jeudi 11 février 2016

Saloperie de vent

12°27.305N 61°29.305W
Tyrell Bay, Carriacou

Ok, je l'avoue, j'étais prévenu. Autant pour moi. On me l'avait dit que le propre des Antilles, Grenadines et autres îles des Caraïbes (avec un accent circonflexe sur îles et un tréma sur Caraïbes, ne vous en déplaise), était de se trouver sous le régime des alizés... Qui soufflent de novembre à juin avec un minimum de quinze, plus souvent vingt, et parfois même vingt-cinq ou trente nœuds (le reste de l'année, ce sont des cyclones). Et lorsque je m'inquiétais de devoir supporter ça au quotidien, on me rétorquait que grâce (accent circonflexe, encore) à eux, les alizés, on pouvait supporter la chaleur.
Mouais... déjà à l'époque je doutais du bien fondé de l'argument, mais maintenant que je vis justement dans ces fameuses Antilles, je peux vous dire que c'est encore pire que je le supposais. Non mais sérieux, c'est quoi cette région de merde ?

Monique, t'es en train de bousiller ton brushing là...
Histoire de planter le décor, alors que je tape ces mots une rafale déboule et fait valdinguer La Boiteuse qui tire sur sa chaîne (encore un accent circonflexe), gîte (encore un !) et pars au lofe. Le mât (toujours là !) tremble sous les assauts répétés de cette saloperie de vent. Et le bruit... Putain que j'en ai marre de ce bruit ! Ça mugit tout le temps, ça fait wouuuuuu..... Au début, lorsque je doutais encore de la bonne tenue de mon mouillage, échaudé que j'étais par une trop récente mésaventure, je flippais grave. J'arrêtais (et oui, on met un accent circonflexe là aussi) ce que je faisais, et sortais dans le cockpit avec un nœud à l'estomac... Je faisais et refaisais mes vérifications d'alignement... Et à moitié rassuré je retournais à mes occupations. Jusqu'à ce qu'un autre bruit incongru me fasse rejaillir de ma boite, ou une autre rafale, ou encore un miaulement inquiet de Touline. Parce que oui, il n'y a pas que moi qui soit stressé par ce putain de vent. Touline aussi.

Et c'est comme ça jours et nuits... Enfin presque. Pour être tout à fait franc, la semaine dernière nous avons eu droit à une journée de pétole. La première fois en un mois que je me lève le matin pour voir les fonds à travers l'eau que nulle risée ne vient troubler. Lors de notre promenade matinale en annexe, Touline en était toute ébaubie de découvrir cette quatrième dimension sous la surface de l'eau ! Un vrai délice. D'autant qu'il faisait enfin chaud ! Parce que, lorsqu'on vous dit qu'aux Antilles le vent agit comme un air conditionné naturel, on se fout de votre gueule ! La vérité c'est qu'il caille ! Le soir c'est petite laine, et la nuit la couverture en polaire est obligatoire ! Et malgré ça, j'ai quand même chopé la crève. Non, sérieux, j'en peux plus de ces Antilles. Cela me rappelle ma jeunesse en Provence, lorsque le Mistral soufflait... Ce vent qu'on appelle le vent des Fous, parce qu'au bout de quelques jours vous devenez tellement irritable que vous pouvez carrément péter un câble... (Oui, il y a aussi un accent circonflexe sur câble. Et ça dérange qui je vous le demande ? ) Sauf que le Mistral ça dure au maximum neuf jours... et là j'en ai encore au minimum pour cinq mois !

Il y a tellement de vent que même les sternes Royales se font décoiffer.
Donc par conséquent, je pense que je ne vais pas faire de vieux os dans ce coin-là du monde. Je monte en Martinique, je trouve mes winches d'occasion, et dès que je peux je me casse. Tant pis pour le boulot (de toute façon je n'y crois plus guère), mais il est hors de question que je passe ma vie dans un endroit pareil. Je préfère encore prendre le risque d'affronter les pirates en me rendant au Venezuela ! Au moins là-bas la vie n'est pas chère, et les gens sourient. Parce qu'aux Grenadines, question chaleur de l'accueil, il y aurait là aussi beaucoup à redire croyez-moi.

Bougez surtout pas les mecs, sinon on décolle !
 
Spéciale dédicace pour La Lésion. Il voulait des sternes Royales, en voilà !

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Gwendal,

Besoin de souffler (avec deux f...) ?

Selon ton fichier grib, il y a moins de vent au Vénézuéla et selon toi plus de sourires... alors pas d'hésitation (je t'ai laissé le h), mets les voiles ! Sinon, il y a le canal de Panama, le Pacifique et les alizés pour t'emmener vers d'autres îles (^)...

Histoire de compléter le tableau, j'espère que tu n'as pas rencontrer zika.

A+

David de Nantes

Frédérique Renaud a dit…

Bonjour Gwendal,
Et ben moi je te dis qu'en France c'est bien le bordel aussi au niveau du temps.. y a plus de saison mon pauv'Monsieur....
Après des vents violents, gelée et maintenant re re re pluie depuis des semaines....
Alors si il fait beau ailleurs...mets les voiles pour le soleil et le sourire des gens..
Caresses à Touline

Gwendal DENIS a dit…

@David : Sans vouloir parler trop vite, en cinq ans je suis pour l'instant passé au travers de Zika, la Dengue, Le chikungunya et le paludisme. Pourvu que ça dure !

@Frédérique : Brrr... J'espère que je ne serais pas obligé de rentrer un jour !

