pots à tabac... No comment :)
Bon allez... C'est pas tout ça, mais j'ai de la route à faire !

'Tsuki a dit…

J'ai pas compris pourquoi c'était tant mieux, si tu m'énervais. Peut-être qu'après tous mes commentaires t'emmerdent. Dis-le moi directe si tu veux que j'arrête, ce sera plus simple.

Sinon :

Quand tu réponds à Lucifer qu'heureusement en France nous n'en sommes pas là, c'est que tu n'as pas vécu en France. En France c'est masqué par le fait de nous avons un système social interventionniste, qui "aide" les gens à grand renfort d'alloc et de soins médicaux gratuits, mais tu as exactement les mêmes barrières, la même malbouffe quand t'es pauvre, etc.

Je reçois une fois par mois des colis de la croix-rouge ; je me demande parfois comment ces associations humanitaires sensées aider peuvent se permettre à ce point de nous considérer nous les crèves-la-faim comme des poubelles tout juste bon à manger des trucs périmés et des trucs saturés en gras.

En France, c'est maquillé comme une pute la fracture sociale. Mais si tu enlèves la couche de fond teint, tu obtiens le Brésil. En plus petit et en moins peuplé.

... a dit…

merci gwendal, en parlant de pauvreté-bouffe-beauté je me souviens d'un discours de Fidel qui remerciait (je ne sais pas qui) d'avoir connu la "periode speciale" (fin de l'aide sovietique à Cuba) en arguant du fait que la pauvreté qui s'en était suivi avait permis d'éviter à Cuba les problèmes d'obésité, de cholesterol et de maladies cardiovasculaires à sa population, il omettait evidemment les problèmes de rachitisme qui touchèrent des milliers d'enfants privés de lait...Comme quoi que l'on soit de gauche ou de droite lorsque l'on dirige un pays...
Allez bon route et bon vent grand...

Anonyme a dit…

amitiés.....karim ( tu te souviens de moi j espere?) et continue comme ca.... KARIM

la Lésion d'Honneur a dit…

Bon et ben merci pour toutes ces impressions... Il y a longtemps j'avais écrit quelque part : "J'ai envie d'aller voir ailleurs pour voir comment c'est pareil ailleurs... !" Corruption, beauté-laideur-thune, pas beaulitique etc. Heureusement qu'il y a les restaus, les odeurs, les gens, la langue, l'ambiance, les petits trucs qui... enfin tout ce que tu décris !
à leu !

apostroph3d a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
apostroph3d a dit…

Tsuki vs Gwendal

Il y a une bonne quinzaine d’années un amis me racontait la misère du brésil dans les Favelas.
Des enfants affamés qui mangeaient de la terre pour ce remplir le ventre et des coups de couteau
d'amigo dans le dos pour pas grand-chose finalement. Il me la correctement dit en face que la France
était ce paradis ou l'on ne risque pas de mourir si l'on crève de faim. Il avait raison le bougre,
je suis toujours vivant!

Certains voyageurs donnent une conscience aiguë du monde, par la générosité des mots et
l'intégrité de l'esprit. Cela permet entre autre de relativisé son sort aussi funeste soit il si l'on
vie dans un pays comme la France et de s'élancer vers d'autres horizons.
Gwendal Denis je voulais vous dire… merci pour tout ces trésors de corsaire!

Bon vent et vogue l'ami!
Jean-Pierre (ancien anonyme du téléthon)

... a dit…

salut,
je serai dans quelques jours à Cuba, nous serons pratiquement à la même lattitude. Je reprendrai le cours de ta balade à mon retour car là bas acces internet trop cher. Bonne mer à toi
Amitiés...

lucifer ! a dit…

Vite .....
des nouvelles ...