mardi 28 août 2012

Rentrée


07°02.535S 34°51.352W
Marina Jacaré, Brésil

C’est bête, mais tel que vous me voyez là, je ne sais pas trop quoi vous raconter. C’est la rentrée médiatique en France et les lecteurs qui avaient quelque peu désertés ce blog reviennent petit à petit, alors je me dis que par respect pour eux, pour vous, il faut bien que je vous donne quelques nouvelles.
Bon, vous allez me dire que rien ne m’y oblige, que je fais ce que je veux. Que si je n’ai pas envie d’écrire, je n’écris pas... Et vous aurez raison. Et en même temps... En même temps je ne peux m’empêcher de culpabiliser comme un con. J’ai encore pas mal de boulot si je veux arriver à me débarrasser de mes réflexes conditionnés d’homme occidental. Mais le veux-je vraiment et est-ce utile pour moi, là est la question.

Bon, foin d’atermoiements, passons aux dernières nouvelles. Laissez-moi deux minutes le temps de regarder les dernières photos que j’ai prises... Il y a sans doute là matière à discutailler.

Jolie maman
Vendredi dernier j’ai été invité à Ribeira, pour un churasco organisé pour les 66 ans de Joël (un type extra). Donc, dans la matinée j’ai pris la lancha de service pour qu’elle me fasse traverser le fleuve. J’adore ce moyen de transport... Tellement pratique et peu onéreux (2 R$ = 0,80 €), il permet d’effectuer en un quart d’heure le trajet qui demanderait 40 kilomètres à une voiture. Le parasol est l’accessoire indispensable, pour se protéger du soleil bien sûr, mais d’abord et surtout pour servir de pare-embruns !
La barque a contourné l’île, longé la mangrove et emprunté un autre bras du fleuve pour arriver jusqu’à la petite marina de Ribeira. En fait de marina, il s’agit plutôt d’un ponton privatif pouvant accueillir une demi-douzaine de voiliers à faible tirant d’eau. On est là chez l’habitant. La douche c’est la sienne, la pièce commune c’est son salon... Bref, les voyageurs sont plus des invités que des clients. Personnellement je goûte peu ce genre de promiscuité, mais je sais en comprendre le charme. On est à cent lieues de tout, dans ce petit village de quelques centaines d’habitants. Perdu au milieu des cocoteraies... Du coup les difficultés d’avitaillement passent au second plan, tant le cadre est reposant.

Mon portugais s'améliore !
L’après-midi passé à discuter politique avec le propriétaire des lieux fut également pour moi d’un grand intérêt. J’ai pu apprendre plein de choses sur la manière dont fonctionne le Brésil. Mais si vous me le permettez j’attendrais un peu avant de vous pondre un truc là-dessus. Tout cela demande encore à être fouillé et mis au clair par votre serviteur, tant les contrastes sont flagrants dans ce pays. Et puis il y a des trucs que je n’arrive pas encore à comprendre tout à fait...

Bref, après-midi sympa et retour en lancha à la nuit tombée, pour enquiller directement sur une soirée brochettes avec d’autres copains. Heureusement que je ne bois plus, parce que là, c’est sûr, j’aurais fini sous la table. D’ailleurs j’en connais... Mais bon, je ne citerai pas de noms !

Dimanche nous avons eu la surprise de voir débarquer une école de capoeira venue de Joao Pessoa pour une démonstration.
Franchement, je ne suis pas vraiment fan. C’est beau, d’accord, mais on s’en lasse assez vite. Mais je reconnais volontiers que là encore mon cerveau conditionné m’empêche peut-être d’apprécier les subtilités de ce « sport de combat », qui est plus à mes yeux une danse qu’un art martial... Ce sont sans doute ces quinze années de judo que j’ai dans les pattes (et dans les bras !) qui m’empêche d’apprécier... Sans doute.
Et puis il y a un côté hautement religieux dans la capoeira (en tout cas telle que je l’ai vue pratiquée ici) qui m’exaspère au plus haut point. D’après ce que j’ai compris des chants qui rythment les passes entre les « joueurs », on est carrément dans une espèce de démonstration-prière lancée à la face de Dieu pour qu’Il soit favorable aux capoeiristes. C’est déroutant en ce qui me concerne, et ça ne correspond pas vraiment à ma vision de ce qu’est un art martial. Mais bon, il n’empêche que c’est joli à voir !

