mardi 16 novembre 2010

De Bandol à Hyères (je n'ai pas trouvé d'autre titre...)

43° 04.869N 06° 09.530E
Port de Hyères

M'ouais...
En fait de tourisme, mon incursion dans Bandol c’est cantonnée à arpenter le bord de mer. Des boutiques, pas mal de restaurants, de bars, le tout dans une joyeuse débauche de mercantilisme onéreux.
La ville est plus neuve qu’elle en a l’air depuis le bateau qui approche. Le genre de ville qui a poussé avec la plaisance et les congés payés.
La preuve, lorsque vous demandez alentour ce qu’il y a à voir à Bandol, la réponse est systématiquement la même : Le Casino.

D’accord… Dans ce cas, ce sera sans moi.

Cela-dit je ne suis pas resté inactif. J’ai passé une bonne heure à vous poster le message précédent, à répondre aux commentaires… Je suis allé faire un tour à la supérette pour acheter deux bricoles (dont des piles pour ma radio et mon GPS), et puis le temps que je rentre au bateau il était déjà 11H30.
Préparation du manger, ingestion du manger, digestion du manger par l’intermédiaire d’une bonne grosse sieste, et il est tout de suite cinq heures du soir.

Mais bien sûr...
En toute fin de journée, alors que la nuit était déjà tombée, je suis retourné au café qui faisait wifi, et devant un Gambetta limonade j’ai pris connaissance de vos commentaires sur ma nave d’hier, et des prévisions météo pour la journée de demain. J’en ai profité pour taper la discute avec mon amie Thérèse via Fesses de Bouc… Et puis télécharger un film pour la soirée.

Ah, j’ai aussi acheté une carte postale pour l’envoyer à mon père… Pas facile à écrire celle-là, tellement j’ai peu l’habitude de correspondre de cette façon avec lui. M’enfin, je me dis que ça pourrait être un bon moyen de garder une autre forme de contact. Des images plutôt belles, des mots simples et rassurants… Son fils va bien et ne fait pas de bêtises, c’est tout ce qui importe pour lui. Et comme je sais que ma famille ne lit pas mon blog (enfin je crois), cela permettra de diffuser un peu d’information.

Bon, ça c’était hier. Aujourd’hui a été un autre jour.

Alors que vous dire de cette journée ? Elle a commencé sous la pluie… A peine avais-je largué les amarres qu’un grain me tombe sur la poire comme pour fêter mon départ. Heureusement, j’avais prévu le coup, et je n’ai eu qu’à remonter ma capuche pour me mettre à l’abri.
Je sort du port au moteur, bien sûr, mais aussi avec la GV déjà hissée et deux ris de pris. En effet, la météo annonce du force 5 à 6 en début de matinée qui devrait mollir et tourner sur les coups de midi. Aussi, ayant bien appris ma leçon, j’ai pris mes précautions et hissé le bordel avant que de me retrouver dans la panade.

C'est gris, mais c'est joli !
Deux ris, c’est bien. Et comme je suis prudent (si-si !), je ne déroule le génois que sur sa moitié. Cap au 180°, plein sud.
Le vent vient du Sud-est, ce qui fait donc que je me retrouve… Allez, des volontaires pour donner la bonne réponse… Non ? Personne ?
Au près bien sûr ! (z’êtes nuls !)

Et au près, ça gîte. Ça gîte même pas mal. Mais c’est pas grave, ce qui compte à cet instant, c’est ce que me dit mon GPS. 7 nœuds ! 7,4 nœuds !

Wahou ! Ça dépote !

C’est là que je me dis que j’ai bien fait de prendre deux ris… car je n’ose imaginer ce que cela aurait été si j’avais laissé toute la toile… Enfin si, je le sais. Je serais allé au tapis, et pis c’est tout.

A cette vitesse je commence à me dire que cette journée va être vite bâchée. Peut-être que je pourrais tenter de rallier Cavalaire ?
Euh… Non. Ca va pas être possible ça… Logiquement le vent devrait basculer et faiblir. C’est ce qu’ils ont dit les sorciers de la Météo.
Et effectivement ils avaient raison. Vers 11H00, je sens que le vent vire peu à peu au sud puis au sud-ouest. Je vire de bord pour passer le cap Sicié… Et là, ça molli, ça molli, ça molli… En un rien de temps je me retrouve sans un poil de vent. La pétole pure.

Ce matin j’essayais d’expliquer à Aslan les caractéristiques de la Méditerranée… Et bien c’est çà la Méditerranée. T’es là, pénard, détendu du gland, et puis l’instant d’après tu te retrouves soit avec des conditions à faire frémir un jeune mousse, soit avec une pétole molle à faire pleurer un régatier.
Le souci c’est qu’autant une mer hachée par des vagues de un mètre, c’est facile à traverser avec sept nœuds de vitesse à la voile, autant à 1,5 nœuds… Tu te fais secouer comme un prunier pour pas un rond.
Les voiles se déventent à qui mieux mieux dès que tu es dans le creux de houle, la bôme n’arrête pas de valdinguer dans tous les sens… Bref, le bateau souffre et forcément le marin aussi.

