lundi 28 octobre 2013

Je pense à voix haute, donc j'écris

34°57.786S 55°16.183W
Piriápolis, Uruguay

Avis à la Population !
Avant d'attaquer le sujet du jour je voulais revenir, si vous le voulez bien, sur la question que nous avons abordée la semaine dernière. A savoir si j'allais un jour remettre les pieds en France. Je pense que j'y ai répondu à ma façon, et je suis assez content de moi lorsque je vois les nombreux (et argumentés !) commentaires que ce texte a suscité. Cependant, il m'est apparu dans la semaine que finalement je pouvais retourner la question à pas mal des plus proches d'entre vous. Et vous ? Quand est-ce que vous prenez des vacances et que vous venez me voir ? Hein ?
C'est vrai quoi, vous sautez à bord d'un avion à pas cher, et hop ! En quelques heures vous êtes de l'autre côté de l'Atlantique ! Je promets même de nettoyer La Boiteuse si vous me prévenez suffisamment à l'avance !

Ceci dit, au cas ou vous vous poseriez la question de votre destination, sachez que celle-ci ne devrait pas tarder à changer... Et là, je vois d'ici vos oreilles se dresser tel le setter moyen. Comment ? Gwendal se déciderait à enfin abandonner le port de Piriápolis ?
Et bien oui, bien obligé puisque mon visa arrive à expiration. Bien sûr, dans l'absolu rien ne m'empêcherait de renouveler celui-ci ad vitam eternam. L’Uruguay est un pays tellement accueillant que ce serait un jeu d'enfant que de squatter ici jusqu'à la fin de mes jours sans avoir de compte à rendre à personne. En plus, franchement, citez moi un pays aussi avancé en matière sociétale que l'Uruguay, vous aurez du mal. Dernière réforme en cours, le cannabis est sur le point de devenir légal (il était déjà toléré). Mieux, il va être déclaré monopole d'état, cultivé et mis en vente au prix de un dollar (0,75 euro) le gramme. Bon, je ne fume que du tabac mais s'il y en a parmi vous que cela intéresse... 

Du maté dans le biberon !
Bref, tout ça pour dire que l'Uruguay pourrait tout à fait ressembler au petit paradis que je recherche par delà les vastes océans. Oui mais voilà... En ce qui me concerne il y a un hic, et pas un petit. Traitez moi de frileux, mais je trouve qu'il caille un peu trop dans ce pays. En plus le Rio de la Plata est vraiment un bassin de navigation merdique, alors tout ça cumulé fait que je n'ai quand même pas très envie de m'installer par ici.

Donc on va partir, et si possible avant l'expiration de mon visa, c'est à dire avant le 5 novembre. Et c'est là que les choses se compliquent car autant il est important que je me fixe des limites de temps en temps histoire de me motiver, autant le navigateur doit prendre en compte autre chose que le calendrier, à savoir la météo. Et là mes enfants, autant dire qu'on n'est pas sorti du sable.
Si j'en crois les prévisions j'aurais bien une fenêtre qui pourrait, à la rigueur, se dessiner le weekend prochain. Sauf que, on en a déjà parlé, les prévisions météorologiques dans le Rio de Plata au delà de 48 heures, s’apparentent plus à des prédictions qu'à des prévisions. Et encore, des prédictions faites par un devin débutant à peine sorti de l'école des charlatans. Donc autant dire qu'à l'heure actuelle je suis dans le flou le plus complet.

Foutez-moi la paix, je pense !
Il va donc falloir que je prépare le bateau et que je me tienne prêt à sauter sur la première occasion qui me sera offerte. En théorie, j'ai besoin de trois jours de vent favorables pour rejoindre Rio Grande do Sul au Brésil. Et croyez moi si je vous dis que trois jours d'affilé avec un vent dans la même direction c'est quasiment impossible dans le coin ! Cela veut donc dire (je réfléchis en même temps que j'écris), que je vais devoir probablement louvoyer, voire même me faire secouer comme un prunier, être malade, me faire tremper, me peler les couilles... Bref, ça va être une vraie partie de plaisir.

Un asado en bonne compagnie
Cela dit, et j'en terminerais là dans ma réflexion, je ne suis pas stupide au point de m'imposer des épreuves que je sais d'avance être douloureuses, à la fois pour moi et pour mon bateau. Donc, si jamais je loupe cette opportunité de partir, il ne faut pas que j'en fasse un fromage non plus. Après tout, comme me le disait ma voisine de ponton, Axele : T'es libre de faire ce que tu veux !
Et elle a bien raison Axele. Si j'ai choisi cette vie, c'est bien pour être libre. Alors on ne va pas se mettre martel en tête, et prendre les choses comme elles viennent. Si ça passe, tant mieux, et si ça ne passe pas... Et bien ça passera la prochaine fois !

Bon allez. Fin de la présente diatribe. Je vous remercie de m'avoir donné l'opportunité de réfléchir à haute voix devant vous, et je vais commencer à préparer mon bateau pour la navigation. Et puis tiens, je vais quand même passer voir l'immigration pour me renseigner sur les formalités de renouvellement de visa. On ne sait jamais !

PS : N'empêche, c'est vachement cool de vous avoir. Il suffit que je vous écrive quelques mots pour que les choses s’éclaircissent dans ma tête. Merci à vous les lecteurs !

Et Touline va bien !