Vous me reconnaissez ? Je suis un arbre à pain !
A part ça, la Boiteuse est presque prête à prendre la route. Son génois déchiré a été réparé, ainsi que le régulateur. Je n’ai plus qu’à faire quelques bricoles, et surtout attendre une fenêtre météo favorable pour reprendre la route en direction du Sud.
L’Uruguay et l’Argentine m’appellent, en même temps que le Brésil me pousse vers la sortie... Plus que 53 jours avant l’expiration de mon visa, je vais devoir faire fissa.

Bon ben finalement j’aurais réussi à vous écrire quelques lignes pour accompagner mes dernières photos. Allez, je vous laisse et à la prochaine ! 

Marina Ribeira
Très bucolique n'est-ce pas ?
Cocoteraie
Hop !
Le berimbau
Mixte
Prière et signe de croix avant la démonstration...
La leçon de morale qui va bien... (ou pas)
Une trogne
Une tronche

22 commentaires:

Gildan a dit…

Putaing !!! Ça fait longtemps que je n'ai pas mangé de fruit à pain !!! Avec un bon blaff poisson !!! :)
Bises parisiennes !

PS : "...j’aurais fini sous la table. D’ailleurs j’en connais... Mais bon, je ne citerai pas de noms !..." Euh ... tu ne parles pas de moi j'espère ! :)

Sonia a dit…

Gwendal !

Meuh non, te lire est toujours un plaisir ! Et tu nous distrais de notre rentrée à nous, tout en étant informatif !
1) j'ai appris que la capoeira répondait elle aussi à un rite religieux (j'imagine bien que le truc ne raisonne pas dans ton cerveau, mais dès que tu as à faire à des danses " rituelles ", Dieu n'est pas loin ! Va falloir t'y faire mon petit !
2) Tu nous as offert une balade sympa (même courte) en Lancha ! Trop bien comme moyen de transport.
3) Tu nous as amené dans une petite marina fort bucolique et twopicale ! (photos sympas)
Bref, tu n'as pas perdu ton temps !

Une petite chose : arrête avec tes histoire de conditionnement ! C'est du jus de cerveau ! Laisse faire les choses ! S'il y en a un qui ne me parait pas conditionné, c'est bien toi !

Gwendal a dit…

@Gildan : Je n'ai pas encore eu l'occasion de goûter à ce fruit... Il parait que ça n'a pas vraiment de goût en fait.

PS : La caïpirinha c'est traitre !

@Sonia : La question c'est, est-ce que je serais toujours Gwendal sans me faire tout le temps du jus au cerveau ? Hein ?
N'empêche que merci pour le remontage de moral, ça fait du bien !

Thrse a dit…

Et bien pour quelqu'un qui n'avait rien à raconter! Bon, moi aussi je suis de retour, mais pas à 100%!!!

Gros bisous rapides Gwen! Je ne t'ai pas oublié!

Gwendal a dit…

@Thérèse : Moi non plus je ne t'oublie pas ! Bises aux enfants !

Anonyme a dit…

que bom saber que vamos poder falar em português ...... ;) um abraço grande
Domi

Gwendal a dit…

@Domi : Estará com prazer !
Un abraço também !

Gildan a dit…

Attention ... Fruit à pain mais ça se cuisine et accompagne les plats comme la pomme de terre par exemple !
Ne pense pas à un fruit quand tu en mangeras, tu seras déçu !
C'est très bon !
:)

cazo a dit…

A mon avis c'est la religion qui a récupéré la capoeira... La démonstration, c'était l'angolaise ou la régionale ? :D !!

