lundi 18 juin 2012

Une grande décision

16°53.203N 24°59.470W
Mindelo, ile de São Vicente, Cap Vert

Vous vous demandez surement pourquoi la Boiteuse et moi nous nous trouvons encore accrochés au ponton de Mindelo au Cap Vert... Rassurez-vous moi aussi.
En fait, je vais vous la faire simple en vous disant qu’en ce moment j’ai plutôt la tête à l’envers. J’introspectionne comme qui dirait.

Philippe
Tout à commencer à cause de mon désormais voisin de ponton, Philippe. Oui, quand j’y repense, c’est de sa faute si j’en suis à me poser toutes ces questions...
J’ai rencontré Philippe il y a deux mois à Las Palmas. Nous avions sympathisé, et ce fut avec joie que nous nous retrouvâmes ici au Cap Vert. D’autant que nous avions le même programme de navigation, à savoir la Patagonie. Marin expérimenté, Philippe eut à cœur de me prévenir de ce qui m’attendait là-bas... Et à m’inciter à y renoncer. Oh il ne l'a pas fait de façon ostentatoire non, mais par petites touches discrètes et sensées qui peu à peu cheminèrent dans mon esprit.
Au début, vous me connaissez, j’ai fait un peu le fiérot. Les courants contraires, les algues qui se prennent dans l’hélice, les vents catabatiques, le froid... Bien sûr que j’allais pouvoir gérer tout ça les doigts dans le nez ! Et puis les mouillages tous les soirs avec double ancrage et aussières accrochées aux arbres, même pas peur ! J’étais d’autant plus têtu que cela fait quand même plus de deux ans que je rêvais de ça, et je n’allais tout de même pas lâcher le morceau aussi facilement.
Et puis... Il a bien fallu que je me rende compte que l’entreprise déjà pas mal compliquée au départ risquait de devenir scabreuse dès lors que je l’appréhendais en solo.

En fait pour que je me rende compte de ça, il m’aura fallu passer par une étape assez déstabilisante que j’appellerais une période de « pas-envie ». C'est-à-dire que je me suis retrouvé avec mon bateau prêt, une fenêtre météo correcte pour le weekend dernier, et une absolue non-envie de partir. Limite flippant comme état d’esprit je vous prie de me croire... Et il m’aura fallu des jours et des nuits de prise de tête pour me rendre compte que si je n’avais pas envie de quitter le Cap vert c’était parce que déjà au niveau de mon inconscient j’avais fait une croix sur la Patagonie. Pas de Patagonie, donc pas besoin d’aller aussi bas sur la côte du Brésil, donc pourquoi partir ? Voilà en gros ce qui se passait dans ma tête sans pour autant arriver à l’énoncer clairement. Oui, je l’ai déjà dit, je suis un garçon compliqué. 

La côte est de São Vicente vers Calhau
Donc, maintenant que mon cerveau a accepté de changer ses plans, il s’agit maintenant d’en tirer d’autres. Ou pas.
Ce qui est certain c’est que contrairement à mon plan initial, je vais me diriger vers le canal de Panama. Tant pis, je vais engraisser les grandes compagnies mais en même temps je me dis que ça peut être intéressant d’emprunter ce passage hautement commercial pour justement mieux le critiquer... Bref, voici donc le programme pour l’année, ou les années, à venir :
D’ici quelques jours départ pour le Brésil. Puis à l’automne, remontée vers les Caraïbes sans programme bien défini. Il y aura quelques passages obligés bien sûr, comme Cuba, la Colombie, le Venezuela, le Costa-Rica. Mais pas forcément dans cet ordre ni même en l’espace d’une saison... Je vais y aller à mon rythme et selon mes envies.

Je m’étais dis il y a bien longtemps que je me réservais le droit de modifier mon « programme » au gré de mes humeurs, et je crois toujours que c’est une bonne philosophie... Mais je ne pensais pas que ce serait si difficile et si douloureux. Je m’aperçois que malgré mon changement de vie, je traine toujours avec moi le même défaut : Je suis doué d’une très forte inertie. Tel le pétrolier de 120 mille tonneaux, il me faut déployer des efforts formidables pour arriver à changer de cap. Bon, je me rassure en me disant que l’avantage c’est qu’une fois lancé il est difficile de m’arrêter... Et que l’opiniâtreté c’est pas mal comme qualité, mais tout de même... N'empêche, un peu plus de souplesse intellectuelle et de spontanéité ne serait pas pour me déplaire !

Concernant la Patagonie, j’aurais certainement d’autres occasions d’aller visiter ses fameux canaux... Je reste persuadé dans un coin de ma tête qu’un jour j’irais là-bas, mais certainement pas avec la Boiteuse et surtout pas tout seul. On verra dans quelques années... Ou pas !

Cela dit, voyez le bon côté des choses. Votre serviteur et son équipage félin vont rester sous des latitudes bien chaudes à se la couler douce plutôt que d’affronter les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants ! 

