vendredi 26 novembre 2010

Imprévision féline

Je vous présente Soyeuse...
C’est la cata. La grosse cata... Non mais regardez moi un peu ce qui vient de me tomber sur les bras ! Z’avez vu un peu cette bouille ? Comment voulez-vous que je ne craque pas en voyant ce mignon museau, cette petite tache blanche sur le front et ces yeux verts ? Hein ?

Bon, l’histoire a commencé il y deux ou trois mois lorsque ma voisine octogénaire s’est faite hospitaliser pour une cheville cassée, et que son fils la suivit de près mais dans une autre aile de l’hôpital, celle où on range les gens qui ne sont pas comme nous.
Résultat, la maison s’est retrouvée déserte et les animaux, un chien et un chat, se sont retrouvés seuls. Pour le chien une association est venue le récupérer assez rapidement, mais pour le chat celui-ci s’est vu confié aux bons soins du voisinage comme il est de coutume dans mon quartier.

Au début, par pure bonté d’âme, je n’ai fait que lui donner à manger de temps en temps... Un sachet de viande (périmé) par ci par là, qu’il me restait du temps de ma Gaëlle. Puis l’impertinente c’est mise à devenir exigeante dans le sens ou si par malheur je manquais à mes devoirs de nourrissage, j’avais droit à la sérénade devant le perron. D’une fois par jour, nous en somme venu à deux fois par jour, matin et soir, et j’ai du pour cela, acheter de la nourriture exprès pour elle...

Pensez-vous que la belle, car c’est une belle, me sera devenue familière en échange de ces bienveillances ? Que nenni. Pendant des semaines je n’ai fait que la nourrir sans pour cela avoir le privilège de la caresser ou même de la toucher.

La garce ne savait faire que deux choses, manger et miauler lorsque je ne m’exécutais pas assez vite à son goût.
Et puis peu à peu, avec de la patience, j’ai réussi à lui poser la main dessus. A la caresser alors quelle mangeait, puis à la prendre dans mes bras... Mais dès que je la faisais rentrer dans la maison, celle-ci n’avait qu’une idée en tête se carapater le plus vite possible.

A mon retour les choses ont un petit peu changé car la météo s’est considérablement refroidie, et j’ai réussi enfin à la convaincre de préférer la chaleur de mon foyer aux frimas de novembre. Enfin, que je dis convaincre, je l’ai plutôt saisi pas la peau du coup et je l’ai gardé enfermée jusqu’à ce qu’elle arrête de miauler et qu’elle se réfugie dans ma chambre pour y dormir.
C’était il y a trois jours. Depuis, les choses ont évoluées vachement vite puisque j’ai maintenant droit à ma pelote de poil entre les jambes lorsque je regarde la télé. Vous savez, de celle qui vous empêche carrément de bouger... Et puis on en est venu à trois repas par jour !

La question qui se pose maintenant c’est, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire d’elle ? Alors je sais bien que vous vous dites que cette histoire c’est du tout bon pour moi, et que je vais pouvoir emmener Soyeuse, c’est le nom que je lui ai donné, naviguer sur les flots du monde et que tout va allez bien et cetera et cetera...

Et bien non, ce n’est pas aussi simple. C’est qu’elle n’est pas toute jeune la Soyeuse et je ne suis pas sûr que ça soit une bonne chose pour elle que de changer aussi radicalement de vie. Et puis moi-même je ne suis pas sûr d’en avoir envie... Je veux dire par là qu’un chat sur un bateau ce n’est pas idéal, et puis il y a des frais vétérinaires, des quarantaines... Vous rendez vous compte que c’est pratiquement plus compliqué de faire traverser une frontière à un chat qu’à un homme et son bateau ?

Bref, pour l’instant il n’en n’est pas question. On va vivre un peu ensemble et profiter de la vie tant que c’est possible. Après, on verra...

18 commentaires:

'Tsuki a dit…

Génial !

C'est un vrai cadeau du ciel ! Les chats, c'est le meilleur remède pour soigner dépressions et doute : depuis que j'ai le mien, je n'arrête plus d'écrire ! vu les doutes dont tu parlais dernièrement, tu n'aurais pas pu trouver meilleur signe du ciel que tu es sur la bonne voie, et que tu dois éviter de le céder au désespoir et à la peur !