Gwendal a dit…

@Gildan : C'est ce que j'ai entendu dire. Rest plus qu'à goûter.

@Cazo : Bonne question. J'en sais absolument rien. Mais les accents de la musique étaient pas mal africains tout de même...

'Tsuki a dit…

Ton commentaire sur la capoeira m'a surprise (et un peu déçue, j'avoue, mais tant pis pour moi, c'est surtout toi qui vis le truc). Je ne vais pas te faire un cours sur la capoeira, parce que ça va barber tout le monde, et toi le premier, puisque tu n'y es pas du tout réceptif ; et puis quand on passe devant une toile de maître, ben on aime ou on n'aime pas, après tout, et c'est pareil pour tous les arts, la capoeira incluse.

Par contre, je vais exploser sur un autre thème récurrent dans ta vision du monde, et qui me court souvent sur le système : dans tes discours, j'en ai un peu marre que tu diabolises tout ce qui est religieux ou n'est qu'un vague reflet de religion. Une danse rituelle devient religieuse donc barbante... C'est un raisonnement par syllogisme que je trouve trop restrictif.

Je comprends que c'est ton opinion et que je ne suis pas obligée de la partager, mais à force de fréquenter des athées, je me rends compte que c'est un des mouvements les plus intolérants que je connaisse, alors que c'est sensé libérer l'humanité des "croyances et superstitions" pour s'ouvrir au monde.

Résultat : si vous pouviez cramer des sorcières en place public parce qu'elles osent avoir foi en des trucs auxquels vous êtes imperméables, ben c'est finalement avec grand plaisir que vous prendriez le relais de l'inquisition, en somme.

C'est chiant, et il fallait que je le formule, parce que je sens que sinon, je vais une nouvelle abandonner la lecture de ton blog, qui est pourtant passionnant par ailleurs.

Gwendal a dit…

@Tsuki : Que veux tu que je te dise ? Je sais bien que nous ne sommes pas d’accord sur ce point, et que mon opinion peut heurter les croyants... Au même titre que leurs croyances me heurtent moi-même. Mais que puis-je faire de plus que modérer un tant soit peu mon propos ? Car c’est ce que je fais crois-moi. Je ne dis qu’une partie de ce que je pense réellement, justement pour ne pas choquer et créer de polémique. Si je me laissais aller à dévoiler le fond de ma pensée... Il y aurait bien vite des noms d’oiseaux qui fuseraient.
Cela dit, je reconnais mon intolérance d’athée militant, et je ne te cacherais pas qu’elle me pose souvent question. Mais de là à cramer les gens, non. Je reste un humaniste, et je suis persuadé que seul l’éducation et la raison priment.

'Tsuki a dit…

Gwendal... Sois raisonnable, tu ne peux pas te dire décemment humaniste tout en pissant sur les croyances des humains que tu côtoies (c'est une image, hein... C'est juste pour dire que tu traites mal les croyances d'autrui). Tu dis que l'éducation et la raison priment, mais ça n'a pas de sens, ça, en matière de tradition, et la religion n'st guère autre chose qu'une tradition, un morceau de culture populaire. Un humain colporte les habitudes qu'on lui a donné dans l'enfance, et quand il décide qu'elles ne lui conviennent pas, c'est encore sur elle qu'il bâtit ses nouvelles idées.

'Tsuki a dit…

... Les Athées m'énervent dans leur comportement, parce qu'ils sont vraiment totalement irrespectueux de la culture des autres, sous prétexte que leur vérité à eux serait (conditionnel) meilleure que celle de tous les autres réunis. Mais cette vérité qu'ils aimeraient voir tout le monde épouser, il leur est impossible de la prouver pour démontrer qu'il ont raison. Si un croyant ne peut pas prouvé que Dieu n'existe pas, un athée ne peut pas démontrer que Dieu n'existe pas, et sa frustration se sent dans cette intolérance nauséabonde et plus dangereuse pour l'humanité que toutes les religions réunies.

