mardi 17 mai 2011

L’ennui

39°25.893N 00°19.917W
Valencia

Je me dis que vous devez vous demander ce qui se passe, ou du moins où j’en suis de cette escale à Valencia.
Et bien je poireaute. Je poireaute et je poireaute encore. La pompe à eau que j’ai achetée sur eBay la semaine dernière n’est toujours pas arrivée, donc je poireaute… Bon je sais, il faudrait peut-être que je m’en inquiète et bien c’est-ce que j’ai fais. Hier, j’ai contacté le vendeur pour lui demander où tout cela en était et il m’a confirmé que ma pompe était bien partie le 10 mai, et expédiée via DHL à la bonne adresse, ici à Valencia… En dehors de ça, je ne peux rien faire d’autre qu’attendre.

J’ai regardé sur Google et je sais que cette pompe à 1854 Km à parcourir. Vu le prix que j’ai payé pour la livraison (11 €), je me dis qu’elle ne va pas venir en avion… En camion, peut-être ou alors à pied ? Ce qui est tout à fait envisageable pour une pompe, vous en conviendrez.

J’en rigole, mais étant donné la configuration de la marina, son isolement, je me fais plutôt chier… En fait non, je suis en train de retrouver le rythme de vie qui était le mien avant que je ne parte, et c’est ça qui me fait chier. Internet, jeu, films… et je ne sors du bateau que lorsque c’est vraiment nécessaire. Autant dire que je végète.

Donc, vous vous doutez que j’ai plutôt hâte de foutre le camp d’ici.

Cela dit, je suis allé faire un tour dans les environs et je suis tombé sur un truc que je n’avais jamais vu… Il s’agit d’un type d’amarrage dans un bras de rivière, où les bateaux sont attachés à des tyroliennes.
Voilà où j’en suis, vous vous rendez compte ? Je m’extasie devant des petits bateaux attachés à des câbles sur une rivière polluée cernée par les échangeurs routiers… On est loin des petites criques désertes et accueillantes que je voyais dans mes rêves éveillés.

Je suis commes ces bateaux, je reste pendu à un fil et j’attends que l’on vienne bien me décrocher pour aller faire une virée. Pathétique.

Quoique. Ces rêves ils sont toujours là dans ma tête, et il ne tient qu’à moi de les ravivés. Allez ! C’est-ce que je vais faire. Je vais me secouer un peu les puces et me pencher sur mes cartes pour visualiser ce qui m’attend une fois que j’aurais quitté ce trou. Ouais, on va faire ça…

10 commentaires:

Gildan a dit…

Le principal est que tu gardes le moral et ton humour !
:)

Monique a dit…

Que te dire après notre conversation ?
Lire, visionner des films,écrire, discuter avec les potes grâce à la technologie moderne...

cazo a dit…

Et la méditation, la sieste, la philo... t'aurais dû te télécharger un jeu d'échec performant... ça rend fou... mais on ne sait pas au bout de combien de temps !!

Ceci dit... une fois qu'on a perdu sa raison... le temps qui passe... on s'en tape !!!

;-)

Gwendal a dit…

@Gildan : Pour le premier, je fais des efforts de chaque instant pour le conserver. Pour le second, je pense que j’y arriverais toujours.

@Monique : Tu as raison, c’est quand même mieux que se retrouver coincé sans tout ça…

@Cazo : T’es optimiste toi ! Cela-dit, la folie est parfois un état confortable.

Philippe a dit…

je pense que c'est quand même pas mal comme situation, t'es parti et ce n'est qu'une escale dont tu tires profit de toutes façon. Quant à l'ennui, il fait parti du jeu, c'est un temps qui s'écoule entre ce moment et celui où tu retrouves, attente fructueuse et pleine pendant laquelle tu sèmes en rêve les petits cailloux de ta future route. Je me souviens parfois plus de mes escales "pourries" que des plus enchanteresses, parce qu'elles résonnent dans ma mémoire comme celles qui précèdent un évennement particulier pour lequel j'étais prêt sans le savoir à cause des moments d’introspection ou de méditation qui le précédait grace à ces instants d'éternité perdu quelque part sur un quai ç charbon...
Bises
Phil

Thrse a dit…

Estime toi heureux! Tu es peut-être en rade mais sain et sauf et pas au milieu de l'océan en train de te demander quand est-ce que quelqu'un viendra pour t'aider... Je sais, l'attente est longue, mais bon....


Essaie des endroits non vus non? Je ne sais pas, tu n'as pas tout visité encore non?

Gros bisous et bonne fin de journée.

Gwendal a dit…

@Philippe : Merci mon Philippe. Voilà bien des mots propres à remonter mon moral de patienteur patenté.

@Thérèse : Une heure et demie de trajet aller-retour avant que d’aller flâner dans les rues de Valencia, voilà de quoi dissuader le plus enthousiaste des touristes !

Lucifer ! a dit…

Au moins , tu ne crains pas les radars ... c'est déjà ça !
et puis ,s'autoriser à "légumer" tranquillement, ça repose les neurones ; et c'est peut-être utile pour l'activité qui t'attend .

Gwendal a dit…

@Lucifer : Il faut l’espérer. J’en profite pour lire et me cultiver.

Thrse a dit…

Je sais bien que ça ne te plait pas du tout, mais bon, il faut prendre son mal en patience mon chéri!

Gros bisous