lundi 24 novembre 2014

L'argent

12°53.377S 38°41.045W
Itaparica, Bahia

32° à l'ombre...
S'il est un sujet que je répugne à aborder, c'est bien celui de l'argent. L'argent qui corrompt tout, qui sali tout, mais qui en même temps, horrible paradoxe, me permet jusqu'à présent de parcourir le monde sans trop me soucier de l'aspect improductif de mon voyage.
En bon Français et pur rejeton des idéaux de la Révolution, j'ai toujours considéré que de parler d'argent avait quelque chose de profondément indécent. Je ne marchande jamais car je trouve ça vulgaire, et lorsque au détour d'une escale un malpoli me pose de but en blanc la question sur mes moyens de subsistance je ne peux m'empêcher d'être agacé. Est-ce que je me permet de demander comment untel a pu se payer son bateau ? Non. Est-ce que je m'inquiète de savoir quel métier un autre exerce ou exerçait ? Jamais. Est-ce que cela a une importance par rapport à la conversation que nous sommes en train d'avoir et à la façon dont je vais appréhender la relation avec l'autre ? En aucun cas.
Et si je ne pose pas ces questions qui pour moi sont indiscrètes, ce n'est pas parce que je m'en fout, ni même par pudeur, mais parce que je considère que cela n'a que très peu d'importance sur le fait que nous soyons là, deux personnes en train d'échanger leur expérience de vie.

Cela dit, si je réagis ainsi c'est essentiellement pour des raisons culturelles et morales. J'en ai conscience. Depuis que je voyage, je suis confronté aux différences culturelles et c'est tant mieux. C'est le sel du voyage et probablement sont principal intérêt. Par contre, et c'est là que les choses se compliquent, je me suis rendu compte que la morale a tendance à fluctuer elle aussi (Même si ce n'est pas avec la même amplitude heureusement). Or, la morale ce n'est ni plus ni moins que le filtre avec lequel vous faites la différence entre le bien et le mal. Alors, autant il peut être facile de s'adapter à d'autres cultures, autant lorsqu'il s'agit d'une chose aussi fondamentalement personnelle que la notion de bien et de mal, cela devient beaucoup plus difficile. Voire même carrément impossible dans les cas les plus extrêmes.
Par exemple pour moi, faire étalage de son pognon, s'enquérir des moyens des gens pour les situer sur une échelle sociale prédéfinie, corrompre des gens parce qu'il se trouve qu'on en a le pouvoir, pigeonner un touriste étranger qui ne parle pas la langue, j'en passe et des meilleurs, tout ça c'est mal. Alors que dans certains pays, certains milieux, ces pratiques peuvent être couramment acceptées comme étant la norme... Voire même, dans les milieux les plus pourris, ce qui est mal c'est de ne justement pas se livrer à ces vilenies !

Police Environnementale... Une bonne idée.
Mais bon, là n'est pas le sujet du jour. Enfin si, peut-être un peu. Disons que si je viens d'écrire toutes ces lignes c'est un peu pour vous expliquer que mon rapport à l'argent est plutôt conflictuel et qu'en parler n'est pas quelque chose de facile. Mais je vais quand même essayer !

Alors pourquoi est-ce que je vous parle d'argent si je n'aime pas ça ? Et bien parce que depuis quelques mois déjà je me préoccupe de voir mon compte en banque baisser. Oh rassurez-vous, je ne suis pas encore à la rue ! N'allez pas vous précipiter sur mon compte Paypal pour vous fendre d'une obole parce que vous craignez que votre serviteur n'ait plus de quoi se payer son kilo de langouste ! (La semaine dernière je m'en suis offert pour la première fois de ma vie : 10 € le kilo ici à Salvador) Mais le grand garçon que je suis, sans pour autant en être à remettre en question ce voyage, ni même mon mode de vie, est bien obligé de constater que s'il ne fait rien dans les prochain mois il risque de se retrouver sans argent en plein milieu du Pacifique. Zone qui en plus d'être chère n'est pas vraiment propice aux occasions de faire du pognon.