Et puis aussi, je vais continuer à porter des tongs !

Il y a pire comme décision dans la vie, n’est-ce pas ?

Ma vie en tongs. C'est pas mal comme titre pour un bouquin, non ?

21 commentaires:

Thrse a dit…

Tu as raison! Il y a pire comme vie!!! Comme j'aimerai être avec toi à tes côtés les doigts de pieds en éventail et surtout prenant l'air comme bon te semble! Mais c'est ça la vie que tu as choisie! Va où tu veux quand tu veux et arrête donc de te donner des défits ou je ne sais quoi! Va au gré de tes envies, c'est tout!

Gros bisous mon cher marin, je pense fort à toi!

cazo a dit…

Va où le vent te mène, va !!

Je constate avec grand plaisir que les contraintes que tu t'imposes cèdent peu à peu au bénéfice de ta liberté de faire comme bon te semble... Enfin !!! C'est pas trop tôt !! :-) !!

Mais je ne comprends pas pourquoi tu optes pour les côtes ensoleillées, la remontée vers la mer des caraïbes et ses plages accueillantes, au lieu des côtes découpées au couteau de la Patagonie, ses vents estivaux qui ne tombent jamais en dessous de 80km/h et ses températures qui ne dépassent pas les 13°C... Vraiment, je comprends pas...

Peut-être à cause du titre du bouquin qui ne pourrait^plus être ma vie en tongs??? Oui, ça doit être ça...

;-) !

Monique a dit…

Ben voilà ! Notre Gwen s'assouplit ! Il s'autorise à changer son cap...et ça va suivre sur les caps autres que maritimes !!!
Même si c'est encore un peu douloureux, la mue s'accomplit et j'en suis fort ravie !!!!

Allez, va ! Vis! Et sois heureux et LIBRE ...c'est l'essentiel !!!

Alexandra et Xavier a dit…

Alors là on est égoïstement ravis de ton choix qui va nous permettre de peut être te recroiser plus tôt que prévu! Bisous à vous deux

Gwendal a dit…

@Thérèse : Mais je t'attends ma vielle ! Vient quand tu veux ! En plus je sais que tu ferais une bonne navigatrice !

@Cazo : Les obstacles les plus grands sont ceux que l'on s'impose à soit-même... Je fais de mon mieux !

@Monique : Je te vois venir toi, avec tes gros sabots ! Bon, j'avance à mon rythme mais j'ai bien conscience qu'il y a encore du boulot. Et notamment en matière de sentiments...

@Alexandra et Xavier : Je ne vous cacherais pas que cela m'avait effleuré l'esprit ! Je fais un crochet par le Brésil et je vous rejoins !

Anonyme a dit…

ben moi je te fait juste pleins de gros bisous mon gwen !!!!!!!!!!!!!corinne

Lou' a dit…

Le chemin sera beau.... Même s'il y a des petits cailloux (aie... ça fait mal sous les pieds :) ! Et même si des parcours changent, ce n'est pas bien grave ! Que le plaisir reste constant et ce sera déja beaucoup. BISOUS

Benoit a dit…

Salut a toi équipages de la Boiteuse ça me fait plaisir ce changement d'orientation je ne me suis jamais permis de temps parler mais la Patagonie c'est chaud pas en température mais en navigation allez a bientôt plus que trois mois pour moi et ont largue les amarres

java j.jordan a dit…

Moi aussi je serais bien tenté par un voyage en mer.je comprends bien qu'on n'ait pas envie de partir pour la Patagonie tout seul.Et puis Cuba,c'est pas mal.
De toute façon,où que vous alliez,nous irons aussi,en vous suivant ici ou là.
Je vois une photo de flamboyant,il me manque cet arbre.
J'ai bien envie de partir aussi mais comme je n ai pas de bateau,je partirai peut-être à pied.Bon vent l'ami

Marie a dit…

Tu as la chance de pouvoir changer tes plans aussi souvent que tu le souhaites, et au gré de tes envies... Alors n'hésites pas à abuser de ce droit !
Et puis, vivre en tongs encore un moment, moi je trouve que c est un programme motivant...

Anonyme a dit…

Je suis ton blog en anonyme depuis longtemps sans jamais oser intervenir, mais aujourd'hui, tu as tous mes encouragements : ta décision vient d'éviter de t'embarquer dans une grosse galère, c'est le plus important! Changer de chemin ouvre toujours des perspectives, surtout sur un bateau de l'Amazone au St Laurent, que d'eau, que de gens, que de paysages!
Olivier

Gwendal a dit…

@Corinne : Merci Corinne !

@Lou : Rien n'est vraiment constant hélas... Ou heureusement. (Je ne sais pas, je te dirais quand j'aurais trouvé !)

@Benoit : Si je continue à procrastiner, tu vas me rattraper dis-donc !