Quant à savoir ce que tu vas faire d'elle à ton départ... Va savoir si ce n'est pas elle, qui se demande ce qu'elle va faire de toi... Et qui s'inquiète de savoir si tu vas réussir à survivre sans elle à bord de ton bateau...

Elle a l'air un peu âgée pour s'adapter à une vie en mer, ça c'est sûr. Mais enfin... si vous êtes vraiment très attachés l'un à l'autre, le seul moyen de savoir si ça la brancherait, c'est encore de l'emmener une fois avec toi...

Par contre, si elle décidait que elle aussi, elle a les pattes marines, tu vas très certainement galérer, autour du monde. Surtout dans le monde civilisé : les douanes sont souvent chiantes avec les animaux, et tu devras te renseigner au fur et à mesure... Par contre les quarantaines, c'est si tu veux introduire l'animal en question sur le territoire. Peut-être que ça s'applique pas s'il reste à bord... Dans quelques pays, tu auras aussi la surprise de constater comment toutes les difficultés administratives peuvent s'aplanir avec un petit bakchich... On avait un chien, dans mon enfance, et il a passé tout un tas de frontières sans le moindre problème. Il avait juste besoin d'un carnet de vaccination à jour.

Après si tu dois la laisser en arrière, dis-toi quand même que les chats, ça a quand même un sixième sens pour la survie largement plus affûté que le nôtre... T'en fais, tu ne dois pas être le seul du quartier à l'avoir prise en pitié... Et n'en fais surtout pas un prétexte pour renoncer à ton projet, hein !

cacahuette83 a dit…

Super cette petit compagne avec sa petite bouille de poil toute mignone! Super heureuse pour toi également, car je vois bien que ça te fais du bien! Voilà tout!
Je te souhaite de passer de bons moments.

Gros bisous et bonne nuit!

Gildan a dit…

Qu'est ce qu'on est c...!
C'est vrai, on ne bouge pas quand ces pelotes de poil sont allongées sur nous de peur de les réveiller!
Et on reste là comme des couillons à essayer de les glisser doucement sur le canapé alors qu'on sait très bien qu'elles font se réveiller et partir gambader tranquillement...sans un regard vers nous !
:)

Anonyme a dit…

Ah ça, c'est bien un chat !! Exigeant, égoîste, profiteur, indépendant, opportuniste...

Et c'est pour ça que c'est l'animal "domestique" que je préfère !!

Un chat n'a pas de maître, c'est lui qui choisit avec qui il consent à partager un peu de sa vie. Il est capable de toutes les bassesses pour un peu de bouffe et un peu de chaleur (même humaine...).

Mais quand M. Chat cherche votre compagnie en dehors des besoins primaires, c'est autrement plus valorisant que ces imbéciles de chiens capables d'être fidèles au premier abruti venu, et qui vous considère comme un chef de meute... à condition que vous soyez apte à lui donner des ordres, sinon il est capable de croire que c'est lui le chef, car ce pauvre animal ne comprend que la relation dominant-dominé !!

Ouaaaiiiihhh... je sais, je force un tantinet le trait. De toute façon, il n'y a qu'un seul animal qui me soit franchement antipathique : le moustique femelle ;-) !!

Je sais, j'ai écrit chat alors que c'est une chatte... mais ça change rien à l'affaire, ce n'est pas une histoire de sexe !!

Belle bouille en effet... Pour ce qui est du transport, des déplacements, ça risque d'être compliqué, surtout avec une chatte âgée, qui par nature est plutôt casanière et vite flippée quand elle se retrouve dans un endroit éloignée de ses repères.

En général, lorsqu'on déménage, il est conseillé de maintenir le chat enfermé dans une pièce dans laquelle il trouvera des éléments marqués de son odeur dans un premier temps, et de lui laisser peu à peu investir le milieu. Quand ils sont habitués jeunes au voyage, ça pose moins de problème...

Ceci dit... sur un bateau, en cas de grosse disette, cela peut faire un excellent repas, en boulettes, avec du riz !!