19 commentaires:

aglae75 a dit…

De nada :}

Anonyme a dit…

Fais comme tu le veux, quand tu veux ! C'est bon çaaaaaaa.....
Bonne préparation en tout cas.
Lucas

Monique a dit…

J'aime quand tu ne te prends pas la tête avec les plannings et les contingences !!

Tu commences à avoir la liberté dans la peau...Chouette !!!

Stéphanie a dit…

Elle a bien raison de se la couler douce la mistinguette après toutes ces frayeurs et émotions qu'elle a subit - et puis son papa s'occupe de tout, que c'est bon l'insouciance...

Marie a dit…

Comme dit Stéphanie : que c'est bon l'insouciance!
Et je crois que ce soir, elle sera d'accord avec moi quand je te dis : PROFITES !
La vie nous a rappelé, à elle et moi, aujourd'hui, qu'on doit profiter de chaque bonheur.
Alors si cette fenetre la n'est pas la bonne, eh bien ca n est pas grave. Guette la prochaine!
Bises a toi et a Touline

Gwendal DENIS a dit…

@Aglaé : estaba con placer !

@Lucas : C'est la théorie c'est vrai, mais en pratique c'est quand même un poil plus compliqué.

@Monique : Ben je fais comme je peux en fait :)

@Stéphanie : C'est elle qui a le beau rôle, il faut quand même le dire.

@Marie : Pour l'instant ça a l'air de bien se goupiller... A suivre donc !

... a dit…

Pourquoi pas l'Uruguay (son President me plait bien...les gens du pays si ils ont son mode de vie devraient être cools..et puis à Cuba je me regalais d'Uruguayos :tranche de veau, fromage, jambon le tout dans une empanada..Miam)..Oui pourquoi pas...Par contre j'ai peur de me noyer...ahahah

Thomas a dit…

Bin oui, pourquoi que se serait pas nous qui viendraient te voir ? Moi j'irais bien te voir quand tu sera en Polynésie - si tu y restes assez longtemps (mais non je pose pas de conditions !:)

Gwendal DENIS a dit…

@... : C'est vrai que c'est un pays agréable... Probablement le plus agréable depuis mon départ.

@Thomas : Vu qu'il y a des lagons bleu, du soleil et des vahinés, il se peut en effet que j'y passe quelque temps !!!! :)

gerdy a dit…

Bonjour Gwendal,
Bon courage pour la nav' à venir.
Courageux tu l'es surtout en solo, j'ai de l'admiration pour toi sur ce point là, ainsi que pour d'autres points.
As-tu ugrip pour la météo ou bien "passageweater" ?
Enfin ce n'est pas non plus à 100 %
Restes prudent et soigne La Boiteuse, elle te le rendra.

Astrd a dit…

Fan de la conclusion, c'est beau d'aider sans rien faire ! En même temps on comprends mieux comment ça marche dans ta tête avec cet article, c'est pas simple, mais y a du mieux !! :p

Thrse a dit…

Heureuse de voir que Touline va bien... Par contre, je dois dire que tu me surprends pour ton départ... J'ai même dit à Tony que je pensais que tu avais trouvé ta terre d'accueil... Je ne sais pas pourquoi, mais je te voyais bien finir là bas! Pis pour le froid, t'achète ce qu'il faut si tu es bien! Allez, un petit détour aux autorités, renseigne toi! Prend le temps! La façon dont tu dis les choses, je n'ai pas vraiment l'impression que tu ai envie de partir... Enfin, c'est une impression! Je me trompe peut-être!
Gros bisous mon marin préféré!! Passe une bonne fin de journée!

lucifer ! a dit…

ébin, si jamais ta nav' de l'Uruguay au Brésil en venait à frôler la côte des requins à la Réunion( !!!),je t'y attends avec le fanion de l'Epouvante , reconnaissable entre tous !!!

Ah les beaux jours que nous pourrions créer !!!

Gwendal DENIS a dit…

@Guerdy : Bien sûr je consulte régulièrement les sites de météo en ligne, mais comme je l'ai dit, dans cette région ils ne sont pas fiables au delà de 48 heures. Et encore !

@Astrid : Je me soigne comme tu vois :)

@Thérèse : Je pensais passer aux bureaux de l'immigration ce matin, mais j'avais oublié quel jour on était !

@Lucifer : Euh... rappelle moi ma chère Lucife de t'offrir un Atlas la prochaine fois qu'on se croise.

hedilya a dit…

Je ne suis pas un des plus proches mais je suis pas loin (Buenos Aires à l'heure ou j’écris), ton invitation (ne serait-ce qu'à dîner) est-elle valable dans ce cas de figure? Si oui, je ferais un détour de mon chemin pas tracé...

Gwendal DENIS a dit…

@Hedilya : Bien sûr ! Ce sera avec plaisir ! Contacte moi par mail pour qu'on organise ça ! gwendald@hotmail.fr, ou sur Face book.

Cécile a dit…

Ha je vois qu'il y a des nouvelles ! J'espère que tout va bien ! ;)

Gwendal DENIS a dit…

@Cécile : Oui ! Tout va bien Cécile, merci de t'en inquiéter ! je suis toujours en Uruguay, je vous raconte ce qu'il s'est passé très bientôt.

Simbad a dit…

même pas lu !!!
ça a du s'éclaircir tout seul

La bise