mardi 12 octobre 2010

Calendrier

Bien, aujourd’hui nous somme mardi, et j’ai le clavier qui me démange. Il me démange ce bougre de clavier, mais le souci c’est que je n’ai malheureusement pas grand-chose à vous raconter... C’est con hein ?

Enfin si, peut-être serait-il utile que je vous résume un peu le calendrier à venir... Hein ? Ça vous dit ? Ça aura le mérite d’informer le lecteur qui débarquerait ici par hasard, et me permettra également de combler cette journée.

Alors allons-y. La semaine prochaine, le 19, aura lieu l’expertise technique du bateau, ainsi qu’une petite sortie en mer si le temps le permet. A l’issue des deux, et bien je prendrais la décision finale, celle qui me fera le propriétaire, ou pas, d’un bateau de trente-sept pieds.

Mais avant ça, sachez que dès demain j’entame les cours pour le permis hauturier... Pour l’instant j’ai programmé deux cours par semaine pour une durée de deux semaines (oui je sais, ça fait quatre), et je verrais à l’usage s’il y a lieu d’en rajouter ou pas.

L’étape suivante sera mon stage de survie, les 3 et 4 novembre à Marseille... Pour tout vous dire, j’espère que je pourrais m’y rendre en bateau. Ouais, je me suis dit que ça le ferait grave de poser mon canote devant le bâtiment où se déroule le stage et d’y retourner dormir le soir venu... Ça aurait une putain de classe non ? Mais la classe n’est pas tout, cela aurait en outre l’avantage d’être mon premier voyage en solo (court et plutôt simple), et puis ça me ferait économiser une nuitée à l’hôtel ce qui n’est pas rien au regard de mes finance à venir...
Enfin bref, je verrais bien. L’obtention des papiers peut prendre un certain temps, et puis je ne sais toujours pas combien de temps les anciens proprios vont mettre à décarrer pour me laisser le champ libre... Donc, pour réaliser ce petit caprice je vais avoir besoin, une fois n’est pas coutume, d’un peu de bol.

Ensuite, et bien la phase formation sera terminée. Je n’aurais plus qu’à comme dirait l’autre. Et le « plus qu’à » consistera à passer le plus de temps possible sur l’eau jusqu’à ce que toutes mes démarches administratives soient terminées, et que je me sente prêt à sauter le pas.

Je vous le rappelle la « dead line » c’est le mardi 15 mars... Après cette date, je suis bon pour poireauter tout l’été, le temps que le régime d’alizé revienne. Donc il faut absolument que je sois parti avant cette date. Ce qui peut très bien être le 31 janvier ou le 15 février, ce sera selon la façon dont j’appréhende le truc, et puis, bien sûr, de la météo.

Ce weekend je me suis penché sur les cartes et les « pilot charts » pour commencer à mettre sur pied un petit programme de navigation... Pardon ? C’est quoi un « pilot chart », me demande la jolie brune au premier rang...

Et bien c’est ça, à gauche.
En clair, il s’agit d’une carte mensuelle qui vous indique avec ces mini-roses des vents quels seront ceux que vous risquez de rencontrer. Je parle des vents bien sûr.
Sur l’exemple ci-contre, il s’agit des îles du Cap Vert au mois de mars... On peut y voir qu’en cette période lorsque je suis au nord des îles, j’ai 62% de chance de rencontrer des vents qui seront orientés comme venant du Nord ou du Nord-Ouest. Et ce sont des vents qui font en moyenne 20 nœuds. Le chiffre un au centre du cercle indiquant quant à lui le pourcentage de chance que j’ai de ne pas avoir de vent du tout.
Je pense que vous avez compris, avec ce genre de carte on peut alors prévoir sa navigation tout au long de l’année, tout en n’oubliant pas que ce ne sont là que des statistiques. C'est-à-dire que le bon Eole y met parfois son grain de sel et que vous pouvez tout à fait tomber complètement en dehors des prévisions.
Donc je vous disais que j’avais planché ce weekend sur la première partie de ma circumnavigation, et j’ai plus ou moins mis sur le papier le programme suivant.

