dimanche 10 mai 2015

De Itaparica à Jacaré, première partie

07°02,149S 34°51,353W
Marina Jacaré, Paraiba, Brésil

Le Samedi 03 mai 2015 – Départ groupé

03H45 : Il fait nuit noire, il pleut et La Boiteuse tire sur sa bouée au rythme d'une houle courte soulevée par un vent du sud plutôt rageur. Hier en fin d'après midi j'ai quitté le ponton de la marina d'Itaparica pour prendre uma poita, afin d'être, pour ainsi dire, sur la ligne de départ. Car oui, il s'agit bien d'un départ. Et ce sera le quatrième en ce qui me concerne. La grande différence avec les autres, c'est que je ne partirais pas seul. Nous sommes quatre voiliers, tous français, à prendre la route de Jacaré en même temps ! Il y a Alain sur son Ginfizz Éole, Bernard et Françoise sur leur Bavaria 46 La Bella Flora, Patrick et Caroline sur leur petit catamaran le Capsun, et votre serviteur sur sa Clopinante. Quatre bateaux complètement différents qui malgré un départ groupé laissent cependant présager une arrivée en ordre dispersé.

Franchement, je vous avoue que j'ai dû me faire tirer l'oreille pour prendre le départ aujourd'hui... La faute à une météo hyper-changeante qui ne m'inspirait pas vraiment compte tenu de mes expériences précédentes. La faute aussi à une espèce d’encroûtement... Mais bon au final je me suis laissé convaincre par les copains en me disant qu'à un moment il faut bien se jeter à l'eau, et que si trois capitaines me disent que c'est faisable, c'est qu'ils ont probablement raison et moi tort.
Donc, a priori la journée d'aujourd'hui devrait être plutôt musclée, puis dès cette nuit le vent devrait s'établir au sud-est pendant deux ou trois jours... Je dis bien a priori car à la vitesse où les choses changent par ici je serais bien en peine de vous dire avec certitude le temps qu'il fera demain ! Une seule chose est sûre, ça va être mouillé.

05H00 : Allumage du moteur. Je suis près, mais on dirait que Patrick et Caroline ont un problème avec leur chaîne d'ancre... Je vois Patrick dans l'eau en train de se démener comme un beau diable.

05H30 : On est partis ! Enfin, trois bateaux sur quatre quittent le mouillage sous une pluie fine. La Bella Flora a semble t-il un problème de batteries.


06H15 : On attaque la descente de la Bahia de Todos Os Santos, en laissant l’île d'Itaparica sur tribord, vent debout. Capsun est devant, puis vient La Boiteuse et Alain suit. La Bella Flora nous rejoindra plus tard dans la matinée. Avec leur 46 pieds je pense qu'ils n'auront aucun mal à nous rattraper...
Ça gazouille sur la VHF canal 6 !

Capsun
08H10 : On enquille l'étroit passage entre le Cabo Santo Antônio et la cardinale nord du même nom. Vent dans le pif, ça bouge pas mal mais c'est gérable. Un premier grain nous cueille au passage.

10H00 : La flottille s'éparpille, chacun suivant la route qui semble lui convenir. Pour ma part, cap au 120° au moteur, pour m'écarter le plus possible de la côte. Je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvaise augure, mais j'ai l'impression d'avoir exactement les même conditions de vent que lors de ma dernière tentative...

11H00 : J'ai un petit creux. Je dévore à belles dents une part du cake aux petits pois et aux oignons que Caroline m'a offert avant le départ. Un délice !

14H00 : J'arrête le moteur. Je suis bord à bord avec La Bella Flora qui nous a finalement rattrapé fissa. Trois nœuds au 40°. C'est pas top mais c'est dans la bonne direction.

La Bella Flora
14H30 : C'est officiel, La Boiteuse prend la dernière place du convoi ! Bon, en même temps on ne joue pas dans la même catégorie non-plus... Alors il n'y a pas de quoi se taper la honte. M'enfin, il y a quand même une petite partie de moi qui enrage. C'est sans doute ce que Moitessier appelait « le démon de la régate ». Allez, tais-toi vilaine bête, et laisse moi naviguer en paix !...

