vendredi 24 mai 2013

Touline superstar !

34°26.602S 58°31.795W
Buenos Aires, Argentine

En tant que blogueur, il est évident que tapis tout au fond de moi réside un écrivain en devenir qui ne rêve que de célébrité, de jeunes groupies peu farouches, et d'un paquet de pognon. C'est comme ça, je suis comme tout le monde, j'ai besoin de reconnaissance.
Bon, pour être franc mon roman en est toujours au stade d'ébauche. Les jeunes groupies peu farouches sont peut-être passées à bord, mais je devais dormir parce que je n'en n'ai aucun souvenir. Et je n'ai jamais rien gagné avec mes écrits. Par contre, et même si ça me gêne un peu d'écrire ça, je commence à avoir ma petite réputation... Je passe de temps en temps à la radio dans l'émission Allo la Planète, Anne Bergogne et Hughes Bigo m'ont cité respectivement sur les sites du Figaro et de Voiles et Voiliers... Bref, mon estime de moi-même, ou mon narcissisme comme vous voulez, a de quoi être satisfait !

Sauf que, et c'est là que je commence à rigoler jaune, la plupart du temps toutes ces gentillesses ne me sont pas accordées eu égard à mes qualités littéraires ni à ma vision idéaliste du monde, mais bel et bien grâce à une boule de poil ramassée un beau jour sur les quais d'Agadir ! Et oui, je suis persuadé d'être plus connu maintenant comme le Papa de Touline que comme un individu à part entière !
Non, n'y voyez là aucune espèce d'aigreur. Juste un poil d'ironie. Car comment ne pas trouver ironique le fait que mon premier interview dans un journal (un vrai journal papier, un truc qui se feuillette avec les doigts !) ne traite pas de ma petite personne (tant pis pour mon égocentrisme), mais de Touline !
En effet, il y a quelques semaines, j'ai eu le plaisir d'être interviewé par Eric Fournet et le magazine Chats & Chatons (n°4, juin 2013, disponible chez votre marchand de journaux préféré). Deux doubles pages rien que pour nous, avec pleins de photos et de choses gentilles !

En voici la transcription, pour ceux qui ne pourraient pas le trouver en kiosque.

1/ En quelques mots, vous pouvez-nous expliquer la genèse de cet incroyable voyage à bord de La Boiteuse ? 

La genèse... On pourrait remonter loin, jusqu'à mon enfance je pense. Qui n'a pas rêvé un jour de parcourir le monde en lisant Jules Verne, Jack London ou Henry de Monfreid ? Tout le monde l'a fait... Mais hélas, la vie fait que bien peu franchissent le pas et le font vraiment. Lorsqu'en mars 2010 j'ai eu l'opportunité de changer de vie, j'ai bien réfléchi à tout ça et je me suis dit que je préférais tenter l'aventure plutôt que de vivre avec des regrets. Alors j'ai franchis le pas ; Six mois plus tard j'achetais La Boiteuse, et six mois encore plus tard je prenais la mer au départ de Nice. Cela fait maintenant deux ans que j'ai quitté la France et un an et demi que je navigue avec ma chatte Touline.

 2/ Embarquer un chat avec vous, c’était prévu d’avance ou cela s’est-il produit de façon fortuite ? 

Deux ans avant mon départ, j'ai perdu ma chatte Gaëlle. Elle avait 19 ans, et autant dire que j'ai passé pratiquement toute ma vie d'adulte avec elle. Lorsque je suis parti, je n'avais pas encore eu le cœur de lui trouver une remplaçante... Et j'avais lu quelque part que la présence d'un animal à bord compliquait sérieusement le passage des frontières. Donc non, quand je suis parti, il n'était pas question pour moi d'avoir un chat à bord. Et puis lorsque je suis arrivé au Maroc, j'ai craqué. Il y avait des chats partout ! J'ai alors demandé à une amie de m'aider, et deux jours plus tard elle me ramenait cette petite boule de poil couverte de puces et de teigne !

3/ Qu’apporte la présence d’un chat sur un navire ?

Pas mal de soucis ! Mais aussi, heureusement, de grandes joies. Une présence réconfortante, une certaine forme de chaleur. C'est aussi un excellent passeport pour faire des rencontres. Mais ça je crois que c'est plus dû à la personnalité de Touline. C'est une chatte très sociable qui apprécie les humains plus que ses propres congénères. Mais surtout, et je crois que c'est le propre de tous les propriétaires de chats, on a l'impression de compter pour quelqu'un sans pour autant que cela vire à l'adoration inconditionnelle. C'est sans doute parce que les chats avec leur comportement relativement indépendant, nous ressemble plus. Et puis, c'est important, grâce à elle je n'ai pas un seul cafard à bord ! Elle est plus efficace que le plus puissant des insecticides !

