vendredi 22 avril 2011

Réflexions catalanes

41°22.817N 02°11.121E
Barcelone

Si la date qui s’inscrit automatiquement au dessus de cet article ne me trompe pas (et pourquoi le ferait-elle ?), nous somme effectivement le vendredi 22 avril 2011.
Outre le fait que c’est une journée fériée et qu’en plus il pleut et qu’il fait froid, Barcelone a de la peine à se réveiller ce matin. Encore plus de peine que d’habitude devrais-je dire. Moi qui suis un lève tôt, c’est un véritable calvaire que de devoir attendre 09H00-09H30 pour pouvoir trouver un endroit où me brancher sur vous et sur le reste du monde… Je n’ai pas encore pris le pli de me laisser vivre selon le rythme espagnol, ni celui de me détacher des liens cybernétiques qui me lient à mon ancienne vie. Mais j’y travaille croyez-moi. 
Or donc nous sommes le 22 avril, et je me disais qu’il était peut-être temps de coucher sur le clavier ce qui est pour moi maintenant une évidence et pour vous sans doute aussi : Je ne traverserais pas l’Atlantique cette saison.

D’ailleurs cela était-il seulement réalisable ? En suis-je à me demander. Sans doute pas. Je suis parti trop tard et mal préparé… Et la mer dans sa grande mansuétude a eut la gentillesse de me le faire comprendre dès le début et avant que je me retrouve véritablement dans la merde. Aussi, comme je suis une personne relativement sensée, plutôt que de me morfondre sur ce qui pourrait être considéré comme un échec, je préfère encore envisager l’avenir.
C’est raté pour ce printemps ? Pas si grave, on fera ça à l’automne. J’ai donc six mois à tirer avant de me retrouver sur la ligne de départ aux Canaries ou au Cap Vert. Bien. D’ici-là, quoi faire ? Ou aller ? Combien ça va me coûter ? Et puis d’autres questions sur le long terme comme par exemple la traversée du détroit de Magellan retardée d’une année… Un an en Amérique du Sud, est-ce que je pourrais me le permettre ?

Autant de questions auxquelles je n’étais pas préparé et sur lesquelles il va pourtant falloir me pencher.

Mais cela risque de prendre un peu de temps, car franchement, là tout de suite, j’aurais envie de répondre que je n’en sais rien. J’ai bien quelques idées, mais elles sont encore trop vagues. Heureusement pour moi la place de port, ici à Barcelone, est très peu chère et je vais pouvoir prendre le temps d’envisager l’avenir sans trop de pression.

Des noms résonnent dans ma tête et me tentent. Comme les Baléares par exemple, ou encore le Maroc. Je ne sais pas encore quand, ni comment, mais j’irais très certainement vers ces endroits-là. Et puis j’aime l’Espagne, et j’ai envie aussi d’en découvrir d’autres régions maritimes. Le Portugal aussi pourquoi pas. Ce serait une occasion de faire plaisir à Dominique et également celle de passer par Madère avant que de rejoindre les Canaries. Et moi qui voulais éviter l’Afrique, je me disais qu’un petit tour au Sénégal pouvait être intéressant…
Mais bon, on verra bien. Pour l’instant j’ai envie de me laisser vivre et de clopiner tranquillement dans les rues de la vieille ville de la capitale de la Catalogne. Il y a tant à voir, à sentir, à goûter…

C’est que j’ai du temps devant moi dorénavant, et c’est un luxe que je n’avais pas jusqu’alors.

11 commentaires:

cazo a dit…

L'important, c'est le chemin !! Y a tellement d'endroits magnifiques à découvrir depuis un voilier... par contre, les Baléares, j'ai peur que ça soit hors de prix, mais bon.. c'est toi qui vois !!

Bon séjour à Barça.. prends le temps mon ami, c'est ça le vrai luxe ;-) !

Anonyme a dit…

quel bonheur de lire à quel point le "chemin" parcouru est grand.......
lorsque le drapeau vert, rouge, or...sera en vue... le coeur sera touché.....il n'y a pas de secret...
très bon "temps" de pause, enfin!!!!
à très vite
um abraço
DP
ps: je ferais une carte également pour y indiquer les coins "sympa"...pour l'instant "viva españa" (c'est moi qui dit ça????!!!!!)

Cécile a dit…

@cazo : j'allais le dire et je le dis prends ton temps mon cher Gwendal, c'est du luxe que tu ne retrouveras peut-être jamais !
Allez une grosse bise !

Gwendal a dit…

@Cazo : Les Baléares hors de prix ? Je ne sais en fait… Il va falloir que je me renseigne plus avant de toute façon… Mais je gage qu’il doit y avoir des bons plans « baratos » à découvrir.

@DP : Un chemin pour l’instant plus intérieur que physique, mais un chemin quand même je le reconnais. On m’a dit le plus grand bien de la région de Faro… Toute information sera bien sûr la bienvenue !

@Cécile : Le luxe… Voilà bien une notion à laquelle je ne suis pas habitué. Mais comme il y a richesse et richesse intérieur, j’imagine que le luxe intérieur doit exister aussi.

Monique a dit…

Je ne sais pas si tu prendras le bon chemin maritime..mais pour le chemin intérieur, je sais déjà que tu en as pris un bon.

Demain samedi, RV Skype en début d'après midi ???

J'imagine que la sieste aussi est décalée ?
je t'embrasse.

Gwendal a dit…

@Monique : Pas de problème, je me débrouillerais pour être disponible !

Lucifer ! a dit…

Quelle chance tu as !
te balader à ton gré dans les rues , les ruelles ; écouter, respirer ,sentir et voir ...
et puis te laisser bercer au gré du vent ...
j'entends ce que tu dis dans ta barbe : " ... je le vaux bien !"

Gwendal a dit…

@Lucifer : Je ne sais pas si je le vaux bien… J’ai été élevé dans la tradition judéo-chrétienne ne l’oublie pas. Et malheureusement celle-ci ne permet jamais de jouir complètement des choses. Mais je me soigne !

La Lésion d'Honneur a dit…

Tu es sage et c'est bien !
Au Maroc, l'Atlantique est méchant mais tu le sais sûrement ! Les entrées de ports peuvent être très mauvaises... J'y ai vécu.
Bon courage à toi
@ +

Le coucou a dit…

Heureux de savoir que tout va bien pour toi. Du retard ? Bah ! Profite de la vie avec le temps comme il passe, c'est pour ça que tu es parti, je suppose.

Gwendal a dit…

@La lésion : Un sage ? Hum ! Faut le dire vite !
Pour le Maroc je pensais à la côte méditerranéenne… Car je sais que la côte Atlantique est traitresse comme tout.

@Le Coucou : Oui c’est pour ça… Mais en partant j’ai emporté avec moi cette impatience qui me caractérisait. Mais je ne m’inquiète pas, d’ici quelque temps elle se sera dissoute dans le bleu…