samedi 30 octobre 2010

relâche et bricolage

Le jeudi 28/10/10
Marines de Cogolin
43°16'2.88"N 6°35'5.44"E

Journée en demi-teinte que ce jeudi de mobilisation...
Le matin j’ai surtout écrit, afin que vous puissiez avoir un peu de lecture (Oui je sais, j’suis trop sympa comme type), et puis je me suis préparé pour une deuxième sortie.

Bon ok, la météo n’était pas très réjouissante, mais j’ai quand même appareillé… Quand je dis peu réjouissante, j’entends pas là qu’il n’y avait pas un pet de vent. Mais alors rien ! J’ai quand même navigué pendant quelques heures au moteur, histoire de me faire la main… Mais franchement je me suis fait chier. Parti sur les coups de onze heures, j’ai fait demi-tour vers quatre heures au niveau de la plage de Pampelonne tellement je m’emmerdais.
En plus, chose bizarre, j’ai même eu un léger mal de mer alors que la mer était exampte de houle… Allez comprendre.

Retour au ponton donc, et contrairement à hier je n’ai pas grand-chose à vous raconter sur cet épisode. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que tout c’est im-pé-cable-ment passé ! Et sans l’aide de personne notez-le.

Cela-dit, cette petite sortie m’a permis de finaliser une réflexion que j’avais entamée lors de mon séjour en Bretagne. A savoir que naviguer pour naviguer ce n’était pas franchement mon truc.
Je ne me souviens plus si je vous ai déjà parlé de ça ou pas… Non, je ne crois pas.
En fait, je me suis rendu compte que je n’étais pas un plaisancier… Dans le sens où prendre un bateau pour aller se balader la journée, et bien ça me gonfle.
Pour moi, un bateau c’est d’abord et avant tout un véhicule. Et un véhicule qui est fait pour aller d’un point A à un point B, et non pas d’un point A à un point A… J’suis clair ? Non pas vraiment.

Comment vous dire… Faire des ronds dans l’eau, ça m’agace. Pour moi un bateau c’est fait pour se déplacer et découvrir des endroits où je n’ai jamais mis les pieds. Pour moi un bateau c’est fait pour voyager et pas pour se promener. D’ailleurs, rien que le mot « plaisance » m’énerve. Ca fait dilettante comme mot, je trouve. Ca fait pas sérieux.
Moi ce que j’aspire à être c’est un voyageur. Un mec qui part à la découverte du monde en utilisant un bateau parce que le monde est constitué de 70% de flotte et que c’est plus pratique comme ça…

Oh, je ne dis pas que je ne ressens pas de plaisir lorsque je ne navigue pour la journée, non. Ce que je dis c’est que ce plaisir est bridé. Insatisfaisant. J’ai l’impression d’être un chien attaché à un piquet et qui fait sa petite promenade dans le périmètre que lui autorise la longueur de sa chaîne…

Il me tarde de briser cette chaîne.

Ah oui, sinon, alors que je rangeais le pont, un voisin allemand que j’avais jusque là seulement salué de la tête, est venu me voir pour discuter. Nous avons papoté de voile bien sûr, et des qualités de mon bateau… L’un dans l’autre je me suis retrouvé invité pour l’apéro, puis pour le diner. Résultat, j’ai rencontré de charmantes personnes et j’ai économisé un repas ! Que du bon donc.

Nous devons nous revoir demain pour que je récupère un programme de cartographie… Mais chut, ça reste entre nous hein ?

Je me disais aussi que depuis deux jours que je suis là, la vie de ponton c’était pas trop ça… Car comme je vous l’ai dit, les Marines de Cogolin en cette saison sont vides de chez vide, et seuls quelques vacanciers étrangers persistes encore à braver la baisse des températures.
Mais bon, même si la vie de manouche des mers va être dorénavant la mienne, avec cette solidarité propre aux marins, j’ai encore quelques relents de mysantropie qui trainent par ci par là. Donc, y aller mollo dans les relations de ponton, pour commencer en tous cas, me convient tout à fait.