Première étape, Barcelone en longeant les côtes Françaises. Je m’étais promis d’y retourner un jour pour y séjourner plus longtemps, donc j’y vais.
Puis ce sera les Baléares. Au printemps, je gage que cela sera super d’y passer quelques jours et de commencer à prendre le soleil.
Ensuite, direction le détroit de Gibraltar avec une escale à Tanger. Puis, tout dépendra du temps que j’ai devant moi. J’aimerais assez faire un petit crochet vers la côte sud du Portugal, la région du Faro, mais si je ne peux pas je continuerais à longer un temps le Maroc pour rallier ensuite Madère.
De là, un saut de puce jusqu’aux Canaries. Bon, tout le monde dit que c’est magnifique comme iles, mais bon, moi d’après ce que j’en ai vu ce sont surtout des tas de caillasses posés sur l’eau... Donc, on ne s’attarde pas et on file encore plus au sud pour rallier le Cap Vert.

Là, on fait une pause technique... Mais alors une vraie pause car il s’agit d’attaquer la traversée de l’Atlantique dans de bonnes conditions. On répare ce qu’il y a à réparer, on fait le plein de fruits aux couleurs bizarres et on se prépare psychologiquement à passer entre vingt jours et un mois en mer. Direction Cayenne, terre amazonienne française.
J’y suis allé en 1988 (faudra que je vous raconte un jour) et je rêve de refaire ce voyage. Donc la Guyane, puis le Brésil, et on attaque la descente vers le sud.
Belém, via le delta de l’Amazone... le passage de l’équateur qui me verra sacrifier la seule bouteille d’alcool qu’il y aura sur le bateau. Fortaleza, Rio de Janeiro...
Au fur et à mesure que le printemps et l’été s’installe dans l’hémisphère sud je longerais les côtes. L’Uruguay, l’Argentine... Pour me retrouver finalement pour Noël en Patagonie.
Là, re-pause technique et préparation pour le passage du Horn et la remontée des canaux de Patagonie.

Après, je ne sais pas encore. On verra. Je pense que je remontrais les côtes Chiliennes jusqu’aux Pérou pour faire un tour aux Galápagos, ou bien tracerais-je directement vers un autre de mes passages obligé : Les Marquises. Mais bon, on devrait être aux alentours de mars 2012, donc je pense que je peux me permettre d’être encore un peu flou dans mon programme.

Voilà, vous savez tout. Ce programme n’a rien de définitif et est susceptible à tout moment d’être modifié par les organisateurs comme disent les tour-operators, mais voilà en gros ce qui est prévu jusqu’à l’horizon 2012.
Oui je sais, j’ai du pain sur la planche. Mais, chose bizarre me concernant et sachant que j’ai une fâcheuse tendance à douter de tout, et bien je n’ai (pour l’instant) aucune appréhension concernant ce voyage. Je vais même vous dire un secret, je suis persuadé que je vais y arriver... Oh je ne dis pas que je ne vais pas galérer pour le faire, mas je sais au fond de moi que dans un an je serais aux portes du Canal Beagle.

Tiens, à ce propos et puisque je vous tiens, j’ai un petit service à vous demander, à vous mes lecteurs. Maintenant que vous connaissez la première partie de mon itinéraire (non contractuel, hein ?), il y a un truc que vous pourriez faire pour me filer un coup de main, c’est de fouiller dans vos répertoires et de me trouver des contacts dans tous ces pays.
Je crois que ce serait sympa que je puisse au fur et à mesure de mes pérégrinations rencontrer des gens qui vous connaissent et qui on envie de me connaitre... Bref, l’intérêt du chemin ce sont les gens que l’on y croise, et de savoir que quelqu’un que je ne connais pas m’attend quelque-part au détour d’une escale... Et bien je trouve ça intéressant, voire même rassurant.

Voilà. Cet hiver sera assez chargé puisque j’aurais à préparer le bateau et le bonhomme, et à peaufiner tels ou tels points de détails, mais ma proposition d’accueillir ceux qui le veulent pour une petite balade tient toujours. Il faudra que j’arrive à caser tout ça avant et après les fêtes, car j’aimerais assez aller trainer mes pénates du côté de la Sicile.
Je me suis dit que mouiller au pied du Stromboli pour Noël et passer le nouvel-an à Djerba en Tunisie serait une excellente façon d’aborder cette année charnière... Qu’en pensez-vous ?

Allez, je vous laisse pour aujourd’hui. Pace, salute è liberta !

