mercredi 20 juillet 2011

De Graciosa à Fuerteventura

28°12.394N 14°01.604W
Gran Tarajal

Le mardi  19 juillet 2011

Rayon de soleil sur Lanzarote
J’ai une grosse étape à faire aujourd’hui, aussi je me réveille à 03H30 après avoir assez mal dormi. Le temps de terminer mes préparatifs (et de me réveiller) et je décolle sur garde descendante (ça c’est pour les pros) à 04H45.
Il fait nuit mais la pleine lune éclaire ma route. Pas de souci de ce côté-là, j’y vois presque comme en plein jour. En plus, je repasse par les mêmes endroits par lesquels je suis arrivé, ce qui facilite grandement les choses.

06H30, l’Est s’éclaircie à travers les nuages. L’océan est désert.

08H00, je longe l’île de Lanzarote par sa façade Est à hauteur du village d’Arieta. Je regarde l’île et j’observe tous ces volcans éteints… J’essaye d’imaginer comment cette île devait être au commencement des temps. Des dizaines de cratères de toutes tailles, crachant des nuages de scories. La lave en fusion s’écoulant jusqu’à l’océan pour s’y jeter dans un immense bouillonnement de vapeur… Ca devait être un sacré spectacle !

12H00, je me trouve pile entre l’île de Lanzarote et celle de Fuerteventura. J’ai eu une touche avec ma ligne de traine, mais le temps que je descende dans le carré chercher des gants, ma proie s’était décrochée. Snif ! Moi qui me voyais déjà me régaler d’une friture pour le repas du soir, je vais devoir me contenter d’une boite de conserve.

Pas mal comme vue, non ?
14H00, Eole est en vacance aujourd’hui. Ce matin je suis parti avec deux ris dans la Grand Voile, car la météo annonçait du F5 pour la journée. En fait c’est un F3 qui souffle, faiblard et changeant au grès des côtes toutes proches. Du coup j’enlève un ris pour accélérer un peu.
Je navigue vent arrière, à la limite du déventement, ce qui rend assez difficile la tenue du cap… Ce qui m’oblige à tirer des bords de grand largue pour pouvoir avancer. Fait suer, ça va rallonger la route cette histoire. Sur le papier j’ai 75 milles à parcourir, on verra bien ce que cela donnera à l’arrivée.

17H00, Fuerteventura défile sous mes yeux. Elle m’a l’air un peu plus peuplée que Lanzarote. Plus vieille aussi. J’entends par là que les volcans semblent plus grands mais aussi plus érodés par le vent et la pluie.
Par contre c’est toujours aussi désertique. Pas un arbre à l’horizon…

Décors métamorphique...
18H00, j’ai fais le point et je devrais arriver vers 20H00... Devant moi, enfin sur le travers plutôt, défilent de hautes falaises de basalte brun-rouge. Je ne me lasse pas d’admirer ce que la géologie, le temps et la pression, sont capables de réaliser. C’est magnifique. Pour moi qui suis habitué à des paysages de calcaire, c’est toujours un étonnement de me retrouver en un lieu où les roches métamorphiques sont reines.
Je me souviens de mes cours de géologie à la fac… J’aurais sans doute dû être un peu plus assidu, car j’ai plein de questions sans réponses qui me viennent à l’esprit.
Il faudrait que je rencontre un géologue spécialiste de la région, ça se serait sympa d’avoir une discussion su ce sujet.

20H15, j’éteins le moteur. Je suis arrivé.
Le port n’est pas vraiment comme je l’imaginais. Un peu excentré par rapport à la petite ville, mais je ferais avec. Pour l’instant je n’ai qu’une envie, me reposer après ces 15H30 de navigation. Le gardien du port m’accueille très gentiment et me propose d’attendre demain pour faire les papiers. Tant mieux.

Je me branche au réseau et tout de suite le frigo se met à ronronné. C’est bizarre je l’avais oublié celui-là ! En effet depuis quinze jours, depuis mon départ de la Línea, je n’ai pas eu l’occasion d’avoir de l’électricité en 220 Volts et tous les petits plus qui vont avec… Frigo, ordinateur, musique, DVD. Le retour à une vie un poil plus civilisée n’est pas sans me plaire.

On arrive !
Surtout que je vais pouvoir enfin me laver et me raser… Car si je fais bien le compte cela fait dix jours que mon corps amaigris n’a pas eu le loisir de connaitre les bienfaits du savon. Je dois puer comme un sconse, mais je ne m’en rends même pas compte. Une lessive aussi serait la bienvenue.

Allez, on va se faire un peu plaisir ici. On va glander, se balader au milieu des volcans et reprendre un peu de lard en se préparant de bons petits plats.

Bienvenue à Fuerteventura le Gwen !

7 commentaires:

cazo a dit…

Quel "bon" programme !!!

;-)

Gwendal a dit…

@Cazo : Je trouve aussi... :)

Giorgio a dit…

Take it easy...moi je bat avec les téléchargements...j'aimerais bien vous envoyer la nouvelle version de mon clip "full quality" mais ça merde...je crois bien qu'il va falloir me résoudre à changer d'ordi..en attendant, t'inquiète Gwen, toutes tes images sont à l'abri dans mon bunker : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.2313886209030.2140317.1305662637
Biz

Gwendal a dit…

@Giorgio : Je te fais on ne peut plus confiance, rassure-toi !

Bourreau fais ton office a dit…

Si j'ai bien suivi les épisodes précédents, tu es là pour un mois ? je te fais confiance pour bien en profiter, et nous en faire profiter.

Monique a dit…

Profite bien et ne repars pas trop vite..le coin a l'air charmant !
dans le week-end: Rendez vous sur skype dis moi quand ...

bisous

Gwendal a dit…

@Bourreau : Sans doute moins d’un mois car il y a d’autres îles que j’aimerais bien visiter. Comme la Gomera et El Hierro par exemple.

@Monique : Avec plaisir, on va programmer ça…