vendredi 23 juillet 2010

Bilan

Bien, maintenant que je vous ai raconté cette petite virée en bateau le long des côtes Françaises et Espagnoles, il serait sans doute intéressant que j’en tire une espèce de bilan... Enfin, intéressant pour moi c’est sûr, pour vous je ne sais pas. C’est vous qui verrez.
Mais je tiens quand même à rappeler aux lecteurs que je ne suis pas parti pendant quinze jours uniquement pour me dorer la pilule. Il s’agissait d’une étape importante dans l’exécution d’un plan ambitieux...

Donc, bilantisons ensemble si vous le voulez bien.

En ce qui concerne la tenue de mon pied (ce qui était quand même le but premier de cette virée), je crois que vous serez tous d’accord avec moi, cela relève du miracle.
Enfin, miracle est peut-être un mot un peu fort mais le fait est qu’il s’est comporté de façon extrêmement satisfaisante, voire même au-delà de toutes espérances.
Au fond de moi je me doutais bien que les choses se passeraient plutôt bien, mais pas à ce point là.
Depuis que je suis rentré, certains me parlent de troubles psychosomatiques, me disent que le bonheur fait bien des choses... Franchement je ne sais pas. Et j’ai même envie de dire que je n’ai pas envie de savoir. Pour moi, seul le résultat compte, et ce résultat me dit que je suis mieux sur l’eau que sur terre. Point barre.

Cette parenthèse voilière avait également un autre objectif... Dont je n’ai pas trop parlé jusqu’ici pour des raisons que vous comprendrez je pense. Il s’agissait pour moi d’évaluer mes compétences en tant que marin. En clair, répondre à la question suivante : Gwen, es-tu suffisamment compétent pour avoir et conduire ton propre voilier ?

Là, pour être tout à fait honnête avec moi-même, et avec vous, la réponse que je me fais est moins enthousiaste que pour ma cheville...
Pour ménager ma fierté je dirais que je suis conscient qu’il me reste énormément à apprendre.
Autant je pense pouvoir affirmer sans rougir être un très bon coéquipier, un navigateur correct, et un barreur à peu près compétent. Autant j’ai conscience que je suis à l’heure actuelle incapable d’effectuer tous ces trucs tout seul. Et en même temps qui plus est !

Voilà, c’est dit. Il va donc me falloir travailler à ça avant que de vouloir prendre le large, et j’envisage donc de repartir d’ici la fin de l’été afin de me former plus avant. De même, Au lieu de partir courant octobre... Et bien on va attendre un peu le printemps suivant.

L’achat du bateau est toujours programmé pour l’automne et mon emménagement dessus aussi, mais je pense passer l’hiver à, comment dire... A le prendre en main. Voilà, on va dire ça comme ça.
Il va falloir qu’on fasse connaissance tous les deux et que j’apprenne à lui faire confiance, et inversement. Donc d’octobre à mars, dès que le temps le permet la Boiteuse et moi on ira se balader main dans la main. D’abord on va faire des petits tours avec un ou deux équipiers histoire de voir comment ça se passe. Et puis peu à peu, on fera en sorte de rester en tête à tête... On ira de plus en plus loin, de plus en plus longtemps. Et une fois que ça colle, qu’on est sûr de nos sentiments, on publie les bans et on se casse.

Bon sinon, d’un point de vue humain, cette rencontre et cette cohabitation avec sept personnes que je ne connaissais pas, m’ont très agréablement surpris car elles ont révélées une facette de ma personnalité que je croyais effacée depuis une bonne vingtaine d’année... A savoir que je suis un type plutôt sympa.
Oui, c’est ça, marrez-vous, mais je vous prie de croire que pour moi, pendant un bout de temps cela n’a pas été une évidence. Loin de là.
Cela répond donc à une petite crainte que j’avais en mon fort intérieur... A savoir que je risquais de prendre goût à la solitude comme un accroc à sa came par peur d’aller vers les autres. Et bien non, j’ai retrouvé ce côté liant qui était le mien lorsque j’avais vingt ans, et ça, je peux vous dire que ça me rassure au moins autant que l’état de ma cheville.