4/ Ces animaux ont beau avoir été depuis toujours des compagnons des navigateurs, tous les chats peuvent-ils s’habituer à la vie à bord ?

Non pas tous. D'après mon expérience, seuls les chats qui ont été habitués très jeunes à vivre sur un bateau ont la gentillesse de vouloir y rester. Le souci est que lorsqu'ils sont jeunes et contrains de rester dans un espace restreint, ils font également pas mal de dégâts... C'est pas très grand finalement un bateau de 11 mètres. Je m'arrange toujours pour qu'elle puisse descendre à terre se défouler, grimper aux arbres, chasser... Du coup, lorsque nous sommes en escale elle ne rentre au bateau que pour manger et dormir. Une vraie adolescente !



5/ Touline a-t-elle eu parfois le mal de mer ? 

Je crois que le mal de mer est quelque chose qui frappe tous les animaux, pourvu qu'ils aient des yeux et des oreilles... Et Touline n'échappe pas à la règle. Généralement nous sommes patraques elle et moi, les premières vingt-quatre heures en mer. Et puis c'est comme tout, ça passe. Chez elle ça se traduit surtout par une sorte d'apathie et par un refus de s'alimenter (comme les humains finalement).

 6/ Quelles précautions prenez-vous pour qu’elle ne vous cause pas de problème dans la navigation et lors des manœuvres de bord ? 

 Il n'y a rien de plus excitant pour un chat qu'une écoute qui file ! Aussi, lorsque j'ai besoin de me concentrer pleinement sur une manœuvre, je l'enferme à l'intérieur du bateau. La nuit également. Du coup, c'est moi qui me retrouve enfermé à l'extérieur, ce qui devient un peu compliqué lorsqu'il fait froid ou lorsqu'il pleut ! Sinon, je l'ai habitué à porter un harnais pendant les navigations, avec un boute de quatre mètres. Cela lui permet de se balader dans le cockpit et de pouvoir rentrer se mettre à l'abri dans la cabine.

7/ « Un chat à la mer ! », cela vous est arrivé ? Grosse frayeur ? Comment avez-vous réussi à la récupérer ? 

Très grosse frayeur ! Ça c'est passé au milieu de l'Atlantique, très tôt le matin alors qu'il faisait encore nuit. Elle est tombée à l'eau en voulant grimper sur le panneau solaire... Lorsque je me suis aperçu de sa disparition, j'ai fais demi-tour mais c'était sans grand espoir de la retrouver. Au bout d'une vingtaine de minutes j'ai enfin pu la repérer grâce à ses yeux qui brillaient dans le noir ! Si c'était arrivé pendant la journée, je ne l'aurais jamais retrouvé. Nous avons eu énormément de chance... (Pour lire l'article en entier, cliquez ICI )



 8/ Côté nourriture, comment la nourrissez-vous ? Au fait, il y a une litière embarquée ? 

Sa nourriture de base ce sont les croquettes, parce que c'est léger, que ça se conserve et que ça ne tient pas beaucoup de place. Mais lorsque nous sommes en escale, je lui donne aussi du poisson que je pêche exprès pour elle avec une nasse. Il faut bien sûr qu'il soit vivant, sinon c'est pas marrant. Bien sûr, elle a sa litière et s'en sert tout le temps même en navigation (ce qui est rigolo à voir lorsque le bateau roule!).

 9/ Vous avez deux/trois anecdotes surprenantes à son propos lors de votre voyage ? 

Touline est un peu cleptomane et elle a une une passion pour le plastique. Elle me ramène souvent des morceaux de tuyau, des bouts d'éponges, des rouleaux de fil... Elle débarque dans le carré en roucoulant, toute fière d'elle, et les dépose à mes pieds. Et il faut que je la félicite bien sûr ! Une fois elle m'a ramené un ourson en peluche, et une autre fois un câble de chargeur de téléphone... J'ai dû aller frapper à tous les bateaux au port pour en retrouver les propriétaires, et m'excuser ! Sinon, Touline est une super ambassadrice. Lorsque je débarque dans une nouvelle marina, elle saute immédiatement sur les bateaux voisins pour en explorer les moindre recoins. Extérieur et intérieur ! La plupart des gens sont tellement sidérés qu'ils la laisse faire. Pour rigoler, je leur dis qu'en fait ma chatte travaille pour la douane ! Il n'empêche, c'est idéal pour briser la glace et se faire des amis. Dernièrement, elle est entré dans un bateau ou dormait un bébé... Et elle s'est allongé auprès de lui en ronronnant. Les parents étaient stupéfiés ! Mais sauter ainsi de bateau en bateau ne se fait pas sans risque. On en est à 32 bains forcés depuis sa naissance ! Heureusement pour elle, elle nage très bien et j'ai disposé des filets le long de la coque pour lui permettre de remonter à bord.

