jeudi 16 octobre 2014

Santo André

16°15.083S 39°00.885W
Santo André, Bahia

Au loin, la barrière de récif
La semaine dernière, lorsque j'ai pris la décision de ne pas partir, j'ai ressenti comme d'habitude un mélange de soulagement et de culpabilité. Soulagement parce que la perspective de deux jours de navigation après un tel coup de vent ne me disait vraiment rien en terme d'effort à fournir, mais aussi de culpabilité car je ne suis qu'un con à l'éducation judéo-chrétienne très marquée. Ben oui, je suis comme ça moi ; je peux être à la fois heureux de m'accorder quelques jours de plus à profiter de la vie, mais en même temps me sentir coupable parce que justement je me l'accorde...
Alors je sais, vous allez me dire que je suis un grand couillon et qu'après toutes ces années de voyage je puisse encore me trimbaler avec ces carcans culturels à la con relève de la pathologie... Peut-être. La vérité c'est que je travaille assidûment à m'en débarrasser, croyez moi, mais que pour l'instant je n'y arrive pas ! Je suppose qu'il va me falloir encore quelques années avant d'arriver à m'affranchir de tout ça... Si j'y arrive un jour.

Mais bon, je digresse. Ce que je voulais vous dire c'est qu'une semaine après cette décision et les sentiments paradoxaux qu'elle a suscité, je n'ai pas eu à regretter mon choix. Bien au contraire. C'est bien simple, de toutes les escales que j'ai pu faire au Brésil, celle-ci figurera sans doute dans les trois meilleures de ma liste (Après Jacaré, qui restera je crois le top du top-de-chez-top, et Ilha Grande). Il ne s'agit que d'une appréciation personnelle bien sûr, et j'ai bien conscience que mes besoins et mes goûts particuliers ne sont pas ceux des autres. Cela dit, si comme moi vous appréciez la tranquillité et la glandouille, et que vous n'avez rien à foutre des grandes villes, des musées et des sites touristiques, viendez à Santo André ! En plus, question sécurité, vous ne risquez rien. Ici tout le monde se connaît, et une fois que vous avez papoté avec une ou deux personnes, tout le village saura qui vous êtes et vous foutra la paix.
Bon d'accord, l'entrée est un peu scabreuse et les voiliers avec un faible tirant d'eau seront plus à l'aise pour découvrir ce petit paradis. De même par fort vent de sud le mouillage peut devenir inconfortable. Mais franchement si il y a parmi vous des velejadores qui projettent une descente des côtes brésiliennes, c'est un spot qu'il serait dommage de manquer.

Santa Cruz Cabralia
Ici pas de ponts, des bacs
J'ai eu la chance, alors que je me rendais à la ville d'à-côté, Santa Cruz Cabralia, d'être pris en stop par Alain, retraité suisse vivant à Santo André depuis quatorze années. Grâce à lui, j'ai pu être présenté à quelques habitants et ainsi découvrir d'autres facettes du village qui jusqu'alors m'avaient échappé. J'ai appris également que Santo André avait été pendant la coupe du monde de futbol, la résidence de l'équipe d’Allemagne. Ce qui explique les drapeaux teutons qui subsistent encore un peu partout. J'ai également pu assister à une discussion politique homérique entre deux clients dans un bar, et je peux vous dire que le second tour des élections présidentielles, qui aura lieu ce dimanche, suscite de vifs débats. A Santo André, presque tout le monde vote PT (Partido dos Trabalhadores), mais Dilma Rousseff, l'actuelle présidente en passe d'être réélue, est jugée un peu trop « molle » dans sa lutte contre la corruption (voire même corrompue elle-même). Partout j'ai entendu la même chose, ils veulent que Lula revienne et fasse le ménage.

Il n'y a pas vraiment de circulation !

