vendredi 19 novembre 2010

Au boulot !

43°41'56.64"N 7°18'32.43"E
Toujours au port de Villefranche, mais plus à la même place.

Tous ce qui est petit est mignon, et ce port est tout petit !
Aujourd’hui, j’avais prévu de me déconnecter un peu de la mer, de mon bateau et de vous aussi... En fait, je pensais ne commencer à m’occuper des choses importantes que j’ai maintenant à accomplir, qu’à partir de lundi prochain.
Mais hélas, ou bien heureusement, les choses se sont déroulées un peu différemment. Hier, en début de soirée, alors que je m’apprêtais à appeler mon père pour lui souhaiter son anniversaire (79 ans), j’ai constaté que la Capitainerie du port avait essayé de me contacter par deux fois... Diable, ils me veulent quoi ces cons ?

J’écoute ma boite vocale et j’apprends qu’il va me falloir déplacer mon bateau dans la journée d’aujourd’hui. Je savais que cela allait être le cas, mais pas si tôt. Bref, ce matin j’ai donc dû prendre le bus dès sept heures du matin et me rendre à Villefranche.
Je passe dans les bureaux, et là j’apprends que dès mercredi prochain il va me falloir décarrer du port... Merde, me suis-je dis, moi qui pensais y rester au moins deux à trois semaine avant que de me résoudre à mouiller dans la rade... en plus j’ai des travaux à faire faire moi !
Hélas, ma bonne mine et mes problèmes d’organisation n’ont pas eut l’air d’attendrir le préposé. Il était initialement prévu que je reste une semaine, donc dans cinq jours je me casse. Point barre.

Un peu désappointé, et légèrement énervé, je décide alors de mettre à profit ma présence non-prévue en ces lieux pour contacter un électricien, Monsieur Mattia. J’arrive à le joindre et nous nous donnons rendez-vous à la terrasse du seul troquet du port, à savoir La Baleine Joyeuse...

Oui je sais, ça ne s’invente pas un nom pareil.

Euh... Capitainerie ?
Vingt minutes plus tard mon artisan se pointe et je commence alors à lui décrire les transformations électriques que j’ai besoin de faire à bord :

- Une révision complète des circuits électriques, et un bilan énergétique.
- La mise en place d’au moins deux sorties 12 volts supplémentaires.
- L’ajout d’une batterie supplémentaire.
- La mise en place de deux panneaux photovoltaïques de 50 watts chacun, et d’une éolienne.
- Et puis l’installation d’un truc dont j’ai complètement oublié le nom mais qui sert à contrôler la charge des batteries.

Le monsieur est âgé mais semble compétent. Il prend des notes consciencieusement, me pose des tas de questions auxquelles je ne peux répondre pour la plupart, et me signale qu’il est tout à fait partisan d’un arrangement... En clair, j’achète le matériel à des tarifs professionnels et ne lui règle que la main-d’œuvre.
Bon, franchement cela ne me dérange pas plus que ça, du moment que cela peut me faire économiser quelques brousoufs.
Mais avant de m’avancer un prix, ainsi qu’un délai, il lui faut quand même visiter le bateau... Ce qui se fera demain je pense, il doit me rappeler ce soir pour que nous convenions d’une heure.

Donc voilà. Comme je vous l’ai dis, je pensais m’accorder un peu de repos avant que de me lancer dans les travaux. Et bien non, c’est maintenant qu’il me faut m’y mettre.

A la terrasse de la Baleine Joyeuse
Alors je sais que ce sujet ne concerne pas vraiment la plupart de mes lecteurs... Et c’est un peu normal. Cependant, j’accepterais volontiers tous les conseils que pourront me donner les poteaux Philippe et Edou. Sans oublier Jean-Charles et sa petite famille, qui me lisent depuis le Costa Rica à bord de Shaka. M’est avis qu’ils en connaissent un rayon en matière d’autonomie énergétique.
Tiens à ce propos, allez-y un peu les voir si vous en avez l’occasion. Vous verrez, la vie que mènent leurs deux filles est comment dire... Celle qu’on rêve tous d’offrir à nos propres enfants.

Bon, je vous raconterais comment cela s’est passé, et surtout combien ça va me coûter cette aventure. Et puis il y a aussi cette histoire de mouillage de longue durée qui, je vous le dis, ne m’enchante plus vraiment...