Voilier Loïck a dit…

Salut Gwendal, Je me marre toujours quand je lis tes billets ! Là encore ! Moi je t'envie la petite laine et la couverture. Ici on a 33 dans le bateau et tu connais l'humidité du delta... Et on doit bosser par cette chaleur : et que je te pique la rouille avec de la pussiere qui se colle et se mélange à la sueur, que je te démonte le moteur la goute au menton, que je te barbouille ici et là sous le cagnard ... Pas un souffle d'air ! L'enfer et son châtiment c'est ici ! Toi tu es aux Antilles soit le paradis officiel... mais te connaissant même au vrai paradis de dieu, quand t'iras, tu te plaindras que s'assoir sur des nuages c'est quand même assez humide pour le cul ! Et t'auras raison ! KKKKKKKKKKKK

Anonyme a dit…

15-25 nœuds du nord est au sud est pour seule variation, quelques grains (super pour avoir de l'eau). j'appele ça des conditions idéales pour la voile. des mouillages nombreux et gratos pour la plupart et éloignés de quelques heures au maximum. franchement c'est parfait surtout si on ne veut pas se fatiguer en mer. difficile de trouver aussi simple comme bassin de navigation. En Colombie c'est pareil pour le vent avec une composante thermique en plus, quand ce n'est pas la saison des "culs de poulet", le Panama t'auras des orages à répétition. En Polynésie, les alizées sont aussi soutenus.
Mon pauvre Gwendal, on dirait un vieux grincheux jamais content: le vent, les gens, les vagues, la température, le mouillage, le près, l'annexe, la bouffe, le bricolage, etc... Bref, il est temps que t'arrêtes le bateau ou de te plaindre car c'est tout ça la vie du voyage en voilier et pas grand chose d'autre. A moins de rêver de marina wifi à bateaux ventouses avec indigènes serviables pour retraités friqués.
bonne pétole!

aglae75 a dit…

que dire après le commentaire d'Hugues c'est vrai que même là bas tu râlerais, mais c'est tout toi ça `Gwendal c'est grincheux en personne; c'est la faute à l'absence de la blonde qu'il te faudrait. Pour le vent, ils ne vendent pas des boules Quiès aux Antilles ?

Gwendal DENIS a dit…

@Voilier Loïck : Tu me connais bien ! Cela dit, je regrette quand même cette chaleur estivale sud-américaine...

@Anonyme : Je rêve de marina wifi à bateaux ventouses avec indigènes serviables (féminines bien sûr pour retraités fauché. T'as un plan à proposer ?

@Aglaé : C'est parce que Hughes me connais bien ! Cela dit, si blonde à bord il y aurait, je serais aussi capable de trouver qu'elle n'est pas assez ceci ou trop cela. Mais comme je suis un gentleman, je n'en dirais rien !

Anonyme a dit…

Bonjour à l'équipage de la Boiteuse (sans accent circonflexe) !
le vent : p'être la faute à la chanson qui dit que la boiteuse s'en va rouli-roulant ?
A chaque fois que je viens sur le blog, non seulement je m'instruis (bricolage, géopolitique, nourrissage de chat...) mais en plus je rigole.
Merci Gwendal !
Lavacherouge

Anonyme a dit…

Oui, il y a des plans, un hôtel à Pattaya (Thaïlande) par exemple?

Armand Jacobs a dit…

Salut Gwendal je vois que tu n as pas un moral d enfer
Nous sommes à la marina des z abricot. Extra 10 € par jour . Plein de gens que tu connais.
Levés l ancre et viens nous rejoindre. Neblon sera là à la fin du mois
amitié
Armand et Jacqueline

Anonyme a dit…

Bah oui c'est vrai, l'avantage du voilier c'est que quand on n'aime pas l'endroit on peut bouger direct. Pourquoi tu restes? Une petite nav' et hop autre ambiance. C'est fini le temps de Moitessier où quand tu débarquais t'avais tout le monde curieux de ta présence. Maintenant c'est la plaisance de masse. On est l'essence de cette Industrie du tourisme, les locaux en voient passer des tonnes, normal qu'ils fassent la gueule, et puis il faut dire que la communauté des yachties n'est pas des plus intéressante. Hélas.
un touriste international.

Pierre Vigna a dit…

T'as raison Gwendal, faut pas te laisser emmerder par cette saloperie!
On est si bien quand il fait 30°, qu'il n'y a pas d'ombre, que le jus de fruit est moisi, qu'on pue la sueur... et qu'on plonge à poil dans une eau cristalline à 27°... Pas de choc thermique, on revit.
Allez faire le contraire dans le blizzard et la tempête, par -40°, au pays des nuits éternelles,que le jus de fruit est gelé, qu'on pue la sueur (ben oui on transpire dans la doudoune au fond du duvet)...
Le vent déplace de l'air, et accessoirement nos bateaux, quoi de plus vain. Va bouger un wagon, ça c'est classe!
A moins qu'on mette des voiles au train...
Pierre

Gwendal DENIS a dit…

@La Vache Rouge : Je suis content que mon humour soit reconnu. Parce que des fois je me demande si je ne rigole pas tout seul.

@Anonyme : Ça tombe bien, c'est sur ma liste !

@Armand et Jacqueline : J'arrive ! A mon rythme, mais j'arrive !

@Touriste International : Je ne suis pas d'accord avec toi sur tout... J'aime bien la communauté des voyageurs en bateau. Mais c'est vrai que ce n'est pas vraiment de la plaisance.

@Pierre : 30°, avec un frigo qui marche, c'est le pied Pierre !

@