'Tsuki a dit…

... Une religion, c'est avant tout de la tradition, quelque chose que les humains se transmettent de génération en génération, au même titre qu'une danse folklorique (et d'ailleurs beaucoup de danse folklorique, pour ne pas dire toutes, sont d'origine religieuse, tu as raison à ce sujet à propos de la capoeira), qu'un savoir-faire (et tout les savoir-faire artisanaux se sont sublimés en art à la seconde où ils servaient Dieu), et que n'importe quoi d'autre...

Lorsqu'un athée pisse sur une religion parce que c'est Dieu et donc pour lui c'est LE mal, c'est sur de la culture qu'il pisse, sur des arts, des traditions, des éducations qui ne sont pas forcément mauvaises par elles-même, car comme toute chose, c'est l'excès qui pêche.

'Tsuki a dit…

... L'athéisme n'est guère plus qu'une croyance de plus. La vérité est toujours ailleurs, quelque soit le point de vue qu'on a, parce qu'elle dépend de chaque individu, Gwendal. Par contre l'intolérance pour tout ce qui est déiste chez des gens comme toi me fait penser à ces hommes qui détestent l'homosexualité surtout parce qu'ils ont peur d'en être, inconsciemment...

Je vais te dire un bon truc. De nos jours, un catho invite des musulmans, des juifs, des filho do santo dans une église pour le baptême de son fils, et tous iront à la messe. La seule personne qui sera fièrement à la porte de l'eglise sera un athée, pour resister. Et tu sais pourquoi ? Parce que le musulman, le juif, le catho, le filho, tous ces religieux sont sûrs de leur foi, et ce n'est pas une messe qui pourra changer leur opinion... Mais les athée ont peur de finir par croire en Dieu, alors ils se privent de messe, d'église, et de communion collective...

'Tsuki a dit…

Ta façon de voir le monde est dangereuse, parce qu'elle procède du fanatisme. Puisque tu ne crois pas en Dieu, détends-toi un peu, nom de nom... Accepte de voir les cultures des autres, puisqu'elles ne sauraient remettre en question la tienne.

Tu te prives de tout ce qui est beau dans l'humanité en refusant bêtement et de façon intolérante, arbitraire même (prouve-moi que dieu n'existe pas gros malin, avant de dire que ce sont des conneries, tout ça !!! Vas-y, prouve le moi, puisque tu es un Homme !!!) la religion des autres.

N'oublie pas que sans religion, les humains en seraient encore à taper sur des silex pour faire du feu. Tout est croyance, chez les humains, jusqu'à ce que les occidentaux appellent pompeusement la science, et qui n'est jamais qu'un succession de théories, d'opinion (plus ou moins bien) démontrées qui change tous les 50 ans en fonction de nouvelles données qui n'avaient pas été prise en compte précédemment.

'Tsuki a dit…

Bon, j'arrête là, parce que c'est chiant la philosophie au petit dej (il est quelle heure, chez toi ?!)

Je t'aime, mais arrête d'être casse-couilles, parce que là, tu fais fort quand même, en me brisant ce que je ne possède pas...

Bises.

(Ne vas pas, surtout pas dans un terreiro, s'il te plaît).

Gwendal a dit…

@Tsuki : Certes, la religion a un côté traditionnel, dans le sens que ça fait quand même quelques milliers d’années que ça dure. Je n’en disconviens pas. Mais pour moi, la nature des choses est d’évoluer et la durée dans le temps d’une vision des choses ne la rend pas légitime pas pour autant.
Certes, notre civilisation est historiquement issue de ces croyances, je n’en disconviens pas. Nous sommes tous les rejetons de ces hommes et ces femmes qui croyaient faute de comprendre. Notre évolution c’est faite à travers toutes ces superstitions, au même titre que l’enfant a grandit en croyant au monstre dans le placard et au Père Noël.
Mais nous ne sommes plus des enfants maintenant, il faut savoir l’accepter. Il faut grandir.

