samedi 3 mars 2012

Le cul de la Boiteuse

28°07.565N 15°25.565W
Las Palmas

Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?
Alors que le soleil se lève sur Las Palmas de Gran Canaria, je me retrouve assis dans le carré de la Boiteuse à réfléchir sur la manière dont je vais commencer ce texte… Et miracle de l’écriture j’ai à peine finit de me poser la question que je m’aperçois que c’est déjà fait. Touline est perchée sur mon épaule et regarde mes doigts s’agiter sur le clavier. Elle va mieux ma Touline, beaucoup mieux. Son abcès percé, celui-ci a suinté pendant deux jours avant que de commencer à sécher et à se refermer doucement, et parallèlement ma chatte adorée retrouvait peu à peu sa vitalité. Son poil à retrouvé son soyeux et sa douceur, et elle a recommencé à jouer avec tout ce qui traine… Bon d’accord, ce n’est pas encore la forme des grands jours, mais la vitesse à laquelle elle se remet ne cesse de m’étonner. Autre point positif, s’en est finit des explorations lointaines. Mademoiselle se contente d’un périmètre de vingt mètres autour du bateau et s’est très bien comme ça ! La question que je me pose c’est, jusqu’à quand ?

Bon, cessons de nous focaliser sur ma chatte et intéressons-nous un peu à ce que fut ma semaine. Je vous rappelle mine de rien que ce blog est sensé être celui d’un navigateur solitaire, et pas celui d’un pépère à son chat-chat !

Cette semaine donc, fut consacrée à l’installation de mon nouveau régulateur d’allure. Wahou ! J’entends d’ici les cris d’enthousiasme de mes lectrices qui vont être obligées de se taper des descriptions techniques ! Mais non, c’est trop cool le bricolage avec moi, vous allez voir. Et vous savez pourquoi c’est trop cool ? Et bien tout simplement parce que je suis une quiche !

Le matos
Le début de la semaine comme vous le savez je fus un peu tourneboulé par l’état de santé de la bestiole susmentionnée, et c’est donc le mercredi matin que je prenais la direction du quartier industriel de la Isleta avec mon voisin Simon.
Simon et sa femme Jeannine sont les voisins idéaux. Outre le fait d’aimer les chats et d’être toujours prêts à gâter Touline ou à jouer les babysitteurs, ils résident à Las Palmas six mois par ans depuis six ans. Ce qui veut dire qu’ils connaissent la ville comme si c’était la leur. De plus Simon est un menuisier à la retraite, et donc un fin connaisseur de tout ce qui touche aux travaux manuels.
La veille nous avions réfléchi ensemble sur le matériel dont j’allais avoir besoin pour adapter ce fichu régulateur à la configuration toute particulière de mon tableau arrière. Car je suppose que vous l’avez remarqué, ce qui rend la Boiteuse si sexy, c’est son cul. Fin, affuté comme une lame, le cul de la Boiteuse, c’est le plus beau cul du monde ! Et forcément, le bateau sur lequel était monté l’engin n’était pas aussi bien pourvu de ce côté-là.... En tous cas il n’avait pas un tableau aussi incliné. J’allais donc devoir rallonger le support principal si je voulais pouvoir installer mon régulateur. Ce qu’il me fallait c’était deux gros tubes en inox de 500 x 30 mm pour pouvoir manchonner ce support. Ainsi que des contre-plaques solides pour fixer le tout.

Le plus grand port des Canaries
Donc ce mercredi matin, Simon et moi avons pris le bus pour nous rendre à la zone industrielle à la recherche d’inox pas cher. Car mine de rien l’inox ça coûte un bras si vous l’achetez dans les magasins dédiés à l’accastillage. Mieux vaut dans ce cas se rendre directement chez le fabricant et en plus comme les gens ici ne rechignent pas à faire dans le détail, vous avez à la fois le prix de gros et le service qui va bien.
Au passage, nous nous sommes arrêtés pour admirer la vue sur la ville depuis le toit d’un grand parking. De là-haut nous pouvions voir toute la ville... A nos pieds le chantier naval, plus loin le vieux quartier et au loin les contreforts du Pozo de las Nieves, point culminant de l’ile (1949 m).
En fin de matinée, et pour moins de 35 €, j’avais tout ce qu’il me fallait. Plus deux forets de 0,65 tout neufs pour percer le métal. Il n’y avait plus qu’à s’y mettre, ce que nous fîmes dès le lendemain.

