vendredi 13 janvier 2012

Rien de grave

30°25.322N 09°37.025W
Agadir

Les vaccins
Je savais que je devais le faire, c’était même quelque chose d’obligatoire, mais sur ce coup-là j’ai un peu procrastiné... Et puis lundi matin, sur un coup de tête j’ai appelé la vétérinaire. Je voulais juste prendre rendez-vous pour faire vacciner Touline, mais comme la matinée était plutôt calme celle-ci me proposa de passer immédiatement.
J’attrape ma chatte, je la fourre dans mon sac à dos, et je saute dans un taxi. Cela faisait un bout de temps que Touline n’avait pas fait un tour dans mon sac à dos... et je ne sais pas pourquoi, celui-ci semblait avoir sérieusement rétréci ! La pauvre se démenait pour sortir coute que coute de sa prison et miaulait de tout son saoul. Et moi, je faisais de mon mieux pour ignorer les coup d’œil furibonds que me je jetais le chauffeur de taxi dans son rétroviseur.

Arrivé au cabinet du toubib, la Touline sembla reconnaitre les lieux et les odeurs et se calma un peu. La véto fut enchantée de revoir cette petite souillon des rues d’Agadir transformée en une magnifique chatte au poil lustré par une alimentation équilibré et une balnéothérapie régulière. (Voir la dernière photo de l’article précédent)
Nous discutâmes un peu, et comme elle avait une clientèle plutôt composée d’expatriés (ben oui, les marocains et les animaux de compagnie c’est pas encore ça), elle connaissait sur le bout des doigts ce qu’il convenait de faire pour rendre Touline officiellement apte à voyager. En moins d’une heure nous avions fait la totale : Vaccin antirabique bien sûr, mais aussi vaccins contre la rhinotrachéite féline, la calicivirose féline et la panleucopénie féline. Tout ça en première injection qu’il faudra que je renouvèle à la fin du mois lorsque nous serons aux Canaries.
Introduction de la puce... Aïe !
Puis ce fut le moment d’insérer à ma Touline sa puce d’identification... Et là ça a été une autre paire de manche je vous prie de le croire. Bon dieu qu’elle était grosse cette aiguille ! J’en ai eut mal pour elle la pauvrette. 
Bref, Touline est maintenant vaccinée contre à peu près tout ce qui est contagieux, elle a une puce de la taille d’un grain de riz avec son numéro internationale, son carnet de santé et un certificat en bonne et due forme. La voilà prête à émigrer ! 

Enfin émigrer pas vraiment, car je suis devenu son propriétaire officiel, elle est donc française par le droit de propriété qui comme chacun sait prime sur tous les autres droits, y compris ceux du sol et du sang... (sic !) Ce qui m’a fait marrer c’est que si on lit attentivement ses papiers, à « adresse », on peut lire la Boiteuse ! Et puis aussi à l’intitulé « race » il est écrit en toute lettre : Orientale. Ca mes amis, c’est trop la classe ! 

Comme ma chatte en avait un peu baver mine de rien, j’ai fait montre d’une gentillesse à tout épreuve pour me faire pardonner. J’ai acheté une cage de transport pour qu’elle ne se sente plus à l’étroit dans mon sac à dos et qu’elle puisse regarder le paysage pendant qu’on se balade. Et puis j’ai acheté aussi une petite pilule miracle qui devrait me la rendre complètement passive pendant les douze première de notre navigation. Du GHB pour chat si vous préférez ! 

Bon, ça c’était ce qui concernait Touline... On va passer à autre chose si vous le voulez bien, même si je sais que vous êtes assez demandeurs de tout ce qui concerne cette bestiole. Mais je vous rappelle tout de même que le héro de ce blog, c’est quand même moi, et il ne faudrait pas que vous l’oubliiez ! 

Une belle journée
Mercredi je devais recevoir les housses de protections des panneaux solaires ainsi que mon nouveau taud. Je suis sûr que vous avec noté l’emploi de l’imparfait dans cette phrase et que vous en avez tiré les conditions qui s’impose dans le contexte qui est le mien... A savoir, bien sûr, qu’il n’en fut rien. 

J’ai poireauté gentiment toute la matinée, puis en me rendant à la Capitainerie pour essayer de contacter mon gentil artisan, j’appris que ce mercredi 11 janvier était un jour férié... Le jour du Manifeste de l’Indépendance. C’était bien ma chance ! Bon, les jours fériés, chômés ou pas, je respecte. C’est comme ça. Et puis je pouvais tout à fait comprendre que mon gentil artisan ait oublié que ce jour-là, il aurait à rendre visite à sa tante de Tafraout... 
Le lendemain, à la première heure, j’étais au bureau pour rappeler mon gentil artisan à ses devoirs. Naïma, la secrétaire de la Marina, transmit en arabe mes inquiétudes, mais aussi ma colère lorsque j’appris que mon plus-gentil-du-tout artisan ne comptait me livrer que le lendemain vendredi ! 
Hélas, je n’avais pas vraiment le choix... Moi qui comptais prendre la mer ce jour-là, je ne pouvais décemment pas partir sans avoir au préalable vérifier que ma commande était conforme en tous points avec mes désirs... J’étais furibard. Je pestais devant qui voulait l’entendre sur le je-m’en-foutisme général, l’irrespect, l’insulte même, qui m’était faite... J’avais l’impression que tout se liguait contre moi. 