Que peut-on dire d’autre ? Que je me suis bien marré, ça vous l’avez compris. Que j’ai énormément progressé également. Je veux dire par là que sur cette croisière, j’ai enfin compris des choses que je m’évertuais à saisir depuis dix ans sans y arriver vraiment. Donc qu’il me soit permis ici d’en remercier Régis et son sens de la pédagogie. Merci beaucoup.

Sinon, en vrac et dans le désordre ces quinze jours auront été le cadre de :

418 milles marins parcourus soit 774, 136 Km.
9 escales.
Un seul kilo de perdu, mais une taille et demi de pantalon de perdue aussi.
957 photos, 5 vidéos.
Un petit doigt égratigné, une dent cassée avec un sandwich au pâté (oui je sais, faut le faire)
Un poulet au curry façon Gwen délicieux. (voir dernière photo)
Des crumbles à la pomme façon Charline non-moins délicieux.
Zéro coup de soleil, mais un bronzage façon Glénans (avec la trace des sangles du gilet de sauvetage dans le dos).
58 chansons chantées.
Des tapas en veux-tu en voilà.
Un moral au beau fixe et une conviction renforcée.

Et puis quand je vous disais que je m’étais bien marré, en voici la preuve !




25 commentaires:

cazo a dit…

Bilan honnête et sincère... Un excellent bilan donc. Tu as pris ton pied, c'est évident !!

Bon, encore une fois la thématique de la vidéo est assez éloignée de mes attentes, mais on finit par s'y faire... pis y'en a encore 5, alors ça laisse de l'espoir...

Pour ce qui est de tes premières sorties en mer dans ton futur "boat sweet boat", si t'as besoin de quelqu'un pour laver le pont... ;-) !!

monique a dit…

He ! Gwen, enlève la dernière photo..parce que perdre une taille 1/2 de pantalon quand on le met sous le ventre, c'est triché !!!

Pour le reste, ton bilan me parait plutôt objectif et tes résolutions intelligentes !

J'attends maintenant de te voir danser sur Genesis, en vrai...celle là, tu aurais pu la réserver à tes vieux potes !!!

monique a dit…

Télescopage des deux noctambules !!
la bise, Cazo !

Gwendal a dit…

@Cazo : J’ai essayé d’être honnête... En même temps, c’est le genre de projet qui ne supporterait pas que je me mente.
Pour la vidéo... On est loin des reportages que j’aspire à faire je te l’accorde, mais bon... Je débute dans ce domaine. Les autres étant du même acabit, je me les garderais donc pour moi.
Cela-dit, je sais qu’avec l’écriture et la photo j’arrive déjà à raconter des histoires... C’est déjà ça.

@Monique : Non Momo. Celle-là je suis obligé de la laisser... J’ai promis. Et puis elle me (vous) servira de référence pour plus tard, lorsque la disette et les efforts m’auront fait fondre...
Et puis, ça vous montre à quel point j’ai progressé dans mon estime de moi-même. J’assume qui je suis, un gros type sympa. Sans en être particulièrement fier, je n’en n’ai pas honte. Et ça, c’est de l’or en barre si l’on compare à ce que j’étais il y a quelques temps !

monique a dit…

J'imagine à ton regard que ce n'est pas un mec qui a pris cette photo !

Mais ce n'est pas sur ton tour de ventre que j'ironise ( je suis mal placée !!!) mais juste l'anecdote d'une taille en moins au pantalon alors que tu la ceinture de celui ci est légèrement ( !) en dessous de sa place "normale"...
J'assume, tu assumes,nous assumons...c'est bien la moindre des choses !

Gwendal a dit…

@Monique : Arf ! D’abord j’te ferais dire que ce matin ce même short se fermait parfaitement par-dessus le ventre, et ma balance m’annonçait que je venais de repasser sous la barre des 90 Kg...
Et oui effectivement il n’y a qu’une fille pour prendre une photo pareille !

cazo a dit…

Maintenant que vous le dites... c'est vrai que ton regard, Gwen, aurait dû me mettre sur la piste ;-) !!

Par contre, juste en passant... tous les pâtés ne se valent pas, hein ??