15H45 : Il y a un gros grain qui se présente droit devant.

16H10 : Ça y est on est dedans...

18H10 : L'orage est passé. J'ai dû réduire le foc des deux-tiers à cause des surventes mais pour un premier on s'en est plutôt bien tiré. Le souci c'est qu'à la suite de ce grain, les vents n'ont pas repris leur direction initiale... Route au 30° et moins de trois nœuds au GPS.

20H32 : Je me prépare pour la nuit. Avec un ris dans la Grand-voile et ¼ du foc on file à 4 nœuds. C'est parfait.

Le dimanche 03 mai 2015 – Une journée de grains

06H00 : La nuit a été plutôt agitée. Non pas en termes de sommeil car j'ai dormi comme une pierre. Non, c'est la mer qui a été agitée, et elle l'est encore. Juste après 21H00, une houle, grosse, rapide et rapprochée, avec des creux de deux mètres c'est installée durablement juste après un ultime grain. Heureusement que j'avais pris un ris pour la nuit...
Sinon, nous avons fait 45 milles en douze heures... Oui je sais, c'est pas top. Mais au moins ces milles étaient-ils dans le bon sens ! Pile poil au 42° ! Donc, l'un dans l'autre, je suis content.
J'attends encore quelques minutes afin d'être tout à fait réveillé puis ensuite je vais larguer un peu de toile à l'avant. Puisque cette nuit on a fait du cap, aujourd'hui on va essayer de faire de la vitesse ! Bon, pas trop quand même... parce que là mine de rien, j'ai mal partout.

07H00 : Je viens d'atteindre, avec quatre heures et demi d'avance, le point où j'ai fait demi-tour la dernière fois.

08H50 : C'est pas génial. Il fait gris, et partout sur l'horizon je vois des grains potentiellement dangereux. Des petits, des moyens des gros... J'ai l'impression d'être dans un champs de mines.
Logiquement, vers midi, et jusqu'à minuit, le vent devrait adonner un peu. Ça serait cool car j'ai beau me trouver à 20 milles des côtes, j'ai toujours la hantise de 'y retrouver coincer comme les autres fois. Pour l'instant c'est cap au 30°, à péniblement trois nœuds. J'aimerais lâcher mon ris numéro un pour prendre un peu de vitesse, mais tous ces grains ne m'y encourage guère.
Depuis ce matin, la VHF est muette. Les autres doivent être loin maintenant...

J'ai faim. Je m'enfourne une grosse part du gâteau au chocolat que Françoise m'a préparé (Oui, j'ai été gâté !). Touline aussi à les crocs, alors du coup c'est restauration collective !

Je gère la nave
09H00 : Alors que Touline jouait dans le fond du cockpit, je la vois qui soudain bondit sur ses pattes et prend sa position de chasse. Qu'est-ce qui se passe ma fille ? Elle saute sur le banc et regarde vers l'arrière... Hop ! Voilà un petit dauphin qui saute hors de l'eau ! Et il y en a d'autres ! Salut vous !
Mais... Attendez ! Revenez ! J'ai pas eu le temps de prendre une photo !

11H00 : Putain ! J'ai failli me faire surprendre par une survente à l'aplomb d'un gros nuage bien noir. Mais bon, même si j'ai su géré ça fait quand même une sacrée décharge d'adrénaline !

11H25 : Le bon côté de la chose c'est que ce grain semble être le prélude au changement de vent annoncé. Cap au 60°, à 55° du vent apparent et à 5,5 nœuds ! C'est super ! Sauf que la mer est hachée comme c'est pas permis... J'ai une pensée pour Patrick et Caroline avec leur cata bas-du-cul. Ils doivent en chier.

13H10 : Ça fait une heure qu'on est dans le pire grain de la série. Je me suis fait peur une ou deux fois... Mais bon, pour l’instant je gère.

13H35 : Ça se calme. J'en profite pour déjeuner : Une énorme part de gâteau au chocolat avec une banane. Excellent combo !

