mardi 13 novembre 2012

Un monde pas si rouge et surtout moins vert

23°06.852S 44°15.474W
Matariz, Ilha Grande

Oui, Ilha Grande est une île préservée. Enfin, soyons clair si Ilha Grande baigne dans son jus pour mon plus grand plaisir et celui de tous ses visiteurs, ce n’est pas par une quelconque volonté gouvernementale de protection de l’environnement ou par un désir des habitants de se protéger comme en Corse. C’est tout simplement parce que ça coutait cher et que le Brésil est tellement grand qu’il était à la fois bien plus facile et plus lucratif d’investir ailleurs…

L’île eut ses heures de gloire, de façon cyclique comme des poussées de fièvre. Il y eut en premier lieu la canne à sucre, puis la banane, le café, la pêche pour laquelle on fit venir une importante immigration japonaise… Et enfin, ces dernières années c’est développé une autre forme de production en parallèle avec l’essor économique du pays : L’élevage du touriste.

Les infrastructures étant restées, comme je l’ai dis, relativement peu développées, la mise de fond pour ce genre d’élevage est quand même assez importante, mais permet néanmoins grâce à une croissance certes en berne mais tout de même de 2,7 %, un retour sur investissement somme toute appréciable. Bien évidemment la classe moyenne étant pratiquement inexistante au Brésil, vous ne vous adressez qu’à une clientèle de nouveaux riches pétés de thunes qui ne rechignera pas lorsque vous leur présenterez la note. Et pour finir, fin du fin en matière de marketing, vous pouvez même utiliser vos manquements comme un argument de vente auprès de la clientèle citadine blasée, avide de vie au grand air et d’authenticité…

Mais bon, j’arrête là car on va encore dire que je ne suis qu’un infâme gauchiste aigri qui ne sait faire que critiquer et dénigrer les efforts d’honnêtes entrepreneurs qui osent prendre des risques, etc.
Le fait est que je me dois tout de même de casser le mirage brésilien. Aux yeux des français, ce pays « émergeant » au développement fantastique et qui en plus est gouverné avec succès par un gouvernement de gauche, voilà qui a de quoi en faire rêver plus d’un du côté de la rue de Solferino. Mais tout ça c’est de la poudre aux yeux, au mieux un malentendu. Nous sommes sur le continent américain et les modèles sociaux-économiques sont plus proches de Washington que de Paris. La gauche de Lula, et maintenant celle de Dilma, ressemble beaucoup plus aux démocrates américains qu’au Front de Gauche quoi qu‘on puisse en dire dans les salons parisiens. Autant dire qu’ici règne le néolibéralisme le plus impitoyable, avec son cortège d’inégalités et de corruption. C’est bien simple, Sarkozy était un bisounours à côté de Dilma Roussef.

Pour preuve de ma subjectivité, je vous conseille d’aller jeter un œil là-dessus ou encore ICI. Vous y verrez que les indiens Guaranis, l’ethnie indigène la plus représentée au Brésil, n’ont que faire d’un gouvernement de gauche à Brasilia. Car hélas pour eux, rien n’a changer depuis le le XVI ème siecle…

Mais bon, au départ j’étais parti pour vous raconter la balade à Angra que nous avons fait Caroline, Hughes et moi, et voilà que je digresse. Pardonnez-moi. Ce doit être le temps qui me rend comme ça, hargneux. Un énième coup de sud nous a apporté la pluie, et depuis hier tout est gris.
Tant pis, je vous raconterai ça une autre fois. Lorsque le soleil sera revenu.

7 commentaires:

Laurent Houssin a dit…

Argh ! C'est clair que les nouveaux parvenus pêtés de thunes, ça met la gerbe !

Vivement ce mercredi sur le Mouv' !!!

sonia a dit…

Eh oui... Tu es sur le continent américain, même au sud... Autre culture, autres valeurs. Raconte-nous ta promenade avec Loick et décolère ! (mais ça, je sais que c'est quasiment mission impossible : de décolérer...)

Gwendal DENIS a dit…

@Laurent : Ouais, demain sur les coup de 14H30 normalement !

@Sonia : Autre continent, autre culture... Ça n'a jamais été et ça ne sera jamais une excuse pour la connerie ! Hugh ! J'ai dit !

Monique a dit…

Merde, va falloir chercher le paradis ailleurs !!!
Très instructive, cette vidéo!!!

Gwendal DENIS a dit…

@Monique : C'est le monde entier qui est en lutte ma Momo... On aura toujours du boulot c'est ça qui est bien !

Nancy Rémond a dit…

Vent de révolte !!!!!! le naturel revient au galop

Gwendal DENIS a dit…

@Nancy : Il n'est pas né celui qui me fera fermer ma gueule !