lundi 2 mai 2011

Est-ce bien raisonnable ?

Le dimanche 1er mai 2011

40°52.777N 00°48.107E
L’Ametlla de Mar

Bon, 25 milles de pétole je ne sais même pas si ça vaut la peine de vous en parler… Non ? Si ? Bon d’accord mais vite alors…

Beurk !
Il a fallut que j’attende neuf heure du matin pour que la Capitainerie ouvre et que je puisse régler ma nuitée. Pas grave me suis-je dis, j’ai peu de route à faire alors j’ai tout mon temps.
Pour le passer, le temps je veux dire, j’ai fais quelques pas autour du port et je me suis vite aperçu que j’étais à perpette de tout… Coincé entre un nœud ferroviaire et des entrepôts de stockage, ce port n’a vraiment rien de plaisant. Si jamais j’avais eu quelque envie de passer la journée ici, ce petit tour aurait eu vite fait de m’en dissuader.




Miam !
Donc à 09H50 je quitte Tarragone sans un poil de vent et un reste de houle de la veille. Je longe les quais industriels bondés de bateaux, me faufilant entre la douzaine de cargo qui poireautent pour venir remplir leurs cales. Cap au 240°. J’avance à voile et à vapeur. Euh… pardon. A voile et au moteur.
Des raffineries, des tas de charbons, des silos à blé, Tarragone est vraiment une ville clef du trafic de marchandise. L’ennui c’est que vu de la mer c’est particulièrement moche.
Petite pause déjeuner. Je sais, je pose un peu pour la photo, mais le fait est que deux cuisses de poulet avec plein de mayo (et un sandwiche salamis-beurre), il faut au moins ça pour remplir l’estomac d’un honnête homme.

Fukushima bis !
Au bout d’un moment, coincé entre mer et montagne j’aperçois la central nucléaire de Vandellos. Super, me dis-je, c’est quand qu’ils arrivent les palmiers ? N’empêche que j’ai tout de même une petite pensée concernant le rapprochement que l’on peut faire entre cette centrale et celle de Fukushima… Même configuration géographique. Si un tsunami passe par là, les catalans en prendrons plein les bronches.

15H10 je pose mes fesses dans le charmant port de l’Ametlla de Mar (prononcer l’Amélia), juste avant que ne commence le delta de l’Ebre. Comme je vous l’ai dis, je me réservais cette partie un peu technique pour le lendemain…
Et une heure plus tard j’étais en train de boire un jus au bar du Nautic Club et de papoter avec l’ami Cazo via Fesse de Bouc. J’aurais pu aller faire un tour en ville, mais j’ai eu la flemme… En plus la météo prévoyait une journée un peu musclée pour demain, aussi je préférais me reposer. Donc retour au bateau.
Je range un peu, m’interroge sur ce que je vais bien pouvoir me faire à bouffer. J’opte finalement pour le plus simple, des raviolis frai. Y’a qu’à faire bouillir de l’eau et c’est prêt.

Je crois bien m’être endormi alors qu’il faisait encore jour…

Le lendemain, aujourd’hui donc, premier réveil ver 03H00. Un petit pissou par-dessus la filière et je retourne me coucher. J’observe cependant que les drisses frappent un peu fort contre les mâts et que la Boiteuse tire sur ses amarres.
Deux heures plus tard je me réveille pour de bon, et alors que je sirotais mon bol de café sur le pont je me suis mis à réfléchir…

Le delta de l'Ebre
 Voici les faits. Comme vous pouvez le voir sur la carte que je mets gentiment à votre disposition ci-contre, le delta le l’Ebre c’est un peu comme la Camargue, mais une Camargue qui s’avancerait vers la mer avec un cap au bout, el Cabo de Tortosa.
Des bancs de sables de partout qui changent régulièrement de place obligent le voyageur à passer assez au large de cette avancée pour éviter de se planter.
Pas de port sur au moins 50 milles pour se réfugier et des conditions aérologiques et hydrographiques particulières à ce type d’endroit, à savoir du courant et des vents d’ouest qui vont à l’encontre de la dominante actuelle qui elle est de secteur Nord-est.
On peut donc s’attendre à rencontrer au bout du delta une mer hachée et même carrément chaotique.