Gwendal a dit…

@Cazo : C’est sûr que les Catalans ne sont pas des spécialistes en graisserons, ni en fromages d’ailleurs...
Par contre, en ce qui concerne la préparation des produits de la mer, là il n’y a pas photo.

lucifer! a dit…

si tu as besoin de quelqu'un pour
pour occuper le hamac , sur le pont,
je suis là !!!
Félizitaciones pour tout !

Gwendal a dit…

@Lucifer : Grand merci Ange de Lumière ! La place du hamac t’est d’office attribuée par ordre du Capitaine. Et tu seras en prime dispensée de lavage du pont puisque Cazo s’est déjà proposé...
Blague à part, je sais que je l’ai déjà dit, mais il est évident que le bord vous sera ouvert en permanence, à vous tous qui me soutenez des quatre coins du pays. C’est bien le moins que je puisse faire.

monique a dit…

En lisant ces dernières lignes , j'ai l'impression de me retrouver deux ans en arrière quand la mer était virtuelle, la Crique imaginaire et que la Boiteuse s'appelait l'Epouvante...

Voilà que nos rêves collectifs se concrétisent, au moins pour l'un d'entre nous !
Tous nos délires, toutes ces énergies débridées ont fini par avoir raison de la raison !!!

Jack Sparrow, alias le lutin des jardins, alias Phil ...embarque ce soir pour la solitaire du Figaro ...après avoir bouclé in extremis son tour de France..
Pas le temps de souffler, juste assez pour vous envoyer, via sa pigeonne officielle, un gros baiser à toutes et tous...

Gwendal a dit…

@Monique : Avoir raison de la raison... L’expression me plait !
Parfois je me dis que tout ça est particulièrement déraisonnable. Mais, chose à la fois bizarre et réconfortante, personne ne s’est exprimé dans ce sens jusqu’à présent. De toutes les personnes à qui j’ai pu confier mon projet, aucune ne m’a dit que j’étais fou ou bien stupide...

Pigeonne... Non, je me tais c’est mieux. Amuse-toi bien mon Philippe !

'Tsuki a dit…

Pour ta cheville, ça n'a rien de vraiment très surprenant. Des médecins m'avaient prédit le fauteuil roulant pour mon trentième anniversaire : j'en ai 36, et je continue à crapahuter comme un lapin... Un lapin qui a des pieds douloureux, parce qu'ils auraient bien envie de se recroqueviller sur eux-même, s'ils écoutaient ce que leur dicte mes foutus nerfs, mais je gueule plus fort, alors ils continuent à me porter... Et ils continueront à me porter tant que j'aurais des merveilles à aller contempler de plus près.

Une maladie, aussi handicapante qu'elle soit, son évolution c'est 80 % de mental.

Sinon ce que j'aime aussi bien dans ce billet, c'est non seulement ton réalisme, mais le courage qu'il faut pour se l'avouer : savoir reconnaître ses limites, c'est tellement mature...

Tu vas donc vivre sur un bateau à quai à partir de l'automne ? Ben je suis sûre que rien que ça, ça va te changer la vie d'une force...

J'aime aussi beaucoup la dernière photo ; j'ai le même ventre, et je n'ai plus l'intention d'en changer. Je suis contente de voir qu'on peut aussi être fier de ce qu'on est, et satisfait de ne pas ressembler à une gravure de mode.

Fun la vidéo, mais j'avoue que si je connais genesis, ben tu n'aurais pas cité le groupe au cours de la vidéo, je n'aurais pas reconnu... Le son est un peu fuzzy, quand même... 'Faut pas mettre le doigt sur le micro de l'appareil photo quand on filme !

Gwendal a dit…

@’Tsuki : Je reconnais que jusqu’ici j’avais peut-être sous-estimé l’aspect mental de mon mal... Et ce malgré de multiples suggestions amicales. Là, du coup, je suis bien obligé de constater que cela a, chez moi, beaucoup plus d’importance que je ne le croyais.

Mature ? Moi ? Oh que j’aimerais que ma défunte mère (ainsi que le reste de ma famille) t’entende ! Ça leur clouerait le bec une bonne fois pour toute !

