lundi 30 novembre 2015

Bilan de mi-travaux et attaque de blattes zombies

10°40.788N 61°37.257W
Carenage Bay, Trinidad

Demain mardi, cela fera quinze jours que La Boiteuse trône sur le chantier de la Trinidad & Tobago Sailing Association. Et quand je dis qu'elle trône, ce n'est pas juste une image. Car avec ses onze mètres et ses six tonnes, c'est le bateau le plus imposant du lieu.

La vue du balcon est jolie, mais Touline s'en fout
En quinze jours, sans pour autant avoir bossé comme un dingue (faut pas pousser tout de même), les choses avancent doucement, mais avancent tout de même. J'ai tout d'abord installé le nouveau panneau solaire. Avec ses 140 Watts, il alimente parfaitement le nouveau frigo de 50 litres qui m'a été livré par erreur à la place du 40 litres prévu initialement. Et pour le même prix ! Par contre, l'annexe que j'ai commandé au États-Unis n'ai toujours pas arrivée... Ce sera normalement pour début décembre.

La quille est poncée (pas par moi, j'ai payé quelqu'un pour réaliser cette corvée), mais j'attends que le safran soit réparé pour passer l'antifouling. Je n'arrive pas à démonter l'arbre d'hélice, ce qui fait que je n'ai pas pu pour l'instant changer la bague hydrolube. L'inverseur lui, est toujours chez le mécano... et on galère à trouvé la pièce qui fait jonction avec le tourteau. Si en fin de semaine on ne trouve pas, il va falloir que je sorte 1000 US$ pour en faire fabriquer une neuve. Mais il semblerait par contre que l'on ait trouvé le caoutchouc (bumper) correspondant quelque part en Allemagne ! Comme quoi, il y a lieu de se réjouir quelque part.

Si j'utilise le « on », c'est parce que j'ai complètement délégué les problèmes moteurs à Marc de chez Dynamite. Franchement, je commence à en avoir un peu plein le cul de ce bourrin, et je ne peux pas me faire du souci pour tout parce que sinon je vais crever avant l'âge. Donc, je délègue.

Bernard au travail
Sinon, on a pas mal galéré avec Bernard pour installer les toilettes. Moi qui avait toujours trouvé incongru le choix de l'ancien propriétaire d'opter pour un WC chimique, je comprends mieux maintenant pourquoi ! La configuration du bateau est telle, qu'on est obligé de faire quelque chose de pas joli. M'enfin, je ne vais plus avoir à vidanger régulièrement cette saloperie de toilette, et je n'aurais plus ces odeurs pestilentielles pendant la nave. Et ça mes amis, ça n'a pas de prix !

Efficace l'acide oxalique !
Quoi d'autre ? Ah oui, vendredi dernier j'ai constaté que mon chargeur de quai était en panne... Mais bon, comme hélas ce n'est pas demain la veille que je mettrais La Boiteuse en marina, y'a pas d'urgence. Ce weekend je me suis occupé de changer le réa du davier, et j'ai mis mes écoutes à tremper. La coque est propre. J'ai passé deux jours à la nettoyer à l'acide oxalique... Bref, les choses avancent doucement comme je vous le disais au départ.


Ah ouais ! Il faut absolument que je vous raconte une histoire de dingue ! Le genre d'histoire qu'à ma connaissance vous ne lirez nulle-part ailleurs !

Les nouvelles toilettes
Donc voilà, c'est une histoire de cafard (Non, pas le mien de cafard. Je parle de vrais cafards). Depuis qu'elle voyage, La Boiteuse a toujours plus ou moins hébergé quelques spécimens de cette saloperie d'insecte. Des petits cafards marocains au gros ailés brésiliens (genre Periplaneta americana), j'ai toujours réussi à maintenir leur population à un niveau acceptable, aidé en cela par Touline qui se fait un plaisir de les chasser pour les bouffer. C'est en arrivant en Guyane que les choses se sont corsées... J'avais beau être mouillé dans le fleuve, tous les soirs de grosses blattes volantes atterrissaient sur le pont, et toutes n'ont pas fini dans l'estomac de Touline ! Peu à peu, j'en ai trouvé un peu partout, et par deux fois (essayez de ne pas vomir sur votre clavier) j'en ai même trouvé dans ma tasse de café le matin au réveil. Les bébêtes s'y étaient installées pour déguster le lait concentré au fond de la tasse, et moi sans m'en rendre compte je rajoute deux cuillères de café instantané et de l'eau bouillante... Je ne vous dis pas la surprise lorsque vous commencez à touiller !