Hum...
Et maintenant voici sur cette autre carte (ben oui, aujourd’hui je fais dans le didactique) les conditions météo attendue pour la journée…
Le bleu indique de la pluie, et les flèches indiquent le sens et la vitesses des vents. Une grande barre pour dix noeuds et un petite pour cinq.
Ajouter à ça que je n’ai qu’une confiance toute relative en mon sondeur, et vous comprendrez aisément mon dilemme.

Donc ce matin en buvant mon café et en regardant les drapeaux s’agiter furieusement sur leur hampe, je me suis dis que ce n’était peut-être pas raisonnable de tenter cette traversée aujourd’hui… Appelez ça de la prudence, ou même de la pétoche si vous voulez. Mais le fait est que cela ne me dit vraiment rien de me faire brasser comme dans une lessiveuse tout en prenant le risque d’échouer la Boiteuse.

J’ai attendu le lever du jour, et je suis allé faire un tour sur la digue pour voir ce que cela donnait. Au passage j’ai longé le port de pêche et j’ai pu remarquer que la petite ville de l’Ametlla avait un certain charme. Et puis arrivé sur la digue j’ai pris ma décision : J’allais rester ici pour la journée.
Voici un petite vidéo qui immortalise ce grand moment où la raison triomphe de l’impétuosité qui me caractérise. (Arf ! Dis Gwen, tu penses vraiment qu’ils vont gober ça ?)



Donc au programme pour aujourd’hui : Régularisation auprès des autorités portuaires. Un grand décrassage suivit d’un rasage (j’ai vu ma tronche sur la vidéo). Ballade dans les rues de l’Ametlla de Mar. Déjeuner copieux. Sieste. Connexion en fin de journée pour prendre les dernières infos météo pour la journée de demain. Dîner, et un petit film avant de me coucher.

Une escale dans les règle de l’art quoi !

L'Ametlla de Mar

10 commentaires:

Anonyme a dit…

avec un peu de retard.... bonne fete à vous aussi...
à très vite
Domi
ps : "notre responsable administrative" est ravie que vous soyez passé par un coin qui porte son nom...
um abraço

cazo a dit…

Excès de prudence ne nuit pas... et en plus, tu es le maître du temps (qui passe, pas qui arrive...), alors, quoi de plus naturel que d'user de ce droit !!

Bonne escale... et choisis mieux le nom des troquets dans lesquels tu échoues !!

;-) !!

Gwendal a dit…

@DP : Et si un jour je passe en République Dominicaine vous faites une grande fiesta à SPC ?

@Cazo : Je pense en effet que j’ai bien fait… Et l’avenir m’a donné raison de toute façon ! (oui je sais, il y a un paradoxe dans cette phrase)

Monique a dit…

"Jouis et fais jouir sans faire de mal ni à toi ni à personne. Voilà toute morale."

Champfort

Ce sera ma pensée du jour !

Gwendal a dit…

@Monique : Elle m'accompagnera tout au long de cette journée. merci Momo.
Bon, faut que j'y aille... Le soleil vient de se lever et j'ai de la route à faire.

Anonyme a dit…

Bonjour Gwendal!!
C'est Patrick et Christelle tes voisins de la Madeleine, nous suivons ton tour du monde, tu dois vraiment t'éclater, à en voir ton blog, tes photos sont superbes!!
Continu bien ton expédition, nous prendrons de tes nouvelles de temps en temps. Içi tout va bien!! rien à signaler.....!
A trés bientôt!!
Patrick et Christelle

Thrse a dit…

Ben moi j'dis que quand on le sens pas, on le sens pas! Donc tu l'a fait comme tu le sentais!

Gros bisous et bonne continuation!

R2 a dit…

Ciao marin! Le crew de Esmeralda est avec toi!
Nous allons dans deux semaines au stage survie à Marseille, merci encore pour le tip. Le mat est en place, ouvre la route pour nous, on va se revoire! Ciao Raphael

cazo a dit…

Hé, hé... y a de nouveaux coéquipiers...
le chemin, là est l'objectif !!
:-)

Gwendal a dit…

@Patrick et Christelle : Oh que ça me fait plaisir de vous lire ! Je suis ravi que mes tribulations vous intéressent.
Bon courage à vous restez à Nice…

@Thérèse : C’est exactement ça !

@R2 : Vous allez voir ce stage ISAF, c’est le top ! Amusez vous bien quand vous barboterez dans l’eau en combinaison intégrale !

@Cazo : T’as vu un peu ? Rien de tel pour remonter le moral d’un Gwen !