15H00 : J'ai encore un grain qui s'annonce... Cette fois-ci j'anticipe bien longtemps à l'avance et je réduis le foc avant que la misère ne me tombe sur la gueule. Après six mois d'escales, j'ai perdu le cal que j'avais sur les mains et manier sans arrêts les écoutes me fait un mal de chien...

16H00 : Putain de dieu, mais c'est quoi ce truc ? Je ne sais pas vers quoi je vais, mais ce qui est sûr c'est que j'y vais. La masse nuageuse forme un cercle presque parfait aussi beau qu'il est inquiétant. Je n'ai jamais vu un nuage pareil... Qu'est-ce que je fais ? Je vire de bord ou bien ?
C'est quoi ce truc ???
16H07 : Non, virer de bord ne servirait à rien tellement ce truc est grand. Par contre ce qui pourrait s'avérer utile ce serait de prendre mon deuxième ris pendant que je peux encore. Et c'est ce que je viens de faire.

16H19 : Ça y-est, le monstre est sur moi...

16H50 : Ben merde alors... Il ne se passe rien ! Je suis au milieu du cercle sous un léger crachin et c'est la pétole molle. A croire que les nuages sont parfois comme les humains : Plus ils sont impressionnants, moins ils en ont dans le calbute !
Par contre si cela ne vous fait rien, je vais garder mon ris n°2 parce que j'aperçois une autre masse nuageuse en formation juste derrière... M'est avis que la nuit va être compliquée.

17H25 : Voilà que l'équipage a envie de s'amuser ! Touline t'as pas vu ce qui nous arrive dessus ? Allez, rentre te mettre à couvert !

17H30 : J'ai l'impression d'avoir un mur liquide et noir droit devant moi... Là je crois qu'on va morfler pour de bon. J'ai sorti le gilet de sauvetage de son placard et je l'ai suspendu dans la descente.

18H00 : Putain ! Le vent est arrivé comme un boulet de canon. J'ai vraiment eu l'impression qu'une main gigantesque mettait une grande baffe à La Boiteuse en plein sur le museau ! Le Bateau a tremblé tellement fort que j'ai cru un moment que le mât allait tomber ! Ça a été vraiment chaud...
Des fois, franchement, c'est à se demander ce qu'on fout là.

18H45 : Le choses semblent rentrer dans l'ordre. Cap au 40° toujours au près serré, nous sommes encore sous l'influence de ce grain fantastique. J'espère seulement que ce sera le dernier de la journée parce que là franchement, je commence à avoir ma dose. J'ai mangé des nouilles avec un quignon de pain... Mais plus par devoir que par réelle envie. Non, ce dont j'ai envie là maintenant tout de suite, c'est de dormir.

Le lundi 04 mai 2015 - Rodéo

05H45 : Les grains ont cessé vers minuit environ, mais j'ai conservé un profil bas jusqu'à quatre heures du matin. Le me paraissant plus maniable, j'ai largué le ris n°2 et déroulé le foc en grand. Je me doute que nous n'avons pas fait beaucoup de route cette nuit... et certainement pas le cap qu'il aurait fallu. On verra bien tout à l'heure... En attendant, c'est le premier lever de soleil visible, alors j'en profite.

Enfin le soleil !
06H05 : Mouais, c'est bien ce que je pensais. Nous avons parcouru une trentaine de milles tout en nous rapprochant pas mal des côtes. Elles ont beau être encore à 20 milles, je vais devoir serré au plus près pour passer Maceió en toute sécurité. Maceió, c'est la porte de sortie de ce piège à rat qu'est Salvador, et il reste 145 milles avant d'y être.
Réjouissons nous tout de même, il fait un temps splendide et la mer est jolie. (même si je vois déjà des grains se profiler à l'horizon).

07H10 : J'ai lâché le ris n°1 afin de pouvoir encore remonter au vent si c'est possible.

07H20 : Tien, on dirait qu'il y a une voile loin devant sur tribord...

08H00 : Bah non, c'est pas une voile. On dirait une espèce de tour flottante. Bizarre.

09H00 : Depuis une heure La Boiteuse avance à 5 nœuds sur une mer maniable, au près et toutes voiles dehors. C'est agréable de voir son bateau donner sa pleine mesure.