@Java : Ben oui, je vous emmène avec moi bien sûr ! Perso j'ai comme une petite voix que quelque chose de bien m'attend en Colombie... De l'instinct ?

@Marie : Je suis hyper motivé Marie ! Et mes pieds aussi !

@Olivier : Il faut oser Olivier ! Je ne mord personne, bien au contraire je me fais un plaisir et un devoir de répondre à tout le monde. Tu n'es pas le premier à me dire que j'ai pris une bonne décision... Maintenant que j'ai renoncé à la Patagonie, les langues se délient !

java j.jordan a dit…

ne me tentez pas!je suis bien trop capable de partir sur un simple claquement de doigt!
mais vous êtes très gentil.

Gwendal a dit…

@Java : Hihihi ! Quand je dis "je vous emmène avec moi", j'entendais tous mes lecteurs qui partagerons cette traversée ! Celle là de transat je vais la faire en solo... Ce sera ma première, et je tiens à avoir subit ça avant que de penser à embarquer du monde. Désolé !
(Et arrête de me vouvoyer, ça me stresse ! )

lucifer ! a dit…

Et qu'en pense Touline ?

java j.jordan a dit…

oui,tu fais bien,imagines que tu montes une emmerdeuse de preumière,la CATA!!! Au fait je vais ouvrir un autre blog avec des histoires à faire peur cette fois.Ce sera plus amusant.Bon vent l'ami.

Voilier Loïck a dit…

Salut Gwendal,
Difficile de quitter le Cap Vert, n'est-ce pas ? On y est vraiment bien. Pour nous ça y est, les fruits (verts) et les légumes sont à bord. Ce soir on part pour Brava. Un petit stop de deux jours et le Brésil. On se demande encore où on atterrit. Joao de Pessoa ou Bahia. On va zapper Fernado di Norohnia. On a rencontré un bateau qui en venait. 400 euros pour trois jours. Pour toi qui est seul ce sera surement un peu moins cher. A moins qu'il ne te fasse payer pour Touline. ^^
Surtout ne rate pas le Bresil. La remontée vers les Caraibes est dans le bon sens du vent et des courants. On se voit là-bas ? Bonne nav.

java j.jordan a dit…

faudra tout nous raconter des caraibes.Pensez vous passer un jour au bélize?

Lou' a dit…

Aller, Gwendal, je te livre un poème.... (même si le mot âme te fera peut être bondir :) ) Mais je l'ai trouvé beau, ce poème. A toi de me dire s'il te semble approprié :)

Quand tu prendras la route d’Ithaque
Souhaite que la route soit longue,
Pleine d’aventures, riche d’enseignements.
Ne crains pas les Lestrygons et les Cyclopes, ni la colère de Poséidon,
Jamais tu ne les trouveras sur ton chemin
Si ta pensée reste élevée, si l’émotion
Habite ton corps et ton esprit.
Les Lesttrygons et les Cyclopes,
Tu ne les rencontreras pas, ni la fureur de Poséidon,
Si tu ne les transportes pas dans ton âme,
Si ton âme ne les fait pas surgir devant toi.
Je te souhaite que la route soit longue,
Que nombreux soient les matins d’été,
Que le plaisir de découvrir des ports inconnus
T’apporte une joie nouvelle……
Garde toujours Ithaque présente à ton esprit.
Y parvenir est ta destination finale.
Ne te hâte pas ;
Mieux vaut prolonger ton voyage pendant des années
Et n’aborder l’île que
Riche de ce que tu auras appris en chemin…….
Et même si, à la fin, tu trouves qu’elle est pauvre,
Ithaque ne t’a pas trompé.
Car tu es devenu un sage, tu as vécu intensément,
Et c’est cela que signifie Ithaque
(d’après C. Cavafis )

Momo la cigale a dit…

C'est ces petits moments de plaisir quotidiens qui sont à mon sens la clé du bonheur, le tout, c'est de réenchanter le monde pour parvenir à saisir le merveilleux dans ce qui nous entoure. Je ne peux que trop te conseiller le livre de Philippe Delerm "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules", si tu ne l'as pas déjà lu!
Bon, et le bonheur des grands départs avec la traversée de l'océan, c'est pour quand?
Bises cyclo cigalesco voyageuses!

Schlits a dit…

Il n'y a que les fous qui ne changent pas d'idées....Le plan est de ne pas avoir de plan.. du moins pas de plan précis :)

Ceci dit, le nouveau programme te réservera d'aussi belles surprises.

Pour le Costa Rica - réserve ta visite pour le Pacifique, du côté Caraibe, il n'y a pas vraiment d'endroit pous s'y arrêter et avoir la tête tranquille.

Avant le Canal...je te suggère fortement les San Blas - je dirais que c'est dans la liste des "Ne pas Manquer". Cuba, Eh bien c'est toujours en tête de notre liste de coup de coeur !

Au plaisir de te lire !
Shaka