L'expérience au travail
Là, je tiens à remercier Simon pour son aide inestimable... C’est bien simple, sans lui j’y serais encore, et en plus j’aurais tout fait de travers ! On aura beau dire, avoir comme aide l’expérience d’une vie c’est inestimable. Bref, peu à peu le bâtit du pilote s’est trouvé fixé par ses quatre chapes (j’ai appris un mot nouveau !), il ne restait plus qu’à trouver le point d’équilibre pour rendre le tout horizontal. Percer, boulonner et voilà ! Le tout nous pris tout de même six heures de boulot.
Puis ce fut le montage de système qui me permettra de naviguer à allure constante, c'est-à-dire avec le même angle par rapport au vent. Là encore je me fis aider par Thomas (un petit jeune débarqué la semaine dernière avec sa compagne Alexandra à bord de Santa Lucia, un Sangria de moins de huit mètres !), et qui possède exactement le même engin.
Il ne me restait plus qu’à fixer quatre petites poulies afin de faire passer les drosses, deux petits taquets coinceurs sur la barre, et le lendemain, je pouvais regarder non sans une certaine fierté mon nouveau coéquipier. Et après Monsieur P (pour mon pilote électrique) et miss B (mon annexe), je décidais de baptiser mon nouveau régulateur Monsieur R.
Quoi ? Qui a dit que je ne n'avais aucune imagination ? Je fais preuve de constance je vous signale ! Non mais...

Le bâtit est fixé
La semaine se termine et j’ai le sentiment d’avoir bien avancé... Je regarde ma liste dont peu à peu les lignes se barrent d’un trait, et je me dis que je commence à en voir le bout. Les prochains « gros » truc à faire seront le changement des batteries et celui de la cuisinière. En effet, j’ai décidé qu’il serait utile que je puisse enfin me faire quelque chose de chaud pendant les navigations, et pour ce faire je vais opter pour une cuisinière à gaz montée sur cardan. Celle que j’ai actuellement étant une cuisinière à pétrole qui doit prendre ses 15 minutes pour chauffer une tasse de thé, et qui comble de tout réclame que je tienne le manche de la bouilloire en permanence si je ne veux pas prendre le risque de tout renverser !

Ah, j’allais oublier... La semaine prochaine sera aussi celle de la stérilisation de Touline. Et oui, que voulez-vous, elle n’en n’a pas encore fini avec les dames en vert cette pauvre chatte ! Et moi non plus d’ailleurs...

Allez-y, moi je garde votre truc...
Le nouveau cul de la Boiteuse
Je vous présente Monsieur R !
Et encore, avec la crise le port est au 3/4 vide.


7 commentaires:

Monique a dit…

Hé ! hé ! bientôt Avril et un nouveau baptême ???

Gwendal a dit…

@Monique : Je crois qu'en avril nous aurons beaucoup de nouveautés à fêter !

Alexandra et Xavier a dit…

Ah mais tout avance à pas de géants, c'est super ça! En plus tu vas devenir un pro du bricolage :)!

Gwendal a dit…

@Alexandra et Xavier : Un pro n’exagérons rien... Mais je pense qu'à la fin (laquelle ?) je pourrais dire que j'ai touché à tout !

Thrse a dit…

Et bien! En voilà donc du changement! Dommage que ça gâche un peu cette superbe inscription "la boiteuse"... Mais ça, ce n'est que le côté esthétique!
Contente pour Touline qu'elle aille mieux!

Gros bisous à toi mon chéri!
Passe une bonne journée

cazo a dit…

Je me mêle de ce qui me regarde pas mais, à ce qu'il me semble, il aurait mieux valu que Touline fasse une portée avant de procéder à la stérilisation...

Bon, je comprends que ce serait pas le top de partir avec une chatte et d'accoster dans le port suivant avec 6/7... ;-) !!

Gwendal a dit…

@Thérèse : Je me suis inquiété de savoir si je devais refaire le nom du bateau… Et puis au final non. Il se voit quand même.de loin et c’est l’essentiel.

@Cazo : C’est ce que j’ai toujours entendu dire, qu’il fallait laisser faire au moins une portée à une chatte… Mais j’ai surtout craint ses chaleurs. Je ne me voyais pas gérer ça en pleine mer, sinon à la balancer par-dessus bord pour la refroidir !