Bref, les bestioles commençaient à vraiment s'installer et j'envisageais sérieusement une résolution plus radicale du problème. Jusqu'à présent, à cause de Touline, je ne voulais pas employer des produits chimiques un peu trop agressifs. Mais le problème s’aggravant de semaine en semaine, je m'en étais inquiété auprès de Tanguy, un véto de passage qui m'a alors indiqué une méthode radicale pour se débarrasser des cafards sans mettre en danger une partie de l'équipage. C'est assez simple. Il suffit de disposer dans des endroits stratégiques des petites coupelles contenant un mélange de lait concentré sucré et de quelques gouttes d'anti-puce. Les cafards s'en régalent, crèvent, et ne risquent pas d'empoisonner votre équipière si jamais il lui prenait l'envie de boulotter un cadavre. Car la dose d'insecticide est supportable pour elle, puisque c'est celle qu'elle ingère normalement lorsqu'on lui met l'anti-puce sur le cou... C'est futé non ?

Récapitulatif
 Mais bon, impossible pour le moment de trouver ce genre d'anti-puce dans le coin. J'ai donc dû me résoudre à attendre d'être en Martinique pour lancer l'offensive. Sauf que, ce que je n'avais pas prévu, c'est que ce serait les cafards qui allaient passer à l'offensive...

Un vieux billot, de l'herbe... Le Paradis !

Un soir de la semaine dernière, je m'apprêtais à m'installer confortablement pour regarder un film lorsque je me suis dit : Tien, il y a des moustiques ! Je vais pulvériser un peu de ce nouvel aérosol que je viens d'acheter... Pchit-pchit-pchit, j'en mets un peu partout dans le bateau et je referme toutes les moustiquaires afin d'être tranquille.

Nom de dieu ! À peine avais-je terminé de pulvériser le truc que j'entends des grattements de partout ! Ça gigotait dans les cloisons ! Le faux-plafond ! Les équipets ! Et puis ils sont sortis par dizaines... Des cafards gros comme la main ! (Non, bon ok, pas gros comme la main... Mais de bonne taille quand même, genre 6-8 cm). Un vrai film d'horreur !

Il y en avait tellement que Touline s'est enfui sans demander son reste. Se chargeant quand même de faire la chasse à ceux qui arrivaient à regagner le cockpit via les aérations du capot de descente.

Du coup, j'ai carrément vidé l'aérosol en entier. J'en ai mis partout ! Et puis j'ai passé quatre heures à chasser ces sales bêtes avec dans une main ma lampe de poche et dans l'autre un chiffon. Elles étaient assez facile à attraper car elles semblaient complètement déboussolées, ne fuyant plus la lumière, et tournant parfois en rond comme des zombies. Je les ai chopé une à une, plus ou moins écrabouillé (Cruntch!) et je l'ai ai balancé par dessus bord sur le terre-plein du chantier.

Le lendemain, le sol autour du bateau était jonché de cadavres, sinistre preuve de la lutte homérique que j'avais dû mener face à la horde de blattes zombies.

Les soirs qui ont suivi, j'en ai attrapé encore quelques unes, mais le gros de la troupe semble avoir été exterminé. Dès demain je retourne au supermarché et j'achète une demi-douzaine de cette bombe miracle. Histoire de clore les hostilités une fois pour toute !

C'est quoi ça ?
Donc voilà, c'était le récit d'une petite misère parmi d'autres. J'espère que vous n'étiez pas en train de déjeuner !


A part ça, rien. Je crois que j'ai plus ou moins fait le tour des derniers événements afin que vous soyez pleinement informés. Donc logiquement à la fin de la semaine je devrais avoir des infos fraîches à partager avec vous, concernant l'inverseur et surtout, surtout, la nouvelle Miss B !

See you next week !
On aperçois le nouveau panneau...
 
J'ai pas encore trouvé le bonheur, mais j'ai déjà la clef !


11 commentaires:

Laurent a dit…

Les WC chimiques, je te comprends, je n'ai pas le choix et beurk, comment les odeurs arrivent à remonter et écoeurent...

Bon courage pour les prochaines réparations et l'antifooling !