Je démarre alors le moteur et décide de faire un peu de route en attendant la fin de la bascule. Car je sais ce qu’il va se passer… Je n’ai qu’à attendre un peu et il va se remettre à souffler aussi fort, mais dans l’autre sens !
Et c’est bien ce qu’il a fait. Une heure plus tard, j’éteignais le bourrin et re-hissais la toile. Me voici au Grand-Largue (¾ arrières), et je trace à plus de 6,5 nœuds.

Je suis aux anges. Tellement aux anges que j’en profite pour vous faire une petite vidéo, histoire que vous en profitiez vous aussi.



Sitôt le film terminé, je décide d’empanner pour pouvoir passer le petit détroit entre la presqu’île de Giens et Porquerolle… Et pendant un instant, une seconde à peine je vois le chiffre magique s’inscrire sur l’écran du GPS. Le symbole de l’infini à la verticale… Huit nœuds !
Trop puissant !

Au ras des moustaches !
Je passe le détroit en frisant les moustache de la Jaune Garde, prenant des photos au passage, et m’engage alors dans la baie de Hyères. Et là, magie de la géographie, je débouche sur un lac… Pas une vague, rien. Pas un souffle de vent non-plus d’ailleurs.
Hyères est là, en face de moi à trois milles à peine.

Du coup, j’ai profité de ce calme pour prendre tout mon temps pour préparer mon atterrissage.

16H45, une demi-heure avant le coucher du soleil, fin de l’étape. Je suis amarré au quai et j’envoie alors le sms qui va bien à Monique.

Voilà ! Vous voulez que je vous dise ? Et bien c’était un bien bonne journée que celle-là ! Le seul bémol, c’est qu’ils m’ont bien donné un identifiant et un mot de passe pour me connecter à internet, mais apparemment il y a un loup… Ça ne marche pas.
Alors je pense que vous ne lirez ces mots que demain soir… Tant pis pour vous !

PS : A la vue du nombre de points d’exclamation, vous devez vous dire que j’ai une pêche d’enfer… Et bien non, j’suis naze. Je vais manger et me coucher illico presto.
Demain j’ai une longue étape à faire, je vais essayer de rallier Saint-Raphaël (40 milles), et en plus si je m’attarde un peu trop dans le coin, ça risque de bastonner… Donc on va essayer de partir entre chien et loup, genre sept heures du matin.

Re-PS : Actuellement je suis arrivé à Saint-Raphaël. Port hyper sympa, mais sans wifi… Donc je vais aller au McDo vous poster cette lecture, et pour l’étape du jour, et bien… Vous attendrez demain ! Et pis c’est tout !

7 commentaires:

monique a dit…

Messages du jour quelque peu décalés ( vu le zeph., il va plus vite que moi!) mais bon, je suis une fidèle messagère, alors j'obtempère:

"08:23 départ pour st raphael.Oui
je sais, il est tôt mais c'est à 39 miles.bises"

"16:23 : arrivé! yes !"

Entre temps , vers 15h, un coup de fil et j'ai entendu le vent-la pluie-la mer et le rire de Gwen.

Attends les détails de Hyères/St Raph...à grande vitesse...

monique a dit…

Lu les commentaires du précédent message..

Renvoie une rafale de chaudes bises à Lucifer de mon coeur...à Cacahuète... au bord ( et à bord) des rêves de Philippe et à tous les potes qui papotent ici.

aslan a dit…

Salut à tous. Bon, je l'ai commencé, ça s'imposait. A moins que j'ai raté un commentaire. C'est donc là:

http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&msa=0&msid=112402173826608311892.00049532a4674d306ffc2&ll=43.195165,6.031494&spn=0.917066,1.766052&z=9

Et Monique et quelques autres peuvent la mettre à jour pour la crique. Il faut juste ajouter un "s" au mot de passe.

Belle étape vers St-Raph, ça à du souffler. Moi en dessous de 5 noeuds je gerbe, aussi j'aime les coups de tabac. Sur le principe.

monique a dit…

Pas compris comment mettre sur Crique...besoin fiche technique par mail...Help!

Cécile a dit…

Viendras-tu dans l'Atlantique voire la Manche, voire jusqu'à Brest même, pays de la voile et des voileux ?? ;o) La bise !

cacahuette83 a dit…

Merci Monique pour les bisous!
Super Gwen pour ton reportage! La banane qui illumine ton visage fait plaisir à voir!
Les enfants ont voulus voir la vidéo également!

J'espère que tu trouvera un endroit pour papoter! J'ai remis skype et t'ai envoyé une invit! Alors accepte!

Gros bisous à tous, et gros câlin au matelot!

Gwendal a dit…

@Monique : Yes ! Les messages sont bien passes et tout le monde est rassuré. J’suis content.

@Aslan: Oh que c’est gentil ça ! Sauf que j’en ai déjà commencé un sur Google Hearth. Je comptais l’intégrer su le blog dès mon retour.
Mais je répète, c’est gentil !

@Cécile : Hélas, je n’ai qu’une hâte, faire du sud, du sud et encore du sud... Non la Bretagne se sera pour dans trois ans quand je reviendrais... Si je reviens !

@Cacahuette : La banane sur le visage et dans le cœur aussi ! Bon là je suis rentré chez moi, donc connecté H24. Tu m’appelles dès que tu vois le voyant allumé !