10/ Ce voyage serait-il le même sans sa présence ? 

 Clairement, non. Je me suis souvent posé la question, et si jamais elle venait à me quitter, je sais que je ne tarderai pas à lui trouver une remplaçante. Cela ne diminue en rien mon amour pour elle de dire ça, mais je sais que je ne pourrais pas vivre sans chat à mes côtés. C'est définitivement le compagnon idéal pour un marin.

11/ Quelles sont pour vous les prochaines étapes ? 

Pour l'instant nous sommes à Buenos Aires, en Argentine, et dans un mois nous remonterons vers le Brésil. Puis ce sera les Caraïbes, où nous resterons le temps qu'il faudra... avant de passer le canal de Panama et attaquer l'océan Pacifique. Je n'ai pas de plan précis, ce sont les rencontres et les conditions météo qui guident ma route.

Un grand merci à Eric Fournet pour son attention.

16 commentaires:

Gata Sueto a dit…

...ça nous flatte... mais pourquoi Touline ne parle pas elle même?

Gata Sueto
www.gatasueto.com

Anonyme a dit…

C'est sur qu'il lui manque la parole, sacrée Touline !
En tout cas, super sympatoche l'article, comme d'hab, merci Touline, merci Gwendal et merci Eric Fournet.
Lucas.

Museu do Barco a dit…

...c"est mieux ne pas donner la parole aux chats...je parle selon ma propre expérience avec Sueto....

Guerdy a dit…

Congratulations pour l'article.
Et bon courage pour la suite du voyage avec ce beau sillage au programme.

Guerdy

Gwendal DENIS a dit…

@Gata Sueto : Parce qu'elle est trop snob !

@Lucas : Et merci à toi !

@Museo do barco : On ne sait jamais, elle pourrait balancer des trucs compromettants !

@Guerdy : On n'y est pas encore dans les eaux chaudes des Caraïbes...

Anonyme a dit…

Oui, merci à Touline et à vous ! Je suis déjà vos aventures sur FB, maintenant je viens de découvrir ce blog.
Quant à cet article il est génial. Je comprends un peu mieux votre vie à bord. Soyez prudents ! Et bonne route !

Bateau Loïck a dit…

Une star cette Touline !

Gwendal DENIS a dit…

@Anonyme : Deux choses : D'abord ici tu me tutoies. Même si tu as dix ans tu as le droit, c'est comme ça. Ensuite, la prochaine fois laisse ton prénom, les anonymes ont tendance à me rendre nerveux. Mais en tous cas, bienvenu(e) à bord !

@Bateau Loïck : Ouais, limite agaçante depuis qu'elle a lu l'article. Il Faut voir comment elle se pavane !

lucifer ! a dit…

Ebin dis donc!
cet article est superbe et simplement vrai .
Que serait Touline sans son Gwen ? et que serait Gwen sans sa Touline ?
Allez Bonne route Ami!
Je garde ma longue vue braquée sur La Boiteuse .

la Lésion d'Honneur a dit…

Après ceux des Damiens, Moitessier, Fougeron et autres avanturiers des mers, je suis sûr qu'un jour j'achèterai (et lirai !) ton bouquin ! ça ne peut pas en être autrement !
Grâce ou à cause de Touline, peu importe !
@+

Gwendal DENIS a dit…

@Lucifer : Si un jour j'accède à la notoriété, j'espère que ce sera indépendamment de ma chatte !

@La Lésion : Que Dieu t'entende ! (Mais qu'est-ce que je dis moi ? N'importe quoi !)

hedilya a dit…

Ben moi j'aime pas particulièrement les chats mais je suis fan des marins qui écrivent bien et donc je lie et lis goulûment l'ensemble.
Bonne remontée

la Lésion d'Honneur a dit…

"Que Dieu t'entende !" ça s'appelle "un renvoi" !ça arrive à tout le monde !

Astrd a dit…

Souvent les commentaires se lisent avec autant de plaisir que les articles ! Bon je vois que tu as quand même réussi à t'incruster sur 2/3 photos, tout n'est pas perdu pour toi ! Un livre ?! Mais je savais pas !!

Gwendal DENIS a dit…

@Hedilya : :)

@La Lésion : Beurpl !

@Astrid : Attend, on n'y est pas encore... J'ai juste commencé à poser les bases de l'histoire et entrepris la description de quelques personnages... Il y a encore énormément de travail. Sans parler que ça fait six mois que je n'ai pas écris une ligne !

la Lésion d'Honneur a dit…

"Sans parler que ça fait six mois que je n'ai pas écrit une ligne !" Incroyable ! Il en fait des tonnes sur son blog et il ne s'en rend même pas compte !