Tu vas cracher oui !
Rajoutez à cela un autre problème de taille qui concerne le paiement de mon séjour à la Marina d’Agadir... Là, je le reconnais, c’est de ma faute. Je vous la fais courte, mais j’ai dépassé le plafond de ma carte de crédit, et je n’arrive pas à faire un virement bancaire pour régler ma note, mon compte n’étant pas fait pour ça (le con !). Donc, jusqu’à mardi prochain je ne pourrais plus rien retirer, et je suis comme qui dirait coincé. J’ai tout essayer pour me procurer du liquide (forcément du liquide !), tout ! Hier j’ai fais onze banque à la recherche d’un simple TPE ! Un sabot ! J’ai envoyé un mail, j’ai téléphoné pour que mon plafond soit relevé, le virement accepté... En pure perte. 

Alors hier au soir alors que je m’octroyais un moment de tranquillité en fumant mon cigare et en sirotant un café en terrasse, j’ai réalisé qu’il ne m’avait pas fallu longtemps pour retomber dans ce travers bien occidental qu’est l’impatience. Je m’étais figuré que tout allait se passer comme je l’avais prévu, organisé, et je ne supportais pas que la vie aille à l’encontre de cette organisation... Bref, malgré ce que m’avait enseigné Paola, une amie psychologue, je n’étais plus dans la maitrise des choses, mais dans leur contrôle. 
Et ça, c’est pas bien. Car vouloir contrôler les événements est à la fois illusoire, mais aussi source d’anxiété. Donc hier au soir, j’ai vu enfin clair à travers les volutes que dessinait la fumée de mon cigare. J’allais cessé de vouloir à tous prix partir le plus vite possible. J’allais prendre les choses comme elles viennent. Mon taud et mes housses arriveront quand elles arriveront, mon fric également. Et lorsque tout cela sera au clair, et bien je partirais... Ca sera peut-être demain, ou bien la semaine prochaine, et tout cela n’est pas bien grave...

C'est quand même autre chose...
Et puis ce matin, comme si cette prise de conscience avait besoin d’être récompensée, le de-nouveau gentil artisan était la poupe de la Boiteuse avec sa marchandise. 

Matez moi un peu ça ! Elle n’a pas de la gueule ma Boiteuse avec son tout nouveau taud de protection et ses housses assorties ? 

Bon, ce n’est pas exactement la couleur que j’avais demandée, ni les finitions que j’avais demandées, ni même les dimensions que j’avais demandées... Mais c’est pas grave. Rien n’est vraiment grave... 

Je crois bien que je vais me répéter ça jusqu’à la fin de ma vie... Et c’est pas plus mal. 

Quelques photos supplémentaires

Wahou... C'est beauuuuuu...
Touline, dégage de là ! Papa bosse !
J'aime bien ce nouveau ciel...

5 commentaires:

cazo a dit…

Ben voilà, ça y est.. tu prends le bon rythme... et la bonne philosophie !! Sans doute une bonne fée s'est penchée sur ton cas et t'as insuflé le good feeling... ;-) !!!

Tu vas bientôt avoir tout le confort pour enfin croiser au large ! Chouette, je commençais en avoir marre de végéter dans le port d'Agadir !!

Gwendal a dit…

@Cazo : Une bonne fée, je ne sais pas… Ou une sorcière peut-être ? Ou alors une fée déguisée en sorcière ? Le fait est que le vie est belle, et qu’il est inutile que je la gâche avec des petites contrariétés sans gravités.
Mais rassure toi, Touline et moi on ira sur la mer jolie très bientôt !

Thrse a dit…

Alors toi aussi tu as été obligé de passer par la case "puce"! Pauvre Touline! En tout cas, j'adore sa photo de fin d'article! Elle est vraiment belle ta fifille!

Sinon, ça m'a bien fait rire le coup de la carte bleue! Si, si!!! Même si toi non!

Gros bisous et à bientôt!

Gwendal a dit…

@Thérèse : J'ai moyennement apprécié en effet de me voir signifier que je ne pouvais partir à cause d'une bête carte. Mais bon, carpe diem !

Bourreau fais ton office a dit…

Alors, après le bronzage du beau gosse, la taille de l'athlète, voilà que tu acquières la patience du philosophe ! l'immense planète transforme de plus en plus le petit occidental :) ...

Bonne année au fait, et Touline est très photogénique.