dimanche 20 mars 2011

L’Aube d’une Odyssée *

La dernière fois que j’ai pris la plume, je terminais en vous citant le Maitre de Guerre : « On improvise, on s’adapte, on domine ! ».
Un peu comme une espèce d’incantation magique, cette devise m’accompagne depuis l’époque où j’étais troufion (officier troufion tout de même) et ressort à chaque fois que je suis mis devant un obstacle. Parfois ça marche, et parfois non... Mais généralement si je sors cette devise, c’est que derrière il y a déjà comme une espèce de volontarisme, une volonté d’affronter les événements.
Et c’est dans cet état d’esprit que j’ai abordé la journée d’hier. On navigue un peu, on profite du soleil et avant la fin de la journée la solution à mes problèmes se présentera d’elle-même.

Tranquille...
J’ai donc retrouvé Arnaud dans le bus qui nous a conduits à Saint Laurent du Var, et nous sommes montés à bord de la Boiteuse sur les coups de 09h30. Le temps, même s’il n’était pas aussi beau que la veille, semblait correct. Le ciel était bleu pâle avec quelques nuages bas et la mer laiteuse, probablement à cause des alluvions rejetés par le Var et la fonte des neiges qui devait avoir commencée en amont. Pas un pet de vent n’agitait les haubans.
Nous avons commencé par prendre un café et puis, tout doucement, sans se presser, nous avons attaqué la mise en condition de la Boiteuse. Rangement, passage en double des pointes arrières (les amarres au cul du bateau), préparation de la Grand-Voile... Bref, vers 11h00 j’ai allumé le bourrin et nous sommes partis.

Dehors, pas de houle et une très légère brise du Sud-est. Pas de quoi décorner les bœufs mais suffisamment tout de même pour se passer du moteur. En parlant du moteur, celui-ci m’a fait une petite frayeur juste à la sortie du port. Alors que je lui mettais un coup d’accélérateur, j’ai soudain aperçu dans le sillage un gros filet d’huile noire... Aussitôt je mets au point mort, envisageant déjà le pire. J’écoute avec angoisse le bruit du moteur et je surveille mon sillage, mais rien ne semble m’indiquer que des bielles se baladent toutes seules, ni qu’une durite ait décidé de se vider de son sang... Au bout d’un moment, à moitié rassuré, je remets un peu de gaz et tout semble tourner comme une horloge. Il faudra quand même que je jette un œil au filtre à huile dès demain. Et puis pendant qu’on y est, je demanderais à mon voisin qui semble s’y connaitre d’y jeter un œil...

Hissage des voiles, et nous voilà parti sur un bord de près en direction du Cap d’Antibes à 3 nœuds de vitesse, tranquille-Emile.

Comment ça marche ce truc ?
Je branche Monsieur Pilote, histoire de voir ce que mon nouveau jouet a dans le ventre. Et aussitôt il se met à faire son boulot de pilote... Un peu trop peut-être, dans le sens où il semble hyper sensible. Pas grave, ça se règle ! Je me plonge alors dans la doc, réglage du gain que ça s’appelle. On appuie là et là en même temps, bip-bip, et ensuite on règle la sensibilité en appuyant là... Bip ! Impeccable !
Bon, le nouveau monsieur pilote m’a l’air de fonctionner parfaitement, autour du Mer-Veille maintenant. J’allume le boitier magique, bip-bip-bip, des leds s’allument m’indiquant qu’un radar se trouve droit devant moi ! Euh oui... Normal me dis-je, je distingue en effet quelques bateaux. Mais c’est au retour, alors que je l’allumais encore, que j’ai compris que le radar en question était celui du sémaphore du cap d’Antibes. D’ailleurs à un moment j’ai même été avertit que nous approchions de l’aéroport. Bip devant, bip derrière !
Là encore, impeccable.
Je rigole tout seul, content de moi. Ce petit appareil est décidément indispensable et je suis vraiment ravi de me l’être procuré. Avec lui je vais pouvoir être averti si des cargos ou des pêcheurs se baladent dans la même zone que moi ! (pour peu qu’ils allument leurs radars, bien sûr. Ce qui n’est pas toujours le cas. :-( )

Arnaud
Ensuite, et bien la journée c’est passée comme elle avait commencée, tranquillement. Le soleil sur nos visages, un petit air de vacance flottait dans l’air. Et pendant ce temps-là, au fil des discussions mon cerveau secondaire travaillait...