11H10 : Je viens de terminer de lire Un enfant de la balle, de John Irving. J'adore cet écrivain.

11H15 : Pffff... Grosse déception. Je salivais depuis ce matin en pensant à mon repas de midi : Une grosse calabresas avec des pâtes au beurre ! Hélas, les trois saucisses que j'ai acheté vendredi n'ont pas tenu le coup. Elle sont complètement moisies ! Du coup, et comme en plus le temps s'y prête, j'ai mis une ligne à l'eau dans l'espoir d'attraper mon repas ! Allez les poissons, vous avez moins d'une heure pour mordre ok ?
Entre parenthèse, vivement qu'on arrive à Trinidad que je m'achète un nouveau frigo...

12H15 : La matinée a été idyllique ! Temps magnifique, pas de grain, 25 milles de parcourus. Le cap n'a pas été super-top, 35° au lieu des 45° prévus, mais bon... On fait ce qu'on peut. J'ai finalement déjeuné de sardines posées sur un lit de riz. 
 
En mode Bogosse

14H30 : Je viens de dormir deux heures. Pendant ce temps, le vent est tombé et le ciel c'est couvert. Nous flirtons un peu avec le plateau continental, mais l'un d'en l'autre le cap est bon. Mette un peu d'est dans mon nord ne serait pas du luxe.

14H55 : Il y a un nuage plus gris et plus bas que les autres, droit devant. La question éternelle que se pose le navigateur c'est : Réduis-je la voilure ou ne réduis-je pas ?

Réduire la voile d'avant, c'est simple et ça prend 30 secondes. Réduire la Grand-voile c'est moins simple et ça prend 3 minutes. 5, si je m'emmêle les pédales.
Allez Gwendal, décide toi ! Tu as un quart d'heure, vingt minutes maxi, avant d'être dans le caca. Ou pas.
Et tout le problème réside dans ce fameux « ou pas ». C'est là qu'il faut avoir du nez. Il faut puiser dans son catalogue personnel d'impressions et d'expériences, et prendre une décision...

Brrr !!!
15H10 : Et voilà ! C'est fait. J'ai pris le ris n°1 et j'ai réduis le foc de trois-quart. Je suis prêt. Vu d'un peu plus près, la question de tout à l'heure ne se pose même plus... Le nuage est devenu presque noir et un voile sombre de pluie le relie à l'horizon. Il n'y a plus qu'à espérer qu'un seul ris suffise.

16H20 : C'est pas encore terminé. Depuis plus d'une heure ça bastonne pas mal. En fait je crois qu'il y avait deux grains qui se couraient après, et que je suis passé de l'un à l'autre sans transition. Le second souffle du sud-est, ce qui m'arrange bien pour le coup.

16H29 : Merde, voilà les éclaires et le tonnerre qui s'en mêlent.

16H42 : J'ai droit à une petite pause... Mais elle sera de courte durée car je vois un troisième grain qui arrive. L'espace entre les éclaires et le tonnerre est de 13 secondes.

17H20 : Et c'est reparti pour un tour... Comme hier, il fait nuit avant la nuit.

17H49 : Merde ! Y'a un boulon du régulateur d'allure qui s'est barré !!!!! Bordel de dieu, c'est vraiment pas le moment car ça piaule dur !

18H26 : Ouf, ça y est c'est réparé. J'ai eu du bol car ça s'est calmé peu après que j'ai commencé à faire du rodéo, à cheval sur le bâti du régul'. Il n'empêche, ça a été un peu chaud... J'en ai encore les bras et les jambes qui tremblent.

18H30 : Ben zut alors, c'est la pétole maintenant ! Pas un pet de vent et une mer formée qui ballotte La Boiteuse dans tous les sens. Allez, je vais allumer le moteur et en profiter pour m'éloigner de côte. En plus le courant est vachement fort dans ces parages. Cap au 60° avec la GV en appui.

20H50 : Je viens de mettre 20 l de gas-oil dans le réservoir. Avec ça je devrais être bon jusqu'à demain matin.