La fantasmagorie des déistes ne sert qu’à une chose, combler une angoisse existentielle face à la finitude de la vie. Espérer, croire à une certaine forme d’éternité (avec son cortège de justifications magiques) si l’on respecte certains dogmes, relève de la névrose infantile. Croire en un, ou des êtres supérieurs, c’est se positionner de facto en soumis. C’est avaliser sa propre infériorité face à l’inconnu. Alors que l’inconnu n’est ni supérieur ni inférieur, il est juste inconnu. Sans parler que le déiste prête ainsi le flanc à des structures, bien humaines celle-là, qui se chargeront d’entretenir et d’exploiter cette crédulité.
Dire que l’homme a « besoin » de croire, est un mensonge éhonté. Ce n’est ni plus ni moins que de l’abus de faiblesse, et c’est ça qui me met en colère.
Coire, ou faire croire, à l’humanité qu’une vie « autre » existe, c’est s’assurer qu’il souffrira en silence et ne cherchera pas à améliorer sa condition. C’est peut-être un facteur de « paix sociale », mais c’est hélas aussi un formidable outil de servitude.

D’où, je le confesse (sic !) volontiers, ma colère et mon impatience, plutôt que de l’intolérance, face à ces croyances qui perdurent...

'Tsuki a dit…

C'est une vision de la religion qui est arriérée, ça, que Dieu est supérieur. Moi je crois en Dieu, et je m'engueule régulièrement avec lui pour lui reprocher les trucs que j'aime pas (du coup il me fait des cadeaux pour se réconcilier avec moi ;D )

Dieu n'est pas supérieur, ce n'est ni un homme, ni une femme, c'est Dieu, point. C'est l'univers, c'est...

Tiens, de la lecture pour de nouvelles pistes :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Panth%C3%A9isme

Tu te fourres le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, si tu crois que nos scientifiques ont réussi à comprendre la vie. Plus ils creusent, plus ils rament : le boson d'Higgins le montre très bien. La science, c'est juste un moyen d'exploiter la matrice pour faire du pognon. Déposer des brevet, créer des marque, nous vendre des saloperies inutiles mais que nos scientifiques qualifient de rigoureusement indispensable.

La servitude humaine existe parfaitement dans notre société de consommation alors qu'on en a chassé Dieu, demande-toi pourquoi ! Les gens sont enchaînés à des désirs, parce que vivre donne peur de mourir : ça n'a rien à voir avec Dieu ; ça a tout à voir avec le misérabilisme de nos existences incertaines. Sommes nous le rêve de quelqu'un ? Sommes nous ne serait-ce que réel ? Qu'est-ce qui va se passer après notre mort ?

La trouille... Dieu justifie notre incompréhension de l'univers. La religion c'est du patrimoine, rien de plus, mais c'est notre identité. En perdant la religion nous perdons 50 % de nous-même, parce que nous nous bâtissons sur le passé. Aucune révolution n'a réussi à éradiquer les traditions (Mao, Staline, etc.). Ca se transmet génétiquement.

Des milliards de personnes souffrent sur cette planète, mais ce n'est pas parce que Dieu est méchant et ses prêtres sont pourris. Quand tu vois quelqu'un qui a faim, au Brésil, demande-toi pourquoi il a faim, et si le cierge qu'il vient de consacrer à Yemanja est vraiment plus superflu que l'ordinateur dont tu as besoin pour communiquer sur ton expérience de vie.

la Lésion d'Honneur a dit…

Je me souviens qu'en Guadeloupe, je le pelais (oui je sais, ça pègue un max !) le coupais en dés comme des p. de terre et vje les faisais dorer à la poèle, comme des p. de terre sautées... c'était super et pas cher !

la Lésion d'Honneur a dit…

PS je parle du fruit de l'arbre à pain évidemment ! pas de dieu ... quoi que !