lundi 28 mars 2011

Comme un lundi

Je comptais bien aller au port aujourd’hui… Ouais, j’y comptais. Et peut-être pourrais-je même encore y aller à l’heure où je tape ces mots… Oui mais voilà, il est midi et j’ai pas envie.
Je suis crevé, et j’ai envie de manger un bon repas et de dormir. Ce sont deux choses qui m’ont manquées depuis une semaine.
C’est pas grave si je ne bouge pas aujourd’hui, car de toute façon j’ai presque fini tout ce que j’avais à faire, et je pense que ce qui me reste à emporter sur la Boiteuse pourra se faire en deux voyages. Il me reste quoi en fait ? Mon ordinateur et son écran, ma couette et mes coussins, quelques livres, CD et DVD… ma tente (au cas où), et puis c’est tout.
Le reste, tout le reste, ce que j’ai accumulé au fil des années, ces meubles, la paperasse, ces gadgets à la con que j’entasse depuis vingt ans, tous ces souvenirs, et bien tout ça je le laisse dernière moi.
Auparavant, il n’y a pas si longtemps lorsque j’hésitais encore à franchir le pas, je me demandais comment j’allais faire pour renoncer à tout ça. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Lorsque mes yeux tombent sur un truc, je me pose une question et une seule : Est-ce vraiment utile ?
Et la réponse à cette question ne tarde pas à faire le ménage par le vide, croyez-moi.

En fait, je me dis que puisque je suis sur le point d’entamer une nouvelle vie, autant se débarrasser des oripeaux de l’ancienne. Je garde juste quelques souvenirs indispensables, et le reste… Le reste pourrait très bien aller directement à la décharge, je m’en tape royalement le coquillard.
C’est vrai, je vous jure ! J’en suis arrivé là ! J’ai tellement intégré mon départ, et la possibilité que je ne revienne jamais, que j’abandonne volontiers toutes les reliques de mon passé. Jeudi, lorsque la Boiteuse passera la bouée du port, ce sera un nouveau Gwendal qui sera à la barre.

C’est peut-être ça finalement, le renoncement.

Cela dit je ne suis pas resté inactif ce matin. Dès 08h30 j’étais à l’ouverture du supermarché et j’ai entrepris de remplir un énorme caddie. Oh la bonne idée que j’ai eu de faire mon avitaillement dans le supermarché de mon quartier ! En une heure l’affaire était faite ! A vue de nez je dirais que j’ai de quoi tenir pendant un mois, mais rappelez-vous qu’il ne s’agissait que d’une base de conserve et de nourriture bien française. Le genre de repas que je ne me permettrais qu’avec parcimonie.
Ensuite je suis allé à la poste pour effectuer mon changement d’adresse. Désormais, c’est Momo qui recevra mon courrier !
Enfin, je me suis rendu chez un graveur pour faire fabriquer la plaque d’identification de la Boiteuse. Je l’aurais mercredi matin…

Entre les deux...
Demain, à partir de dix heures on me livre l’avitaillement et je dois recevoir la visite de Dominique le bricoloman du port. Il va m’installer mes prises supplémentaires, et moi pendant ce temps-là je rangerais le bateau. Et puis mercredi je récupère ma plaque, j’apporte mes dernières affaires, Arnaud passera me voir pour que je lui donne ma box et mon modem… Et j’emménage pour de bon.

Jeudi, pas trop tôt, je mettrais le cap vers Cannes où j’ai l’intention de passer l’après-midi et la nuit au mouillage entre l’île de Saint Honorat et celle de Sainte Marguerite (12 milles). Ce sera une première, et c’est pour ça que je le fais en prenant mon temps avec la Boiteuse… Comme ça, si quelque chose foire, je pourrais toujours me réfugier à Cannes ou continuer sur Saint Raphaël… on verra.

Capote à hauban !
Et ma journée de samedi vous demandez-vous ? Et bien ça a été vachement sympa. Arnaud et moi avons troqué le génois pour le foc, et cela nous a pris en tout et pour tout une vingtaine de minutes ! Alors que la dernière fois que j’ai fais ça tout seul, ça m’a pris presque deux heures… Ensuite, en attendant Dominique (bricoloman !), j’ai protégé le bas de mes haubans avec de l’adhésif, pendant qu’Arnaud s’attelait à une tâche aussi ardue qu’importante : Inscrire le nom de la Boiteuse sur la bouée fer-à-cheval. Déconnez pas, c’est vachement obligatoire que la bouée de secoure porte le nom du bateau qui la porte… Et il est aussi important que l’inscription soit lisible et bien foutue, car je suis le premier à me foutre de la gueule de ceux qui ont une bouée qui ne ressemble à rien.
Et pour le coup Arnaud, un graphiste à la base, m’a fait ça aux petits oignons ! Merci moussaillon ! Je penserais à toi à chaque fois que je verrais ce gros machin orange !
Entre parenthèse, j’ai aussitôt demandé une photo pour immortaliser ce moment, et celle-ci est tellement chouette que je me suis empressé de l’utiliser pour mes différents profils ! La voici dans son intégralité.

No comment...
Puis, nous sommes partis à la recherche de bricoloman… qui prenait tranquillement l’apéro sur son bateau à quelques pontons de là ! Il nous avait oublié le con ! Je te l’ai ramené direct à la Boiteuse et lui ai montré ce que j’attendais de lui… Rien de bien compliqué, en une heure c’est bâché selon lui. Ensuite, je lui ai demandé son avis sur mon guindeau qui ne fonctionnait pas… Et là, je suis passé pour un con.
Figurez-vous que mon guindeau fonctionne avec une télécommande… Et que celle-ci se trouvait dans le même petit sac qu’une espèce de clef en plastique rouge. Clef qui, vous devinez bien, avait une certaine utilité… comme par exemple activer l’interrupteur marche/arrêt du guindeau !
Je ne savais plus où me mettre !