Nous avons ramené la Boiteuse à son ponton, rangé le bord, et repris le chemin de nos domicile respectifs. Arrivé à la maison, j’allume la télé et apprends que mon pays vient de bombarder la Lybie.

Ça m’a fait l’effet d’une claque. Putain, on est en guerre... Après avoir sucé la queue d’un dictateur à la manque, ce fou de crétin d’enculé de sa mère a enfin eu sa revanche et obtenu ce qu’il voulait, une guerre pour assurer sa réélection l’année prochaine. Et tout le monde applaudit. Il est vraiment temps que je me barre de ce pays de merde, me suis-je dis.

J’ai appelé Monique et en deux coups de cuillères à pot le programme des prochaines semaines était organisé.

Alors voilà ce qu’il va se passer mes amis.

C'est parti !
Je prendrais la mer le 31 mars au matin, dernier carat. Direction le port de Saint Raphaël. Là, j’y passerais le weekend et en profiterais pour recevoir la visite de Thérèse et de ses enfants. Et j’en profiterais également, mais c’est pas gagné, pour voir mon père avant de partir.
Ensuite, et bien je prendrais la direction de l’Est, tout doucement et à mon rythme, direction Sète, via Cannes, Toulon et Marseilles. Ca sera sympa, la Boiteuse connait déjà la route !
Je serais à Sète pour le weekend du 10 avril. Je pose le bateau, et la marraine ainsi que tous les amis qui le pourront nous rejoindront pour le baptême.
Pascal et Philippe, je me serais rapproché de vous, j’espère que cela vous facilitera la tâche.
Dimanche 10 avril, nous sacrifierons aux traditions. Et le lendemain, direction la première vraie étape de ce Tour Du Monde : Barcelone.

Bien sûr, ça c’est ce que je prévoie de faire... Après ce sera à Neptune de décider si oui ou non il m’accorde ses faveurs.

D’ici là, mes journées seront extrêmement remplies. J’ai encore des démarches administratives à effectuer (désaffiliation à la sécu, changement d’adresse à la Poste, résiliation de mon abonnement Internet, passer à SPC, etc...), mais je me rendrais au port tous les jours pour terminer la préparation du bateau. J’emporterais à chaque fois un peu des affaires qui me seront nécessaires. Je vais bosser, bosser et encore bosser. Je vais en faire le maximum, mais sans entrer non-plus dans l’obsession de la perfection qui m’a bloqué en début d’année. Je ferais ce que je pourrais, et le reste je le ferais en chemin.

Finalement, en y réfléchissant bien, ce départ à l’arrache n’est pas fait pour me déplaire... Cela ressemble beaucoup au coup de pied au cul que j’ai reçu lors de mon premier saut en parachute. Peut-être pas très agréable sur le moment, mais au final vachement utile pour arriver à passer la porte.
Cazo a raison dans son dernier commentaire ; L’avant-propos de ce carnet de voyage est bien sur le point de se terminer, et dans quelques jours le Grand Voyage commencera.

* Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve que ce titre sied mieux à cet article qu’aux opérations en Lybie...

12 commentaires:

Monique a dit…

Je ne sentais pas bien le baptême à Nice...Parce que Nice...bien que ce soit ta résidence...c'est une ville qui ne te va au teint...
Sète,pour moi, c'est Brassens, Vilar, Paul Valéry, Manitas...enfin des gens que j'aime.
C'est plus près de nos amis aussi, comme tu le dis.
Je n'ai qu'un regret, c'est de ne pas rencontrer Cacahuète pour l'occasion, mais ça se fera sans doute une autre fois, je le sais.

Allez Gwen, crois en la "renifleuse" que je suis : cette fois, c'est la bonne !