Le mardi 05 mai 2015 - Tranquillou

La vie est belle de nouveau !
05H40 : Le soleil se lève, radieux, sur un ciel pommelé de petites boules de coton. C'est joli, et ça conclue une nuit qui, même si elle a été un peu compliquée au début, s'est avérée pas si mal que ça au final. Vers minuit la pétole s'est installée et nous avons eu droit à la lune et aux étoiles comme compagnons de route. Mercedes a fait son boulot, au ralenti pour économiser le carburant, et le pilote nous a fait faire un cap au 55° sur 45 milles. Cela nous a permis à la fois de nous éloigner de côté tout en faisant un peu de route utile.
Donc ce matin je suis de bonne humeur !
A part ça, il n'y a toujours pas de vent, alors on va continuer encore un peu au moteur.

06H20 : La ligne de traîne est à l'eau. J'ai dû refabriquer un leurre, car celui d'hier a été légèrement mâchouillé et ne ressemblait plus à rien. Le vieux calamar en plastique fera un super jouet pour Touline qui commence un peu à se faire chier (Il n'y a pas qu'elle).

07H00 : Allez, on se lâche. J'arrête le moteur et je sors toute la toile. La Boiteuse se fait plaisir avec des pointes à cinq nœuds sur un mer superbe.

08H15 : Je balance des quignons de pain à un puffin majeur un peu curieux.

09H55 : Comme je le supposais, mon cap n'est pas fameux. Nous faisons du 20° alors qu'un 30°, voire un 35°, aurait été de bon aloi. Si cet après midi le vent n'adonne pas, on va être obligé de rallumer le moteur pour s'écarter de Maceió... Car oui, on y arrive enfin !
Pas de grain, à l'horizon. Pourvu que ça dure !

No comment
12H00 : Le vent a encore refusé et nous nous dirigeons droit sur Maceió à 20 milles de là. C'est vrai, l'idée de m'y arrêter m'a bien effleuré l'esprit. Mais pas plus d'une seconde je vous rassure. Le prochain arrêt se fera à Jacaré, point barre !

12H40 : Miam ! Le Capitaine à super-bien mangé, merci pour lui. Au départ je m'étais préparé une feijoada avec du riz pour deux repas, mais j'ai finalement tout englouti. Il faut vous dire que je n'avais rien avalé depuis vingt-quatre heures, ceci explique peut-être cela...

15H15 : Chouette ! Le vent adonne ! Merci M'sieur Éole !

16HH00 : Il se passe un truc bizarre dans le coin... Depuis ce matin je vois arriver des fronts nuageux en provenance de l'est (normal), mais un peu avant d'arriver à mon niveau on dirait qu'ils glissent vers le sud-est pour finalement se regrouper en grains dans mon dos. Je sais que la zone de Recife, et plus largement la pointe est du Brésil, est le lieu où les vents et les courants en provenance de l'Atlantique sont sensé se séparer en deux. Une parti descend vers le sud, et on a alors le courant Brésilien, celui que je me tape depuis Cabo Frio, et l'autre partie remonte vers le nord-ouest, c'est le courant amazonien.
Je ne sais pas si ce que j'ai sous les yeux est la démonstration exacte de ce phénomène... Si ça l'est, je me trouve exactement à la latitude de cette séparation.

En prévision d'une hypothétique séance moteur, j'ai remis encore 20l de diesel dans le tank. Et puis j'ai pris une douche aussi... J'avais l'entrejambe qui commençait à sentir le fennec. On ne sait jamais, si une sirène venait à passer !

17H05 : Allez, il est temps de se tirer de là. Maceió est à six milles et si je ne me tire pas de là je vais finir dans les cailloux. Cap au 50°, même limonade que la nuit dernière.
Pendant que je faisais ça, le soleil s'est couché en un temps records. On voit bien qu'on se rapproche de l'équateur ! (09°42')

Touline

17H40 : Ben merde alors... J'ai l'impression qu'il y a un front de nuages en provenance du sud-est qui m'arrive droit dessus.

17H48 : Ouf ! J'ai juste eu le temps de prendre deux ris d'un coup avant que les premières rafales de vent ne couchent La Boiteuse ! Pourquoi faut-il que mes débuts de soirée soient toujours aussi mouvementés ? C'est vrai quoi, depuis samedi tous les soirs j'ai droit à un coup de tabac !