15 commentaires:

cacahuette83 a dit…

Bon, et bien je viens de lire tes deux derniers articles et j'ai donc lu ta dernière étape... Sympa tes photos!

Dur, dur pour le port! Comment tu vas faire alors? Tu as un autre port? Ca fait quoi de se retrouver chez soi sur la terre ferme?


Bon, je compte toujours sur toi pour le 4!


Gros bisous et bonne soirée à toi!

Gwendal a dit…

@Cacahuette : Il y a St-Laurent du var pas trop loin... Mais je crois que le fond de l’affaire c’est quand même le budget. Le port, ça coûte cher.
Ce qui me fait hésiter dans l’option du mouillage, c’est que c’est un mouillage sur ancre. C'est-à-dire que je plante mon bateau là où je peux avec les moyens du bord. Pas de bouée existante, pas de corps mort... Si le temps se lève et que je ne suis pas à bord, c’est prendre le risque d’abimer le bateau. Et ça, franchement ça m’inquiète.
Il faut que je réfléchisse encore un peu...

Sinon, oui bien sûr, le 4 je serais là !

monique a dit…

Pour le mouillage,c'est un peu chiant en effet car ton ou tes ancres sont-elles assez costauds pour assurer la sécurité du bateau?

Et si tu dois faire des réparations, tu y vas à la nage ?

Je raille, bien sur,mais autre question : auras-tu le temps en une semaine de faire les travaux prévus au port ?

Ah! si tu avais des potes qui aient un petit port privé !!!
Du côté de Nice, ça devrait se trouver...

Gwendal a dit…

@Monique : Un mouillage n’est jamais sûr, car il peut toujours déraper. Ce n’est pas comme un socle de béton coulé au fond (un coffre), par exemple. Et puis il y a les autres bateaux autours et les allez-retours avec l’annexe qui ne sont jamais très pratiques...
D’après l’électricien, sous réserve d’avoir tout le matériel bien sûr, il faut compter une petite semaine de boulot.

edou a dit…

Le mouillage forain, je te le déconseille fortement si tu n'es pas à bord. Même affourché ou empennelé tu risques toujours une renverse et au bout de 2 ou 3 sautes de vent, tes ancres déraperont (j'espère bien sûr que tu as 2 ancres !). Tout dépend des fonds.
Pour te dire, mon cata de 8 tonnes a dérapé avec son coffre sur 1 mile dans la rivière de l'Elorn près de Brest sur un coup de vent force 10 alors qu'il était mouillé sur un coffre de 3 tonnes, conçu pour des vedettes de la Royale ! Donc même sur coffre, faut pas être trop loin pour pouvoir réagir...

Sans compter les promeneurs du dimanche qui vont faire du gymkhana autour de ton bateau, avec plus ou moins de bonheur... et ils ne te laisseront pas leur carte de visite !
Autre "anecdote", j'ai laissé mon 2ème cata dans un mouillage sur coffre "surveillé" près de Porto Vecchio (Corse) pendant un mois en fin de saison (septembre). Résultat en revenant, pillage intégral de l'intérieur : matériel de plongée, de pêche au gros, pompes à eau, tableau électrique, batteries, instruments, livres... 20.000 €uros de facture ! Depuis, je ne mets plus les pieds en Corse...

Pour ton électricité, j'ai en effet quelques connaissances. Que veux-tu savoir ?

philippe a dit…

Bon conseils d'Edou, d'ailleurs çà me rire l'association "Phil & Edou" tout un programme pour toi...

Peut être peux regarder du coté de Port Napoléeon à Fos avec de bons chantiers, levages et gardiennages à sec. L'environnement qui y est un peu surréaliste n'y est peut être pas pour rien dans le cout plus bas qu'ailleurs en Méditerranée et les places disponibles, enfin il y a encore 3 ou 4 ans de çà en arrière.

Gwendal a dit…

@Edou : Bon ben je crois que c’est réglé cette histoire... Mais j’en avais hélas déjà l’intuition que ça ne marcherais pas lorsque j’ai appris que c’était du mouillage sur ancre. A moins d’être autonome en énergie et d’habiter sur le bateau... Ce qui ne se fera pas avant quelques semaines si j’en crois le rendez-vous que j’ai eu avec l’électricien ce matin.
Donc... Donc cela implique que je vais devoir me trouver une place de port... pas chère. Ce qui est une gageure.
Et cela implique encore une chose... Il faudra que je parte plus tôt si je ne veux pas trop grever ma caisse de bord...