Un jour sur deux, je m'accorde le plaisir de ne pas cuisiner, et je me rends dans une petite gargote très sympa pour y déguster un prato feito fait maison. La vieille Maria me prépare au choix, du bœuf, du poulet ou du poisson, accompagné du trio traditionnel riz-feijon-farofa. Le tout pour 13$R (4 Euros). Vu que le mouillage ne me coûte rien, ce serait vraiment bête de s'en priver. En plus sa petite-fille est charmante, ce qui ne gâte rien.
Et puisque je suis coincé, j'en ai aussi profité pour prendre contact avec le menuisier du coin et lui demander de me fabriquer une nouvelle barre franche, l'ancienne commençant à se fendre par le milieu. Je devrais la récupérer en début de semaine prochaine...

Des envies de pied-à-terre ?

Bref, l'endroit me sied. C'est dans un endroit comme celui-ci que j'aimerais un jour poser mon sac... Je me suis même surpris plusieurs fois à regarder une maison à vendre ou à louer, et à m'imaginer ce que je pourrais en faire ! J'imaginais un jardin potager par-ci, un poulailler par-là. Quelques sièges en rotin sous un auvent avec un éclairage sympa pour les chaudes soirées d'été. Une grande table avec des bancs... Mais bon, j'évite pour l'instant de me laisser aller à de telles pensées. Je n'ai définitivement pas envie de m'installer au Brésil, aussi je garde ce genre de rêverie pour plus tard. La Colombie peut-être ?

Bien, je vais vous laisser là-dessus. Je voulais juste vous dire que je suis bien et aussi faire un peu de pub pour Santo André. Je le répète, c'est un endroit qu'il serait dommage de manquer et qui vaut tous les pains de sucre du monde !

 
Un pote brésilien
 
La Boiteuse au mouillage
Mon bureau

10 commentaires:

Christophe Mora a dit…

youpi!! ça fait plaisir de te lire et dommage pour moi qui ne me suis pas arrêté a santo andre ! perso je traverse en face lundi prochain avec toute la troupe qui ne manquera pas de débarquer a colonia ce we, a priori je vise finalement le YC centro naval olivos quitte a changer si pas top. il est entre san isidro et le centre ville.
douce vie a SA !

aglae75 a dit…

Un billet ambiance farniente, tu aurais tord de t'en priver, vu les superbes photos.

Le mousse d'exocet a dit…

Ton mouillage trop top par beau temps! ton bureau est plus beau que celui de notre président, alors profites un max.....Moi je vais rejoindre mon capitaine aux Antilles

Bateau Loïck a dit…

Sympa le mouillage je le garde dans mes tablettes. Sur Loick, gros boulot. La famille arrive et on va faire un tour de jours dans les canaux. Bises

Eric D. a dit…

houla ça sent son noel au brésil ça !
t'as raison gwendal, arrête de te poser trop de questions et profite des beaux endroits, des bons moments et des gens bien, le reste c'est du vent ...
mais n'oublie pas de nous pondre des petits billets pour nous faire partager tout ça ! ;-)

Gwendal DENIS a dit…

@Christophe : fais gaffe aux embouteillages de fin de weekend !

@Aglaé : J'essaye de ne pas m'en priver en effet. Et de ne pas vous en priver non-plus !

@La Mousse : Tu rentres à la maison !!! Chouette !

@Bateau Loïck : T'as intérêt à nous faire de belles photos. Et surtout à les montrer !!!!

@Eric : Non, non et non ! Je vais faire tout mon possible pour ne plus être au Brésil pour Noël !

Monique a dit…

Enfin heureux d'être au paradis !!!

Ne te presse pas ! Profite et fais nous partager !!!!

Sonia a dit…

Te presse pas... Te presse pas... T'es un peu " illegal " quand même non ? Mais ça fait du bien de lire que tu passe de doux moments !

Michel Rans a dit…

excellent....

Gwendal DENIS a dit…

@Monique : Paradis ? Faut pas exagéré non-plus. Mais c'est pas mal quand même.

@Sonia : Un peu, beaucoup illégal ! J'ai quatre mois de trop sur mon visa original. Mais chut ! Faut pas le dire !

@Michel : Merci M'sieur !