L'Atrevida, un terrain de jeu de 80 pieds pour Touline !
Et c'est là que se pose la grande question. Qu'est-ce qu'un type comme moi peut bien faire pour engranger du pognon ?
Au début, je vous confesse que je caressais l'espoir de vivre de mes écrits. Mais avec le temps, je suis bien obligé de constater qu'à part déblatérer sur ce blog de temps en temps, je n'ai pour l'instant pas les épaules pour devenir un « vrai » écrivain. Ni le goût pour l'effort qu'implique cet exercice, ce qui explique pourquoi mon roman est au point mort depuis deux ans. Quant à monétiser ce blog comme il m'a été suggéré de le faire encore récemment, c'est tout à fait hors de question rapport à ce que j'ai écrit plus haut, ainsi qu'au fait que je méprise profondément les gens qui font de l'argent avec du rêve. Le rêve, si tant est que ma vie en est un, cela se partage. Ce n'est pas une marchandise. Je sais que j'ai pas mal de défaut, mais je ne suis pas un escroc.

Hors donc, puisque a priori je ne vais pas pouvoir être payé à rien foutre, il va bien falloir que je me salisse un peu les mains. Et c'est là que ça se complique... Car en dehors du fait que j'ai un peu (beaucoup) perdu l'habitude de travailler, se pose la question angoissante : Quoi faire ? Et ce n'est pas comme si je devais choisir entre une multitude de possibilités, car à quarante-sept ans, et étant donné mon parcours professionnel, mes choix sont très limités...
Je vous fais grâce des interminables réflexions qui m'ont amené à une telle conclusion, mais en clair je ne vois que deux possibilités d'emploi en ce qui me concerne. Soit je renoue avec mes anciens amours et dans ce cas je peux donner des cours à une jeunesse en voyage comme je l'avais fait à Agadir il y a deux ans. Soit j'arrive à me faire embaucher dans une marina comme employé (voire même gérant pourquoi pas) multilingue et pas trop dépassé par les choses de la mer.

Navichatrice Solitaire
Et c'est là que les choses se compliquent encore plus ! Car si l'on réfléchis en terme de bassin d'emploi (T'as vu Dominique je sais encore utiliser les termes ad-hoc !), la première possibilité (donner des cours) devrait logiquement m'emmener vers une zone où l'on parle français et où les bateaux de voyages sont nombreux : La Martinique par exemple. Alors que pour la seconde possibilité je pense que je rencontrerais plus d'opportunités vers l'Amérique Centrale...
Donc, une fois arrivé à Trinidad et après avoir réalisé les travaux nécessaires à La Boiteuse, il va me falloir prendre une décision. Soit je me dirige vers l'arc Antillais (sachant que je dois tenir compte de la période cyclonique), sois je file comme prévu depuis un an, vers le Venezuela, la Colombie et Panama.

Voilà donc où j'en suis de mes réflexions. Et ça mouline depuis des semaines dans mon cerveau, croyez-moi.
Alors bien sûr, si je vous ai raconté tout ça c'est à la fois pour le mettre noir sur blanc afin de m'éclaircir les idées, mais également pour vous mettre à contribution ! Allez-y, balancez-moi vos idées, vos suggestions et vos conseils ! Vu l'état de confusion dans lequel je me trouve, je suis preneur de tout et n'importe quoi.

Sinon à part ça tout va bien. Touline et moi nous profitons du confort que nous procure la marina d'Itaparica. Elle en jouant la star des pontons, et moi... Ben moi je peux enfin regarder un film sur un grand écran, et je peux utiliser toute l'électricité que je veux sans me préoccuper de l'état de mes batteries. Pour l'instant, je peux encore me le permettre, mais je sais que dans un certain temps je ne le pourrais peut-être plus... Alors j'en profite !

On me voit bien là ?

19 commentaires:

Monique a dit…


Et voilà le petit vélo dans la tête qui revient !!!
Les cours de français, c'est une bonne idée, mais pourquoi tu limites ? il y a des francophones dans tous les pays, des jeunes et des adultes qui ont besoin de cours.
Bosser dans une marina aussi, n'importe où.
Tu pourrais aussi offrir des services d'interprète occasionnellement
Tu pourrais aussi pêcher et vendre tes poissons
Ecrivain public trilingue ?
Douanier ?