Sinon, pour la photo du cuisinier, je reconnais que depuis ces dernières années j’ai dû effectuer un énorme travail sur moi-même. Mais le physique n’en n’a jamais fait partie.
Après réflexion, c’est sans doute parce que depuis l’adolescence j’ai toujours pensé pouvoir séduire autrement qu’avec mon physique. Les femmes de ma vie m’ont aimé pour mon charme et mon esprit, jamais pour mon corps. Une fois cette évidence admise, j’ai préféré, et je préfère, travailler sur les deux premières qualités plutôt que de faire des abdos.

lucifer! a dit…

Wouhhh ! quel bonheur ! promesse entendue, le pari sera tenu .Et il faudra me supporter .
Je rêve que La Boîteuse-Epouvante accueille un jour toute la crique et ses délires .
Stupide , toi? nnnnnoonn!
Fou , là oui! tu l'es totalement , et c'est bien là que débute la maturité .
"... laisse les faux amis
se défaire de toi;
Tu t'es déjà défait d'eux !
.... Contemple le vent
et chevauche les vagues ...
Tu as toute la vie pour
apprendre la sagesse ,
et des milliers de nuits
pour aimer ."

extraits d'un très ancien poême berbère .
Contemple le vent
et chevauche les vagues ...

cazo a dit…

J'ai aussi fait un constat similaire à l'adolescence... conscient que j'étais du physique de cary grant ou paul newman, j'ai opté pour l'humour et l'esprit comme armes de séduction...

Plus abordables au niveau pécunier qu'un ravalement de façade... mais bon, le résultat, qu'il s'agisse d'humour ou d'esprit, comment dire... hummm... ben, a priori, c'est quand même beaucoup plus aléatoire !!

@ Lucifer : magnifique cet extrait de poême berbère... vraiment !! Tu pourrais le mettre en entier ??

cazo a dit…

que j'étais LOIN, très LOIN... ah ben, sinon, on comprend pas (mais on peut s'en douter, surtout pour certains !!).

lucifer. a dit…

Faire ou défaire .

Laisse en silence
les faux amis se défaire de toi, et marchander.
S'ils donnent c'est pour reprendre.

Bois ton thé,
contemple le vent
et chevauche les dunes .

Laisse les faux amis se défaire de toi
Tu t'es déjà défait d'eux
sans palabres .
Ils sont plus inconsistants
que les vains mirages,
moins importants
que le thé offert,
que les rires et les partages
des oasis , le soir.

Regarde, le thé chante
le vent s'apaise et respire,
le cheval trépigne,
la vitesse est caresse

Tu as toute la vie pour apprendre
la sagesse
et des milliers de nuits
pour aimer .

(très ancien poême berbère.
traduit par Rebecca Lenoir.)

Bourreau fais ton office a dit…

Ce que je retient de ce billet c' est avant tout la grosse dose de bonheur que tu t' es prise. Plus un peu de principe de réalité.

Et moi c' est avec de la purée que je me suis pété une dent, un jour. Et heureusement qu' il n' existe pas de vidéo de moi écoutant du James Brown ...

Franck a dit…

Tu as pris le bon bout Gwen !
Content de te sentir ragaillardi ! (et te voir toujours gaillard d'ailleurs !)
La puissance du bonheur d'être bien, guérit tout ! Il faut juste se l'autoriser. Bravo !

cazo a dit…

Merci Lucifer... j'ai pas vraiment de mots à aligner pour dire ce que je ressens à la lecture de ce poème... Merci, merci, merci...

Gwendal a dit…

@Lucifer : Je me disais aussi, un berbère sur les vagues...

@Bourreau : Et quand la réalité coïncide avec le bonheur... C’est le panard !

@Franck : Salut Franck ! J’suis content de ta visite ! Oui, c’est bien parti sur ce coup-là.

lucifer. a dit…

pour ton cas Gwen, il fallait bien que je fis (!) quelque adaptation .

Et merci à ce poête anonyme, cazo!

poussinette a dit…

je viens de relire ton résumé sur notre aventure de séte à barcelone et je me rends compte que ça me manque...
tout me manque : nos longues discussions, nos fous rire, tes conseils, nos balades dans barcelone ...sans oublier ce fameux poulet au curry ... SI un jour je viens sur ton bateau j'amène le poulet et se le fait , promis? ^^
allez bisous matelot ainsi qu'à la nouvelle recrue : soyeuse ^^

Gwendal a dit…

@Poussinette : Cochon qui s’en dédit.