lundi 8 juillet 2013

Le paradoxe d'un voyageur

34°26.602S 58°31.795W
Buenos Aires, Argentine

Pas grand chose à vous raconter aujourd’hui. La Boiteuse flotte toujours ce qui est rassurant surtout lorsqu'on vient d'installer un nouveau sondeur et que l'on n'est pas très sûr de ce que l'on a fait. Mais apparemment j'ai fais les chose bien puisque pas une goutte d'eau ne semble franchir le passe-coque... Donc tout va bien.

La Boiteuse à sa nouvelle place. Hélas, trop loin de la rive pour que Touline puisse descendre.
La problématique de la journée va être de trouver un moyen de faire remplir mes deux petites bouteilles de gaz... Ce qui risque de ne pas être une mince affaire car le service qui se chargeait de ça à la marina vient de changer sa pratique et refuse de se déplacer pour des bouteilles inférieures à 10Kg... Mais ce n'est pas grave, je vais bien trouver un moyen. Peut-être même que la solution à mon problème viendra de mon nouveau voisin, qui n'est ni plus ni moins que l'Argentin que j'avais croisé à Agadir il y a un an et demi !

Sinon, et c'est ce qui m'amène vers vous aujourd'hui, je voulais vous signaler un article paru dans les Carnets de Grande Croisière et qui parle... de moi.
Bon, c'est assez intime et ça dévoile certaines choses sur mon passé que peu de gens connaissent, mais je pense que vous apprécierez la plume de mon ami Hughes. Et surtout sa délicatesse.
Comme il le dit si bien « Toutes les histoires de grandes croisières se ressemblent, chaque histoire de départ, au contraire, est singulière, à sa façon. ». La mienne est le résultat d'une souffrance, d'une mort et d'une renaissance. C'est une thérapie, une reconstruction, qui me mènera vers des rivages que je souhaite accueillants et salvateurs.
C'est le paradoxe d'un voyageur qui n'espère rien de moins que de cesser un jour de voyager.

Un pote un vrai, Hughes Bigo
Alors merci Hughes pour avoir su m'écouter. Cela fait un an que nous naviguons (presque) de concert, mais dans quelques jours je vais reprendre ma route vers le Nord et toi et Caroline vous allez descendre vers le Sud. Même si je ne peux vous souhaiter que le meilleur, j'ai quand même l'espoir qu'on se recroise un jour quelque part dans le Pacifique. De l'autre côté de ce gros bout de terre qui nous barre la route de l'Ouest et que l'on appelle Amérique du Sud.
Bon vent les amis !

14 commentaires:

Marie a dit…

Je confirme ce que j'ai écrit hier : un très bel article... On sent à travers de ces écrits toute l'amitié qui existe entre vous. Des liens qui, j'en suis sure, perdureront longtemps, par delà ce continent qui a vu votre rencontre.
Bises
Petit nota 'Toulinesque' : ne crains tu pas que Mlle ne prenne son 34eme bain, perchée comme elle est et regardant avec tant d'envie la rive et ses attraits?

Voilier Loïck a dit…

Avec Gwendal on se fait plus de commentaires, sur les blog on s'écrit carrément des articles. :-D. Je tiens à dire que le portrait est un genre qui dépend autant de celui qui écrit que celui qui raconte. Un grand merci pour la confiance que tu m'as fait. .

Anonyme a dit…

En effet, l'article d’Hugues et Caroline m'a mit la chaire de poule et je viens d'en reprendre une dose...belle amitié, surtout vrai amitié !!
Bon vent.
Lucas.

Gwendal DENIS a dit…

@Marie : Si je compte bien depuis mon départ, des rencontres comme ça, ça se compte sur les deux doigts d'une main. Alors j'espère bien que ça va perdurer !
PS : J'ai organisé avec moi-même un service de lancha pour la Touline. Je la dépose à terre avec l'annexe et je reviens la chercher quand elle miaule devant l'étrave :)

@Voilier Loïck : La confiance, ça se mérite. Et tu l'as amplement mérité.

@Lucas : Ben faut pas se mettre dans des états pareils Lucas ! J'ai eu ma dose, mais je suis sûr que je ne suis pas le seul.

RPH a dit…

On navigue plutôt de conserve... C'est le seul cas où ça s'emploie et c'est tellement anachronique qu'il faut, je pense, se faire un devoir de l'employer...

RPH a dit…

Ceci dit, celui qui parle de toi, le fait merveilleusement bien. Peut-être même un peu trop bien...

Gwendal DENIS a dit…

@RPH : Que veux-tu dire par un peu trop bien ? (Tu as raison, l'expression est boiteuse mais correcte)

... a dit…

Bonjour,
Alors quels sont les projets du Capitaine pour ses prochaines etapes vers le Nord...? Direction le Mexique...?

Gwendal DENIS a dit…

@... : Les Caraïbes d'abord, mais le Mexique ensuite, oui pourquoi pas !

... a dit…

Bonjour,
Tu iras sur Cuba..?

Gwendal DENIS a dit…

@... : Seguro ! Si il y a un endroit dans les Caraïbes que je tiens à ne pas rater, c'est bien celui là.

la Lésion d'Honneur a dit…

Et la Boiteuse, c'est pas "chez toi"?
Non je rigole, je sais bien qu'elle, elle ne "s'arrête" pas !

Gwendal DENIS a dit…

@La lésion : Il faut croire que non. Je crois que chaque homme, ou femme, a besoin de "s'ancrer" quelque part. D'un port d'attache. Pour pouvoir en partir, mais surtout y revenir...

Monique a dit…

Bravo à Hugues pour sa plume et l'histoire confirme que ces rencontres "hasardeuses" sur les pontons font naître des amitiés solides.

C'est un portrait d'homme à homme : simple et sans fioritures mais d'une virile délicatesse.

Je ne t'ai pas découvert aujourd'hui mais j'aurais aimé pouvoir t'écrire comme ça.