;-)

cazo a dit…

Arf... j'ai oublié de signer... pourtant, il faut que j'assume mes propos, pour que les chienchienophiles, les chattophobes et les délicats de la gastronomie puissent m'invectiver à souhait !!

monique a dit…

Cette petite chatte arriverait-elle à point nommé pour te conforter dans ton envie de passer l'hiver au chaud plutôt que d'aller vagabonder dans la froidure ?

Ce ne serait-y pas un prétexte à retarder le projet ?

Je sais que Gaëlle te manque encore et que tu as besoin de réconfort en ce moment, mais ne t'imagines pas l'embarquer avec toi !!!
C'est déjà bien assez compliqué comme ça !

Moi, tu le sais, je n'aime pas particulièrement les chats que je trouve vampirisants.
Donc, je ne comprends pas ton attendrissement pour une boule de poils qui ronronnent sur tes jambes ou pire "entre" tes jambes comme tu dis ( Allo Sigmund !!!)

Et ne commence pas à lui donner 3 repas par jour : elle va devenir obèse et de plus en plus exigeante! Et si elle se retrouve seule après ton départ, elle n'en sera que plus malheureuse.Enfin, un certain temps..jusqu'à ce qu'elle trouve un autre pigeon pour se faire nourrir.

( Pour une fois, je ne suis pas du tout d'accord avec Cazo sauf pour le civet !!)

cazo a dit…

Mob, enfin, que tu n'apprécies pas les chats, c'est une chose, mais que tu nous colles Freud, là, c'est désobligeant ;-) !!

monique a dit…

Tu as raison...c'est désobligeant!
un vieux réflexe conditionné sans doute : genre boule/poils/entre les jambes/sexe/Freud ! La honte !!!

cazo a dit…

:-D !! c'est çui qui dit qu'y est ;-) !!

Gwendal a dit…

Et bien ! Je ne pensais pas que cet entrefilet, qui digresse un peu de ma ligne éditoriale habituelle, allait susciter autant de commentaires !

@Tsuki : Je sais qu’avec ton Winter tu as su trouver un véritable réconfort et une source d’inspiration fabuleuse. Mais je ne pense pas que nous allons, Soyeuse et moi, placer notre relation sur un plan aussi... impliquant. Elle va faire sa vie, et je vais faire la mienne.

@Cacahuette : Merci ! C’est vrai que j’aime assez cette nouvelle présence. Mais c’est du boulot ! Hier au soir j’ai passé un bout de temps à essayer de la débarrasser de bourres de poils vieilles de je ne sais combien d’années... L’angora c’est joli, mais ça demande de l’entretien !

@Gildan : J’ai toujours dis qu’on n’était jamais le maitre d’un chat, mais que c’était lui qui tenait la barre.

@Cazo : Pas besoin de signer, j’avais deviné l’auteur de la prose ! Ça sent l’éthologue à plein nez !

@Monique : Pour l’instant sa présence n’a pas d’incidence sur le projet... Je dis bien pour l’instant, car il est vrai que cette envie de cocooning qui m’a saisit depuis mon retour se marrie bien avec la présence d’un chat.
Sinon, Cazo a raison, laisse plutôt ce charlatan de Freud où il est. Il ne s’agit que de présence

Winter a dit…

Elle est drôlement jolie, la petite demoiselle que tu as trouvé... J'espère qu'elle te rendra aussi heureux que moi, je rends ma maîtresse heureuse.

Gwendal a dit…

@Winter : Salut Winter ! Je ne savais pas que les chats lisaient les blogs de marin... Allez, embrasse ta maîtresse de ma part.

@PS : Pour les autres, cliquez sur le lien de Winter, vous allez voir ce que c’est que la vie d’un jeune chat un peu fou mais adorable.

lucifer! a dit…

Nefer Titi te salue Soyeuse,
et te souhaite bienvenue parmi les allumés de ce blog .

philutin a dit…

un chat? pourquoi pas un lapin?

monique a dit…

Merde ! il a dit "lapin"!!! j'y pensais mais j'avais pas osé !!!

la bise Gwen

Anonyme a dit…

ben alors?

Philippe a dit…

c'était Philippe pas un anonyme; merdre qui venait aux nouvelles sur le ponton

Gwendal a dit…

Ça vient... je rédige. Vous aurez des nouvelles ce soir.