18H30 : Ah, je crois que j'ai un souci avec le régulateur de tension de l'alternateur... Tout à l'heure je l'ai rebranché (oui, c'est une panne tellement courante que je ne vous en parle même plus), et mon tournevis est entré en contact avec le bloc moteur, créant une étincelle. Depuis, mes batteries recommencent à charger, mais elles sont maintenant à 14,2V alors qu'elles devraient se maintenir à 13,6V... C'est donc, je pense, le régulateur qui a cramé. Il va falloir que je surveille ça de près parce que sinon les batteries risquent de griller, voire même d'exploser.
Manque de pot, j'ai déjà sommeil... Bon, au pire je débranche le bordel et puis c'est marre.

19H30 : J'avais pas envie de cuisiner alors j'ai mangé deux bananes. Vous savez, ces petites bananes (tigrées ?) qu'on appelle ici banana maçao, et qui sont si sucrées ?

Le front nuageux est derrière nous maintenant. Les lumières de Maceió aussi... Tout va bien.

15 commentaires:

Ludo a dit…

Super resume il faut faire plus de traversé de ce genre :)

Simbad a dit…

Bravo.
T'as enfin réussi à t'arracher du piège :)
Vite la suite ...
au fait merci pour le récit..

aglae75 a dit…

C'est plus de ton age de "sortir"tous les soirs, mais t'as bien assuré. Vivement la suite. Bisous

Monique a dit…


Bravo capitaine !!
Attends la suite avec impatience.. !

Pierre Vigna a dit…

Pfiou, quel saut soudain ce fut! Bravo, on navigue avec toi, au sec, assis (vautré) dans le canapé.
J'ai hâte de lire la suite.
A bientôt.
Pierre

Jean Claude Petillon a dit…

Salut Gwendal, un coucou de Mireille et Jean Claude, sur "Eärendil" (ceux qui ont fait du bruit et de la poussière au ponton d'Itaparica).
On est arrivé en Martinique, en une vingtaine de jours, comme prévu, malgré une déchirure de grand-voile et six jours de couture, tout à la paumelle, pour la retaper.
Une information pour ceux qui voudraient continuer vers le nord : dès avant l'équateur, l'océan est envahi de sargasses (comme la mer) et ce, jusqu'aux Antilles où elles constituent une vraie pollution. En mer, elles perturbent la navigation s'accrochant à l'hélice, au safran, forçant le pilote automatique à travailler difficilement.
Content de savoir que tu as réussi à repartir !
Amitiés, la bise à Touline.

Fix a dit…

Eh ben mon gaillard (d'avant !), c'est folklo !!

Julien Chanu a dit…

Salut Gwendal;
Content de retrouver de nouveaux récits de navigations et ,aussi, que tu es enfin réussi à remonter vers l'équateur. A bientôt.

Jingle Catamaran a dit…

Quand est-ce qu'on sait qu'il est trop tard pour prendre un ris ?

- Quand il est trop tard ...

Tu fais bien de les prendre assez tot ;)