21 commentaires:

Jack Sparrow a dit…

faut qu j'te cause...

monique a dit…

Peut-être devrais-tu soumettre ton itinéraire à des "qui sont déjà passés par là"..parce que moi, par exemple, à part rêver sur le noms mythiques...

Gwendal a dit…

Après communication avec l’outre-monde, il semblerait que le Capitaine Sparrow me déconseille de me rapprocher de trop des côtes marocaines, casse-gueules au possible et peu amicales selon lui.
Je pense que j’opterais donc pour un petit tour vers le Portugal.

@Monique : C’est le but de cet article ma chère Monique, c’est le but...

edou a dit…

Tout à fait d'accord avec Captain Sparrow. Les côtes ouest du Maroc, ça craint. J'ai connu un couple en cata (et pas des amateurs car ils avaient pratiqué le charter aux Antilles, avant), partis de Port Pin Rolland (Toulon) et dont le voyage "autour du monde" s'est arrêté là pour cause de naufrage au vent de la côte, suivi d'un pillage en règle...
Heureusement qu'ils avaient une assurance !

Pour le reste, excellent programme !
... avec un bémol pour le canal de Beagle, pas facile à négocier. Mais je pense que d'ici là, tu seras un vieux loup de mer aguerri !!!

Gwendal a dit…

@Edou : Toute la Patagonie ne sera pas facile à négocier... Avec la vent dans le nez, la plupart du temps ce sera moteur et moteur... Les 45 cv seront bien utiles !

'Tsuki a dit…

Je n'ai pas de contacts à te soumettre. J'étais au Brésil en 1987-1989, et au Venezuela en 1979-1982 ; autant dire que je ne connais plus personne par là-bas...

Mais je pense à lire les commentaires de ton billet que tu n'es pas trop mal entouré, et je suis très sereine pour ton départ. (atta, je réessaye de te faire du vent... Ah oui, il faut d'abord que je pose mon hachoir...)

Gwendal a dit…

@Tsuki : Brésil en 88 ? Ah, c’est marrant moi aussi... Bon, c’est vrai que j’ai la chance inouïe d’avoir un petit pool compact d’amis qui me soutiennent dans ma démarche. Mais si je veux que ce voyage fonctionne comme j’ai envie qu’il fonctionne, il me faudra élargir ce cercle vertueux du partage.

philippe a dit…

Edou, hélas, c'était bien des amateurs, et on peut dire qu'ils ont eu de la chance...seul leur "privilège" y a laissé sa peau.

La Lésion d'Honneur a dit…

Salut, ça fait un moment que je suis JVVD et c'est avec plaisir que j'embarque sur La Boîteuse ! Merci
Bravo, bon courage
@ +

Gwendal a dit…

@La lésion : Bienvenu !

La Lésion d'Honneur a dit…

Pour y avoir vécu (embouchure de l'oued Sebou, Kénitra, Mehdia-plage) je peux te dire que la côte ouest marocaine a une facheuse réputation, des courants ENORMES et des bateaux de pêcheurs perdus à la pelle... mais ça doit quand même être super sympa d'accoster à Salé dans le nouveau port... et d'aller boire un thé à la menthe avec une corne de gazelle à la Kasbah des Oudayas après avoir fait un petit tour dans une des médinas les plus sympas du Maroc (après Chaouen !)

Gwendal a dit…

@La Lésion d’Honneur : Je savais que j’allais devoir faire un choix entre la peste et le choléra. A savoir, choisir entre la dangerosité de la côte et le trafic intense du détroit.
Donc j’ai opté pour un compromis : Tanger, pour dire que j’ai mis les pieds dans le pays de ma mère, et puis après on s’éloigne du trafic pour rallier Madère en faisant une large boucle.
M’enfin, ça c’est sur le papier, parce que se seront les conditions météos qui au final auront le dernier mot.

lucifer! a dit…

La belle année !

cazo a dit…

Mouaih... enfin, je vois pas trop la différence avec un trajet Paris-Palavas avec caravane un 15 août... c'est kif-kif, non ;-) ?

Pour ce qui est des contacts, j'ai des potes sur la côte marocaine côté atlantique, peut-être des adresses à te soumettre aux canaries, des potes aux antilles, en guyane, au brésil (250 km de Fortaleza)... après les autres adresses sont trop vieilles (venezuela, chili). Mais t'as qu'à demander...