Bises d'Islande

la Lésion d'Honneur a dit…

Courage pour les travaux, l'attente et le reste. Nous aussi, après les bombes, ce sont les lacrymos qui ont plu sur les manifestants COP21. Y'a des fois où je ne comprends plus rien... ou que trop bien ?! Alors comme disait l'autre, si "pray for Paris" ne donne rien, "spray for Paris" te fera pleurer !
Pour ce qui est d'aller plumer des moineaux, cesse Gwen d'encourager le vice stp ou alors encourage la sodomie drosophilienne pour les plus excités !!
@+

Monique a dit…

Tu te bats contre les cafards pendant que les cafards parisiens écrasent les écologistes !!
Y a comme qui dirait de drôles de liens entre les z'événements !!!

Allez, un peu de courage, le plus gros est fait et la Boiteuse va repartir comme en 14 ( ah non merde !)
Bisous mon Gwen.

Denis Berger a dit…

Heu désolé Gwen j'ai une mauvaise nouvelle, mais peut être que ça peut t'aider à te débarrasser des cafards.

Une femelle en danger, éjecte l'oothèque (c'est la dedans qu'elle transporte ses oeufs) qu'elle porte, d'où cette légende qui prétend que, lorsqu'on écrase une blatte, elle donne naissance à des petits.

Donc même si tu t'es débarrassé des adultes des petits bébés cafards vont apparaître par la suite.
Il va donc falloir que tu te débarrasse des oeufs maintenant.
Bon courage et bonne omelette :)

Johnny Zeisner a dit…

oula le wc fait peur...mais franchement pour avoir eu un bato sans col de signe, il faut moins pomper pour extraire le conduit dont une partie redescends...et pour l'arrivé sans antisiphon ca peux retourner au wc.
Es ce que c'est la tourte qui ne sors pas de l'axe? si c'est ca une technique pour le model en cone, c'est d'abord d'enlever la vise centrale biensur (ou devisser qq tours), puis d'intercaller une douille de cliquet plus petit que l'axe, de remettre les 4 vis sur la sortie inverseur et ainsi en revissant pousser la douille poussant sur l'arbre. Attention en bossant au tube d'etambot c'est souvent fragile.

Martin a dit…

Bonjour Gwendal,
je pense pouvoir confirmer le commentaire de Denis Berger, il ne faut jamais écraser une blatte ! La femelle éjecte une douzaine d'œufs. Toi qui aime bien le calcul mental, le compte des blattes écrasées risque de vite te faire peur !
Bon courage pour la suite des travaux !

Rui Fernandes

Gwendal DENIS a dit…

@Laurent : L'Islande au mois de de décembre... Il n'y a que toi pour choisir des destinations incongrues !

@La Lésion : Je suis ça de loin, mais avec intérêt quand même... Et je me rends compte que je n'ai plus envie de me lancer dans des analyses ou des remarques percutantes. Je me demande même si ma non-envie de rentrer un jour ne s’apparente pas à de la lâcheté. Tout simplement. Plein le cul de toutes ces conneries. Ils ont gagné, quelque part.

@Monique : Pas demain la veille qu'on la remet à l'eau la pauvre Boiteuse !

@Denis : Je sais, j'en ai vu une le faire et j'ai récupérer l'oothèque pour la jeter. Mis j'ai bien l'intention de réitérer le traitement toutes les semaines pendant un mois.

@Johnny : C'est bien le cône du tourteau qui coince, mais l'inverseur est parti chez le mécano, donc je n'ai plus de point d'appui.

@Martin : Même commentaire que pour Denis alors ! :)

franck a dit…

La chasse aux cafards! si cela peut te rassurer, dès qu'on navigue au chaud on y passe tous! j'avais lu des boules faites avec de l'acide borique et du lait concentré. Moi j'ai utilisé un gel acheté aux canaries en plus de la technique du verre. Je bloque la blatte dans une verre que je glisse vivement de gauche à droite sur le plan plats après avoir glissé une feuille sous le verre. La blatte ne bouge plus. Je soulève le verre d'une main, replie la feuille sur la blatte et l'écrase. Tout une technique!!
Pour ton cône de tourteau as tu essayé le chauffer à la lampe à souder ou au pistolet à air chaud?
Bon courage pour la suite des travaux.

franck a dit…

ps je te souhaite un bonheur dont la taille est en rapport avec celle de la clef.
franck sur tailana.

Gwendal DENIS a dit…

@Franck : Pour le tourteau j'attends la visite d'un technicien qui fera certainement bien mieux que moi. Quant à la clef, ma foi... J'attends la serrure qui va avec :)

Voilier Loïck a dit…

Film d'horreur !!!11