Astrd a dit…

6h09 : oops, une fois n'est pas coutume, je suis a la bourre. Et ce matin je recommence à prendre le train pour aller travailler, les travaux à Daillens suite au déraillememt du train qui transportait des marchandises dangereuses sont finis, ou du moins permettent à nouveau la circulation des trains pour les pendulaires que nous sommes. Je m'enfile la fin de mon bol de céréales.
6h11 : Je ferme la porte de la maison et commence mon petit footing du matin pour rattraper les quelques minutes qui me feraient manquer mon bus sinon. Ciel dégagé, température printanière des plis agréables. Oh ! Mes copines les vaches s'exercent au combat dans leur beau champ fleurit de pissenlits. Pas de grain à l'arrivée, la traversée du canton de Vaud devrait bien se passer.
6h22 : Départ du bus, il fait beau, on avance à une allure régulière de 27 noeuds (!!).
6h34 : je change de navire, le temps de grimper quelques marches, et de dévisager les quelques personnes qui attendent comme moi le métro en direction d'Ouchy, et d'esquisser un sourire à ceux qui n'ont pas les yeux rivés sur leur smartphone.
6h36 : le métro s'élance, je ne suis pas tranquille, gros nuage vraiment noir à l'horizon... j'espère que ça va bien se passer.
6h37 : ah non merde c'était le tunnel, me voilà rassurée.
6h38 : un mec qui doit faire du rugby ou de la muscu entre dans le métro. Il a l'air sacrément à l'étroit dans son costard, mais je marre en voyant le détail qui tue : les lacets bleus flashy de ses chaussures classes, crédibilité zéroais c'est rigolo.
6h39 : gare de lausanne, les portes du métro, et commence mon petit moment d'amusement du matin, les 2/3 qui sont à la bourre s'élancent en courant dès leur premier pas hors du métro pour tenter d'attraper leur train. Mais je ne me moque pas, je suis souvent l'une d'eux :)
6h40 : à l'entrée de la gare, 2 jeunes filles déguisée en Chiquita banana, t-shirt jaune, perruque rasta blonde nous donne des bananes, vous savez ces grandes bananes (couleur unie) sans goût pas sucrée qu'on nous sert dans ces pays où elles ne poussent pas après avoir été cueillie vertes et avoir voyagé un mois à mûrir dans un bateau sous l'effet de nombreux produits chimiques ?
6h42 : arrivée sportive sur le quai, trajet un peu houleux au milieu de ces vagues humaines, mais je suis à l'heure pour une fois alors je suis contente. Par contre on dirait que le train lui a du retard... le vent ne soufflait peut-être pas dans la bonne direction.
6h46 : votre train a un retard indéterminé. J'aurais peut-etre du attendre un peu avant de reprendre le train !
6h54 : cap sur la voie 6 pour le train régional, j'arriverai plus tard, mais j'arriverai.
7h36 : bien arrivée à destination, grand soleil, calme et ensoleillé, le navire ferroviaire a filé droit au milieu des prairies, forêts et villages, au pied du Jura a un bon 60 noeuds...

Mouais... j'ai beau essayé d'enjoliver, ça rend vraiment pas aussi bien que toi ;) Merci de prendre le temps de tout nous raconter, je me suis régalée ! Et félicitations !!! Tu l'as fait, tu as réussi a quitter Ita"partira" !

Gwendal DENIS a dit…

@Ludo : Résumé, résumé... Y'en a déjà pour six pages !

@Simbad : Pas de quoi. La suite est dans les tuyaux.

@Aglaé : Un vrai pro je suis maintenant !

@Monique : Merci ma Momo. Je t'aimeu !

@Pierre : Profite Pierre, c'est fait pour ça.

@Jean-Claude : Merci pour l'info et bravo pour votre traversée qui pour le compte remet la mienne au niveau d'une balade dominicale :)

@Fix : La plaisance c'est le pied, c'est bien connu.

@Julien : L'équateur est encore à sept degré et des poussière. mais bientôt je repasserai la ligne dans l'autre sens !

@Jingle : Le mât dans l'eau est aussi un bon indicateur.

@Astrid : Hihihi !!! Bravo ma toute belle ! On s'y croirait au milieu des helvètes !

Anonyme a dit…

Bonjour Gwendal,

ça c'est fait !
et bien fait !

le vent a finit par adonner.

tu as su nous faire embarquer avec toi ! il ne manquait que le goût du gâteau au chocolat et l'odeur de la mer...

je suis très content de retrouver le marin (laissons la régate à ceux qui aiment ça...) et bientôt nous retrouverons l'Homme (celui des pontons et des rencontres) !

vivement la suite.

David de Nantes

Gwendal DENIS a dit…

@David : Pour info, la mer ça sent rien... :)

la Lésion d'Honneur a dit…

Hola hombre ! J'avais délaissé un peu internet le temps d'une petite escapade mais me volà reviendu ! Bravo l'artiste ! Ah John Irving ! un modèle !

Gwendal DENIS a dit…

@La Lésion : Un enfant de la balle n'est pas le meilleur d'Irving... Je lui préfère Hotel New Hampshire, ou le Monde selon Garp.