Bon, sinon comme je l’ai dis j’ai du taff à faire sur le bateau et les trucs les plus importants sont l’installation d’une éolienne et de panneaux photovoltaïques. Des infos là-dessus ? J’attends la fin du bilan électrique pour connaitre la puissance dont je vais avoir besoin, mais après ça il me faudra des plans... pour trouver du matos pas cher.

@Philippe : Pourquoi, je devrais filer doux ?
Mouais... Je ne sais pas pourquoi, mais Fos sur mer je trouve ça un peu loin. Ah ben si j’ai compris, c’est pour me rapprocher de toi ! C’est ça ?

monique a dit…

Et de moi aussi ...sauf que pour les conseils, vaut mieux Phil/Edou..
ou Dhil et Fou...

Gwendal a dit…

@Monique : J'y penserais lundi matin... Parce que là, j'ai pas envie !

edou a dit…

J'ai effectivement aussi entendu parler du port Napoléon à Fos comme n'étant pas cher et avec des disponibilités. Voir aussi Port Camargue et plus près Port Pin Rolland et Saint Mandrier près de Toulon.
Beaucoup de bateaux se vendent, en méditerranée, AVEC l'anneau qui va avec ou l'assurance de la continuité de la place de port. Les listes d'attente sont si longues... Peut-être pourrais-tu récupérer l'ancienne place de ton vendeur ?

Chapitre énergie, tu dois d'abord penser à ta consommation. Et là, attention à l'inflation-confort ! Le maitre-mot : économie, économie.
Remplace toutes tes loupiotes par des leds (10 fois plus cher que les ampoules mais très très faible consommation), y compris les feux de mât.
Un frigo Danfoss = 4 A/H soit si tu l'éteins la nuit, 14x4 = 56 A/jour.
Une pompe à eau = 10 A/jour (1 heure de fonctionnement).
Reste en gros consommateur le pilote auto. La conso sera d'autant plus faible que ton voilier sera équilibré sous voile.

Un lien indispensable pour te renseigner sur les différentes solutions en énergie :
http://www.voilelec.com/pages/energie.php

lucibonàrienfer a dit…

alors là-dessus cher Gwen , compte sur moi pour ne rien dire ...
parce que , je me rends compte que je ne sais vraiment rien !
Sauf ... Si tu ne prends pas grand soin de toi, qui le fera ?

cacahuette83 a dit…

Un gros bisous en passant entre deux gouttes...


Passe un bon dimanche en espérant que tu trouve ta solution très vite!

Gwendal a dit…

@Edou : Tout ça c’est bien trop loin pour moi. Il faut que je puisse encore dormir chez moi... Le plus loin possible c’est Cannes.
Pour ce qui est de l’électricité je pars sur un parc de 430 AH (Ampère/heure), avec comme seules consommations régulières : Le frigo, la pompe et l’ordinateur et le pilote. Soit... Faut que je calcule tout ça : Mais pas aujourd’hui.

@Lucifer : Tu as raison, personne ne le fera à ma place.

@Cacahuette : J’espère bien...

shandoah a dit…

Bonjour Gwendal,

Pour port Napoléon, il y a juste à côté un endroit qui s'appelle navy services et qui est beaucoup beaucoup moins cher avec de bons chantiers et des dispos.

Pour l'électricité, il y a autant de solutions que de propriétaires de bateaux. Je peux te donner une description complète de Shandoah. J'avais tout refait et je n'ai eu aucun soucis. Je ne partage pas l'avis précédent qui recommande de couper la glacière de nuit. Il vaut mieux un moyen de production adapté.
Si tu veux plus d'infos, envoie un mail.
Pour les tarifs, un appareil à 700 euros en france, je l'ai trouvé à 400 en Angleterre livré en 2 jours en UPS. Tous les produits électriques de bateaux sont moins chers là bas.
Attention: pour la durée du voyage il te faut du bon matériel autrement ce sera galère sur galère et il vaut mieux avoir du temps pour entretenir les voiles que chercher un faux contact.
Shandoah

Gwendal a dit…

@Shandoah : La « filière » internet est effectivement bien moins chère et j’ai bien l’intention de m’en servir !