Le vendredi 29 octobre 2010
Marines de Cogolin
43°16'2.88"N 6°35'5.44"E

Je ne suis pas sorti aujourd’hui. Ca a été une journée à terre
Mais que peut donc faire un marin lorsqu’il reste à terre ? Vous demandez-vous.
Et bien il se repose dans un premier temps. Il fait la grasse mat’ jusqu’à six heures du mat’ et il glande (un peu).
Et puis il va faire des courses aussi, parce qu’il lui manque toujours quelque chose. Il fait la provision de clopes pour son voyage de dans deux jours et il en profite pour retirer des sous à la banque.
Ensuite, il bricole. Il range. Parce qu’il y toujours quelque chose à bricoler ou à ranger sur un bateau. Et puis quand c’est fini il fait une sieste et il recommence à bricoler et à ranger. Et l’un dans l’autre il s’aperçois qu’il est déjà six heures et la journée est presque finie…

Plus sérieusement, j’ai surtout fait une chose qui me tenait à cœur, c’est-à-dire changer ma voile d’avant. J’ai viré le foc et y ai mis le génois à la place. Avec une surface de voile presque multipliée par deux, je gage que l’impudent qui a eut le culot de me gratter hier avec sa barcasse sur un bord de près, n’aura plus qu’à bien se tenir ! Non mais !
Et puis j’ai aussi démonté et graissé les winchs, j’ai sorti le radeau de survie qui trainait au fin-fond d’un coffre pour l’arrimé sur le pont… Bref, je me suis bien occupé.

Ziggy, mon voisin allemand est passé m’installer le logiciel de nave… Vous verriez un peu le bestiaux ! Avec ça j’ai les cartes marines du monde entier ! C’est génial !
Il ne me reste plus qu’à le coupler avec un GPS portable et me voilà avec une console de navigation aussi efficace que celle que je comptais m’acheter… Ce qui fait quand même au bas mot 1000 à 1500 euros d’économisé. Pas mal la solidarité entre marin hein ?

Bon, je vais arrêter là pour ce matin parce que j’ai pas mal de choses à faire aujourd’hui aussi. Figurez-vous que je reçois de la visite !
Yes ! Il y a l’amie Thérèse qui vient déjeuner avec toute sa petite famille !
Donc, ce matin c’est courses, rangement (encore !) et cuisine… Et puis, si le temps le permet, mais c’est pas gagné, on verra si l’on peut aller faire un petit tour..
Je dis que ce n’est pas gagné car en ce moment les côtes de Provence sont sous le coup d’un avis de grand frais avec des vents d’Est pouvant aller de force 6 à 7 avec de la pluie...
Pas franchement idéal pour une balade d‘agrément…

Par contre, cela laisse présager une météo plutôt pourrie pour demain lorsque je partirais pour Marseille… Il va falloir que je je réflechisse sérieusement à mes options et que je prenne les bonnes décisions.

Mais bon, on en reparlera demain matin.

3 commentaires:

lucifer! a dit…

patience et impatiences ...
Tu rêves , en secret, de la route du rhum ?
C'est sûr qu'après un défi, il t'en faut un autre . Non ?

avec ta caméra, est-ce que tu pourrais nous faire visiter ta coque ? (j'ai pas dit ta coquille !)Où tu cuisines, Où tu manges, où tu dors,où tu es quand il pleut ... etc
Merci pour l'index des mots de marine . Chaque jour, j'en mémorise un ; je suis dans les A et toi ,tu emploies déjà les W !

Comme les ch'ti , le soleil est dans ton coeur quand il n'est pas sur ta tête .!

cacahuette83 a dit…

Yesssss!!!! C'était trop good de te voir dans ta nouvelle tanière! lol! Trop sympa ta nouvelle vie! Et comme je te l'ai déjà dis : tu rayonne! Un vrai bonheur de te voir! Je n'ai pas encore traité les photos, mais dès que ce sera fait, je t'envoie ça de façon à ce que tu puisse télécharger, tu sais, comme la dernière fois...


Gros bisous et merci pour ton superbe accueil! C'était super! Tout le monde était content sauf les enfants! Ben oui, ils étaient dèg de te laisser... Ils m'ont fait du boudin sur le retour....


Gros bisous (encore! ben oui, je deviens gourmande!) à bientôt et merde pour demain!

Gwendal a dit…

@Lucifer : C’est vrai que la Route du Rhum part aujourd’hui. Non, cela ne me fait pas vraiment rêver ce genre de truc… Enfin si, mais pas au point de vouloir participer à la course. Préfère le Vendée Globe.
Cela dit, lorsque j’étais à la trinité j’ai vu quelques-uns des monstres qui participent à cette courses, et je me disais que j’aimerais bien y passer une journée dessus, juste pour voir.
Ok, dès que je peux je vous fait une visite guidée avec la caméra embarquée.

@Cacahuette : Moi aussi j’ai été ravi de vous voir tous les quatre. J’ai vraiment passé un superbe après-midi plein de chaleur et cela a été pour moi un honneur que de vous accueillir à mon bord.
Les câlins des enfants vont me manquer… Mais d’ici mon départ on se débrouillera bien pour que j’en reprenne une pleine dose !
Encore merci à vous !