Gwendal a dit…

@Monique : Je le pense aussi chère Marraine... Je ne sais pourquoi, mais depuis hier je me sens serein. Pas exubèrent, pas inquiet, juste serein. Je vais réaliser ce à quoi je travaille depuis un an maintenant, et c’est bien. Et advienne que pourra !

cacahuette83 a dit…

Je suis contente pour toi de ce revirement finalement! Tout s'arrange et en plus tu verras peut-être un peu plus de monde qu'initialement! Mon regret : ne pas faire la connaissance de cette chère Monique Marraine! Je sais que c'est quelqu'un qui compte beaucoup pour toi, et je me réjouissait de la rencontrer enfin...

Mais comme elle le dit si bien, c'est reculer pour mieux sauter!

Gros bisous mon cher Gwen et passe une bonne journée

Gwendal a dit…

@Cacahuette : Oh, je gage que vous trouverez bien l'occasion de vous rencontrer toutes les deux !

Gwendal a dit…

C’est drôle, moi qui est cessé de jouer le jeu de la compétition inter-blogs (en clair celui qui a la plus grosse), je note que d’avoir titré cet article comme je l’ai fait, m’a amené 75 visiteurs dans la journée d’hier... Soit quatre fois plus que ce que j’en ai d’habitude.
J’espère seulement que parmi qui se sont fourvoyés, croyant tomber sur des images de guerre, auront apprécié ce qu’ils ont trouvé... et reviendront !

C’est vrai quoi, il n’y a pas que la guerre et l’argent dans la vie. Il y a aussi les rêves.

cazo a dit…

Drôle d'impression qui se dégage de la photo "tranquille" où la fumée de ta bouffarde crée un halo grisâtre en lieu et place de ta bouche... J'espère qu'il ne s'agit pas d'un nuage radioactif émanant d'une surchauffe de ton coeur ;-) !!

Bon, je constate que cette petite nave a été l'occasion d'une bien belle journée... ENFOIRES !!

Mais quelle bonne surprise d'apprendre que le baptême se fera pas trop loin de chez moi... je ferai tout mon possible pour en être, sois en sûr !!

Gwendal a dit…

@Cazo : Je compte sur toi, mais je sais que tu fera de ton mieux ! Tu sais, j’ai hésité entre deux options. Soit filer droit sur Barcelone au départ de Nice, soit rejoindre l’Espagne en cabotant... Finalement, et malgré les conditions pas fameuses du Golf du Lion, j’ai préféré opter pour le cabotage. Avec deux raisons principales à cela, vous revoir toi et Philippe, et ne pas commencer par une nave de trois jours et trois nuits dès le départ.

Anonyme a dit…

suis ravie pour vous, surtout après avoir vu votre visage ce matin..... voous etes en accord avec vous et c'est le principal....à très vite cette fois le rdv est pris!!!!
DP

cacahuette83 a dit…

Il est vrai que ta photo intitulée tranquille, est superbement réussie!

Gros bisous et bonne journée mon cher Gwen!

Gwendal a dit…

@DP : Mercredi 15H30, je n’oublie pas !

@Cacahuette : Merci qui ? Merci Arnaud !

aslan a dit…

Salut capitaine. Alors c'est décidé, tu largues les amarres le 10 avril, cap au sud-ouest? Bah c'est cool, quand tu auras mis 10 ou 15 jours de route entre toi et Nice les perspectives, les impressions vont commencer à changer. Je ne serais probablement pas du baptême et du départ, mais mes voeux t'accompagneront. Agis sagement, déconne pas avec le roi Neptune et avec nos semblables qui peuvent être bien cons. Et puisque tu uses des termes de marine, dans un autre charabia je te dis: Engage ! Et n'oublie pas, à chaque sortie de distorsion un seul réflexe: Shields up.

++

Gwendal a dit…

@Aslan : Salut le Revenant ! Et oui, c’est le départ... mais même s’il ne s’agit que d’un prologue, dans ma tête je pars le 31 mars. Je pars, et je m’en remets essentiellement à moi-même. Je n’ai pas l’intention d’y laisser ma peau, ni même de me planter en beauté, donc je ferais gaffe.
Et pour les cons, je dispose de l’engin adéquat pour m’en éloigner. J’irais causer aux dauphins...