Quant au baptême de la mer sur La Boîteuse, quand tu veux mon ami... Je rêvais de connaître ça un jour, alors t'imagine...

Question technique sur les pilot charts. J'y connais moins que rien, j'ai donc essayé de comprendre, et y a un truc que je pige pas. Tu dis que les vents sont plus probablement orientés Nord, Nord-Ouest. Bon, Ok, on prend les lignes bleues les plus grandes, ont regarde les chiffres, le sens de la flèche. Mais alors, ce que je comprends pas, c'est pourquoi Nord, Nord-OUEST. La flèche indique le sud, donc on note le sens d'où vient le vent, le Nord. ok. Mais dans ce cas, une flèche qui indique une direction Sud-Ouest devrait avoir pour origine un vent soufflant du Nord-EST, non ?? Alors pourquoi Nord-OUEST ?

Tu vois qu'on s'intéresse aux détails techniques !!

Gwendal a dit…

@Cazo : Et oui je vois que tu t’intéresses et j’en suis ravi. Au moins un élève qui suit dans la classe, c’est toujours ça de pris !
Alors, comme tu l’as compris, le pourcentage de chance de rencontrer du vent dans un secteur donné est indiqué par la longueur du segment. Donc dans les deux secteurs au dessus de Cabo Verde c’est du NE et du Nord... Ensuite les barbillons que tu vois ne sont pas des flèches à proprement parler mais des degrés d’intensité en Beaufort. Un trait indiquant un degré Beaufort, dans l’exemple qui nous occupe nous avons donc 62% de chance de rencontrer un vent venant du NE de force 4 puisqu’il y a quatre petits traits. Force 4 = 11 à 16 nds = 20 à 28 Km/h.
Et puis pour répondre à ton questionnement, on parle toujours d’où le vent vient et non-pas où il va... et là en l’occurrence je me suis planté... Car c’est bien du Nord-EST !
Grrr !!! Toujours ce problème de latéralité que je traîne depuis mon enfance.
M’enfin, je remarque que tu as été le seul à relever la bourde et pour ça je te remets une image de Saint Antoine de Padoue, patron des marins et des gens perdus...

cazo a dit…

Merci capitaine !!...

Gwendal a dit…

@Cazo : Your welcome !

Bourreau fais ton office a dit…

Tiens ? j'avais cru comprendre que tu voulais aussi aller du côté de la Réunion ? j'aurais eu une bonne adresse à te proposer.

En lisant ton itinéraire, j'ai soudainement réalisé l'ampleur de l'aventure qui tu comptes entreprendre ... ça m'a tué ! :) et les Marquises, c'est carrément le coup de grâce ! tout ça dit sur le ton de l'évidence, l'air de rien ...

Et comme le dit l'ami Cazo, c'est quand tu veux pour le baptême de la mer sur ta fière embarcation !

Pace, salute è liberta !

Gwendal a dit…

@Bourreau : Bien sûr je vais passer à la Réunion... mais ce ne sera pas avant un bout de temps, dans la phase finale de cette circumnavigation. En gros ça va faire un truc comme ça : Inde, Maldives Seychelles, Réunion, Madagascar, Afrique du Sud, St-Hélène, Sénégal, Canaries, Gibraltar, France.
Sinon, à partir de la mi-novembre le pont sera ouvert à qui veut.

apicadayproject a dit…

Hello Gwendal,
Je t'avoue, je ne vais pas lire tout ton blog (pas aujourd'hui du moins), mais cet article en particulier me donne des étoiles dans les yeux.
Je n'ai pas trop (plus trop) de contacts en Amérique du Sud, mais qui sait, je te serai peut-être utile un jour.
La Patagonie pour Noël... la Patagonie tout court. Ce mot me donne envie de partir, maintenant (patience).
Prends soin de toi
Bises,
Elodie

Gwendal DENIS a dit…

@Elodie : Hélas pour nous, j'ai renoncé à me rendre en Patagonie... J'irais un jour, j'en suis sûr, mais pas tout seul et pas avec ce bateau. On est dans une toute autre dimension avec la Patagonie. Même en été, c'est une zone qui ne peut être prise à la légère.
Et puis tout seul ça devient carrément dangereux.
Je t'embrasse