Bon, cet instant de grande humiliation passé, nous sommes allé au chantier rendre visite à mon voisin Raphaël qui avait sorti son Esmeralda (Blog en lien dans la marge) pour réparer une fuite et changer une barre de flèche… et la totalité de son mât par la même occasion puisque celui-ci a pété au niveau de l’embase lorsque la grue a voulue le soulever. Nous sommes allé déjeuner tous ensemble dans un resto du port. Buffet à volonté pour 15 €, je me suis explosé la sous-ventrière !

Bon ben je crois que j’ai fini pour aujourd’hui. Je voulais absolument profiter des mes derniers instants d’ADSL pour vous tenir au courant… Sans compter que j’avais envie d’écrire aussi, mais ça c’est autre chose.

Les choses se présentent bien, et je pense que la prochaine fois que vous entendrez parler de moi, ce sera lorsque je serais arrivé à Saint Raphaël… Il va me falloir m’habituer à ne plus être connecté 24H/24H tel le geek moyen, mais je gage que ce renoncement-là me sera aussi facile que les autres.
Il n’y a que pour vous, peut-être, que les choses seront plus difficiles. Vous n’aurez de mes nouvelles qu’en pointillés, ou alors par gros paquets espacés de larges silences… Ce que je voudrais c’est que vous ne vous fassiez pas de souci pour moi. Tout va bien aller, je le sais. Et depuis le temps que vous me lisez, vous devriez le savoir aussi.

8 commentaires:

La Lésion d'Honneur a dit…

Salut Gwen,
on ne se connait pas mais j'ai juste envie de te dire BRAVO !
En espérant avoir quand même régulièrement de tes nouvelles... mais où ? sur ce blog ? Meci de me tenir au courant

cazo a dit…

Eh ben, il s'en est passé des choses pendant ma semaine de ripailles avec mon poto brésilien!!

Quel panard de te voir en plein préparatif pour le Grand Voyage... une belle et grande idée qui se concrétise, quoi de plus grandiose, de plus jouissif??

Ben, oui, ce sera difficile pour nous de n'avoir des nouvelles qu'au compte goutte, de ne pas pouvoir suivre "pas à pas" ta progression... tes impressions, tes joies, tes turpitudes, tes rencontres, animales ou humaines...

Mais p'tain que je suis content, quel bonheur d'assister à ça!!

J'vais fouiner pour te trouver une référence sur les hôtes des mers, si je peux contribuer à ça, ce sera déjà une façon pour moi de participer à ton évasion!!

Rôôtudjûû... Rhâââ Lovelyyyy!!

Monique a dit…

Le renoncement, ça c'est une étape !!
Je ne sais pas si tu réalises !
J'imaginais que tu allais emporter avec toi quelques petits regrets, la nostalgie d'un objet familier...
ça arrive même quand on est très motivé...et attaché comme je te connais à tes pénates...
alors là , bravo !
Tu es prêt pour le monastère bouddhiste ! le détachement est un pas vers la sagesse, paraît-il...

Bourreau fais ton office a dit…

Alors c'est mercredi que tu pars ? tiens, je t'ai trouvé LA destination, celle que tu utiliseras comme boussole :

https://lh5.googleusercontent.com/-2-qkCadF3Fk/TXD7NWQ3N_I/AAAAAAAATPQ/yihWp40xvvY/s1600/tumblr_lgfaddxNTz1qfu2vmo1_500.jpg

Je pense être du baptême.

Monique a dit…

Téléscopage avec Cazo !
je partage son enthousiasme !

Gwendal a dit…

@La Lésion : Merci la Lésion. Bien sûr que vous continuerez à avoir des nouvelles par ce blog, qui me servira de lien avec la terre de France. Vous y trouverez le récit de mon voyage, des photos, de la vidéo… et de la politique aussi ! Car ce n’est pas parce que je pars que je vais cesser d’avoir un regard critique sur ce qui m’entoure.

@Cazo : Rhâââ Lovelyyyy !!! L’expression favorite de mon adolescence ! Merci Cazo de me remettre ça en mémoire… Oui, j’aurais mis un an pour réaliser mon rêve. Tu n’es pas le premier à me dire que c’est déjà un exploit en soit, mais je t’avoue que j’ai du mal à réaliser… Toutes les galères par lesquelles je suis passé me semble si lointaines.

@Monique : C’est ça qui m’étonne le plus… la facilité avec laquelle je suis arrivé à couper ce cordon que je croyais, à tord, si épais. Ca c’est fait comme ça… naturellement. Je me doute bien qu’il y aura un contrecoup à tout ça, peut-être une phase de regret de tous ces biens matériels et de ce confort, mais pour l’instant je me fout du passé. Je suis entièrement concentré sur ce qu’il y a devant moi.

@Bourreau : Mercredi je rejoins définitivement le bord de la Boiteuse pour partir le lendemain dans la matinée. Un départ en solo, sans tambours ni trompettes… comme il se doit, en fait. Direction Utopia, droit devant et sans faiblir !
Si tu peux venir, ce serait formidable. Vraiment.

cacahuette83 a dit…

Enfin! Je la vois dans son intégralité! Quel bonheur! Super!
Tu m'as trop fait rire avec ta télécommande on/off! La honte! Hi, hi!

Bon, je sais pour t'avoir vu au travers de la webcam que tu vas bien et tu as la nouvelle super coupe!

Gros bisous Gwen et à très très bientôt!

Gwendal a dit…

@Cacahuette : Ouais, je me trouve très bien sur cette photo, et c’est plutôt rare.
Et puis des boques, j’en aurais d’autres je le crains… J’apprends tous les jours !