Je cherche encore ...
Je t'embrasse mon Gwen !!

Jingle Catamaran a dit…

Les Martinique-Guadeloupe etc ... c'est la France, donc diplomes et expériences (a la française) exigés... et oui, il y a beaucoup de demandes locales et de France métropolitaine.
Pourquoi ne pas essayer plutôt les Alliances Françaises dans les pays que tu traverses actuellement, ils sont parfois en recherche d'intérimaires. Mais fais attention car tu vas découvrir un monde particulier du type "socio-cu" fonctionnaires parfois à la mentalité difficile à supporter avec leur faculté de ne rien connaitre et de quand même donner des leçons mais ... c'est une piste à explorer ;)

aglae75 a dit…

Ah l'argent le nerf de la guerre, faut bien dire que si on n'est pas rentier, c'est un peu le souci. Moi je viens d'avoir un idée pour mettre un peu de beurre dans les épinards, proposer mes service de vidéaste pour immortaliser les mariages du cru. Maintenant comment le faire savoir et à quel prix, je vais étudier la question. Tranquillou hein, il n'y a pas le feu au lac. Je te verrais bien comme interprète ça t'irait bien.
Bises

Thomas a dit…

Tu pourrais toucher l'AAH, mais je crois qu'il te faudrait retourner en France (aux Antilles ?) pour les démarches, et la réponse met du temps à venir.

Ou alors, comme tu dis "tout et n'importe quoi", te faire rentier en plaçant ton argent (pas taper !) :)

Sinon, entre les deux choix de destination que tu te proposes, j'ai l'impression, à la manière dont tu l'as formulé, que ton choix est (presque) déjà fait.

Confiance, tu y arriveras !

patrick a dit…

Merci pour le reve partagé etgratuit

Gwendal DENIS a dit…

@Monique : A te lire on dirait que ça a l'air facile...

@Jingle Catamaran : Cela fait longtemps que les AF ne recrutent plus auprès des voyageurs, même veux qui ont de l'expérience. Il faut des diplômes maintenant. Mais c'est une piste à suivre... Surtout qu'au niveau mentalité on devrait bien s'entendre !

@Aglaé : Au moins tu as un talent à vendre, c'est déjà bien.

@Thomas : Ben non, je n'ai pas encore fait mon choix. Il y en a un qui me ferait plus chier que l'autre c'est certain, c'est sans doute ça que tu as deviner.

@Patrick : De rien !

Trinita a dit…

Salut Gwendal,
Et apprendre le français à des étrangeophones ? Essayer de vendre des photos, des vidéos, (tu appelleras peut-être ça vendre du rêve) ? Proposer des articles à des revues ?
Bon, tout ça est facile à proposer et ne paye pas une langouste par jour, mais c'est ce qui m'a traversé l'esprit...
(Bonjour Monique, au passage)

gerdy a dit…

Pour gagner sa vie, je suggère la France où il y a moins de chômage et les salaires sont plus élevés

Gerdy

Patrick a dit…

bonjour,
j'ai connu un couple "voyageur nomade" qui avait séjourné en Martinique. Fatigués d'attendre d’éventuels remplacements en collège, ils s’étaient rabattus sur des leçons particulières en math (français ou anglais sont aussi demandées). Cela était plus simple et plus efficace. Les loyers étant chers, ils regrettaient de ne pas avoir de bateau. Je pense que tout cela est encore d'actualité
patrick

Gwendal DENIS a dit…

@Trinita : Photos et vidéos, j'ai peur de n'être pas assez doué hélas.

@Gerdy : La France ? Pouf pouf... Je rigole. Non, il n'est pas encore temps pour moi de rentrer.

@Patrick : Merci, c'est encourageant.

Michel Rans a dit…

salut, je m'etais aussi posé ces questions...Mais je n'etais pas navigateur...
Les antilles francaises : la vie y est chère, gagner des sous pour les depenser dans un puits sans fin c'est boulot-metro-dodo...
---donner des cours de fran_ais à des etrangers oui mais souvent ils n'ont pas les sous pour s'en payer et s'ils les ont ils s'adressent à des AF, à des profs etc...
---Non, faut être limite voyou : exemple faire la contrebande de cigares, c'est pas moral mais ca peut rapporter..Il y a des risques quand même et ca necessite des intermediaires...
--- faire guide pour les touristes, se positionner dans une zone où il y a des lieux à visiter genre mexique et brancher dans les marinas et les casas particulares...
Se mettre en cheville avec un gars du coin qui possede une voiture et balader les touristes
je veux pas te decevoir mais ce ne doit pas etre evident...

aglae75 a dit…

Gwen tu me fais rougir là. ;)

Anonyme a dit…

bonsoir
je me demandais si faire un peu de commerce entre deux pays etait une bonne idée .faudrait bien choisir les produits .
serge

Gwendal DENIS a dit…

@Michel : Comme dit un ami à moi : Il n'est pas interdit d'avoir de la chance !

@Aglaé : Faut pas !

@Serge : J'ai connu des potes qui faisaient ça entre le Sénégal et le Cap Vert...

Voilier Loïck a dit…

Maintenant que j'ai lu ton billet, je cherche une plage pour m'enfoncer profondément la tête dans le sable...

gubragh a dit…

Bon, c'est clair que ce n'est pas facile, mais ça ne veut pas dire impossible. Le plus difficile n'est pas de trouver du boulot, mais de faire quelque chose qui ne te donnera pas l'impression - je cite Moitessier là - "vendre ton âme". Nous avons rencontré un couple de notre age ici qui voyagent depuis 36 ans. Ils n'ont pas un sou, ou presque, si ce n'est leur bateau, et ils ont toujours travaillé partout ou ils ont navigué (pas mal de temps en Australie, entre autres)- bâtiment (électricité - pour lui), prof de français pour elle, directrice adjointe d’école à un moment donné, etc. Vendre du contenu (photos, vidéos, etc) me parait difficile, à moins de bien connaitre et d'avoir des contacts dans le milieu - mais je me trompe peut-être - cela dit, tes images sont très jolies. A Arzal j'ai connu un type (Kawa, Carl, qui a fait un tour de l'Atlantique il y a quelques années et qui vit sur un Sun-Fizz qu'il prépare pour repartir dès qu'il a assez de sous) qui est aide-soignant, mais qui gagne un peu de sous en faisant de l'animation dans les maisons de retraite - bon, ça marche en France et c'est son milieu, donc des potes avec lesquels il a travaillé l'invitent, mais pourquoi pas ? C'est ça, vendre du rêve ? Peut-être, ou bien "entre autres".
Au fait - j'ai lu récemment une blogueuse qui disait qu'il est plus difficile de faire quelque chose quand on a plein d'idées que quand on n'en a qu'une... J'y réfléchis, j'arrive à la conclusion que l' plus dur, c'est quand même quand on n'en a aucune.
Bon courage, Gwendal. Ah, et aussi - bienvenu au club.

Gwendal DENIS a dit…

@Voilier Loïck : Ben pourquoi mon Hughes ? Toi, tu as un métier et pas seulement des compétences relatives comme moi.

@Gubragh : Je suis d'accord, il y a en plus une dimension éthique très forte chez moi qui fait qu'il y a des choses que je n'ai absolument pas envie de faire. Même si j'en serais capable par ailleurs... Mais Pour l'instant, même si j'ai quelques pistes, je suis plutôt dans le "pas d'idée".

Marette Jean Paul et Nadine a dit…

et pourquoi pas proposer tes services pour ceux qui, pendant que leur véhicule est sur le cargo entre Panama et la Colombie, cherchent un moyen de transport entre ces deux pays en passant par les San Blas. Il y a beaucoup de demandes.
bon courage dans tes recherches
amicalement,
Nadine et Jean Paul

Gwendal DENIS a dit…

@Nadine et Jean Paul : Pourquoi pas ? Ca me semble une bonne idée si comme tu le dis il y a de la clientèle.